Aux États-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage diminuent plus que prévu

Le nombre d’Américains déposant de nouvelles demandes d’allocations de chômage a diminué plus que prévu la semaine dernière, ce qui témoigne de la solidité sous-jacente du marché du travail malgré une récente hausse des licenciements.

Les demandes initiales d’allocations de chômage de l’État ont chuté de 9 000 à 218 000 en données désaisonnalisées pour la semaine terminée le 3 février, a annoncé jeudi le ministère du Travail. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient 220 000 demandes pour la semaine dernière.

Les sinistres ont peu changé par rapport à la même période de l’année dernière, malgré les récents licenciements très médiatisés, dont beaucoup dans les secteurs de la technologie et des médias.

Les employeurs hésitent généralement à renvoyer leurs travailleurs chez eux en raison de difficultés à trouver du travail pendant et après la pandémie de COVID-19. Les économistes soulignent également l’augmentation de la productivité des travailleurs, marquée par une croissance supérieure à 3 pour cent en rythme annualisé pendant trois trimestres consécutifs, et la baisse des coûts de main-d’œuvre comme autres facteurs encourageant les entreprises à conserver leurs effectifs.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière que la masse salariale non agricole avait augmenté de 353 000 emplois en janvier. Le taux de chômage est resté inchangé à 3,7 pour cent. La vigueur soutenue du marché du travail a contraint les marchés financiers à revoir à la baisse leurs attentes concernant la première baisse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale jusqu’en mai à partir de mars.

Les responsables de la banque centrale américaine ont indiqué mercredi qu’ils n’étaient pas pressés de réduire les coûts d’emprunt tant qu’ils n’étaient pas convaincus que l’inflation se dirigeait vers l’objectif de 2 pour cent de la Fed. Depuis mars 2022, la Fed a relevé son taux directeur de 525 points de base, pour le porter à la fourchette actuelle de 5,25 à 5,50 pour cent.

Le nombre de personnes recevant des allocations après une première semaine d’aide, un indicateur d’embauche, a diminué de 23 000 à 1,871 million au cours de la semaine se terminant le 27 janvier, selon le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *