Bell a refusé de surseoir à la décision du CRTC autorisant l’accès à son réseau de fibre optique

La Cour d’appel fédérale a rejeté la demande BCE-T de BCE Inc. visant à suspendre une décision réglementaire qui permettra aux entreprises indépendantes de vendre des services Internet à leurs clients utilisant son réseau de fibre optique en Ontario et au Québec.

La décision du tribunal a été rendue vendredi un jour après que Bell Canada a annoncé qu’elle supprimait 4 800 emplois et qu’elle pourrait réduire davantage ses dépenses de réseau, en partie sur la base des directives du CRTC.

Il a accédé à la demande de Bell visant à obtenir l’autorisation d’en appeler de la décision temporaire du CRTC, mais a rejeté la requête de l’entreprise visant à suspendre cette décision en attendant l’issue du processus judiciaire, affirmant qu’elle n’avait pas démontré qu’elle risquait de subir un préjudice irréparable.

La décision du CRTC en novembre dernier visait à stimuler la concurrence pour les services Internet, notant à l’époque que son examen pourrait potentiellement rendre cette orientation permanente et l’appliquer à d’autres provinces. Le régulateur fédéral a lancé lundi une audience de cinq jours dans le cadre de cet examen.

Bell a accusé le CRTC d’avoir des résultats « prédéterminés » en ce qui concerne cet examen, notant que l’orientation du Conseil jusqu’à présent réduit son incitation à continuer de développer son réseau de fibre optique.

L’entreprise a réagi l’automne dernier en réduisant ses projets d’investissement dans le réseau de 1,1 milliard de dollars d’ici 2025, y compris une réduction minimale de 500 millions de dollars cette année, et prévient que de nouvelles réductions de coûts pourraient être réalisées si l’entreprise estime devoir anticiper les décisions réglementaires. défavorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *