Besoin d’un comptable ? Il peut être difficile d’en trouver un pendant la période des impôts

Les fiscalistes préviennent qu’il pourrait être difficile pour les Canadiens qui ne comptent pas déjà sur un comptable d’en trouver un cette saison des impôts.

Plusieurs facteurs contribuent à un décalage entre la demande de conseils fiscaux professionnels et l’offre de ceux-ci, les nouvelles exigences de déclaration pour les fiducies étant le dernier développement qui exacerbe la tendance, selon les Comptables professionnels agréés du Canada, qui représentent la profession à travers le Canada. pays.

« Il sera difficile pour les particuliers de trouver un CPA capable de faire le travail à leur place à moins d’avoir déjà une relation établie », a déclaré John Oakey, vice-président, Fiscalité, chez CPA Canada.

Les comptables se battent contre la date limite du 30 mars pour aider leurs clients existants à satisfaire aux nouvelles obligations de déclaration des fiducies. Cela inclut les accords connus sous le nom de « simples fiducies » pour lesquels il n’est pas nécessaire de signer des documents pour établir la fiducie ou d’établir formellement les intentions des parties.

Une fiducie est une structure juridique qui sépare la propriété légale et les intérêts bénéficiaires. Il est créé lorsque la propriété est transférée par un constituant, qui en est propriétaire, à un fiduciaire, qui en détient le titre légal au profit d’une ou plusieurs autres personnes appelées bénéficiaires. Dans le cas de simples fiducies, le fiduciaire n’a aucun pouvoir indépendant ni responsabilité sur les biens et ne peut agir que sous la direction du bénéficiaire.

De nouvelles règles exigent que les simples fiducies, à quelques exceptions près, déposent une déclaration annuelle et divulguent les bénéficiaires, entre autres informations. Le gouvernement fédéral a également accru les obligations de déclaration pour ce que l’on appelle les « fiducies expresses », qui sont créées avec l’intention expresse du constituant.

Les nouvelles règles créent une quantité considérable de travail supplémentaire pour les comptables au cours d’une saison fiscale déjà chargée, a déclaré M. Oakey. La date limite pour les déclarations liées aux fiducies est juste un mois avant le 30 avril, date à laquelle la plupart des gens doivent produire leurs déclarations de revenus et de prestations. (Cette saison des impôts, les Canadiens ont jusqu’au 2 avril, le premier jour ouvrable après le 30 mars, pour satisfaire à leurs exigences en matière de déclaration de fiducie.)

L’un des principaux problèmes est que de nombreux Canadiens ignorent probablement qu’ils peuvent faire partie de ce qui pourrait être considéré comme une simple fiducie, selon M. Oakey.

Par exemple, les comptables ont averti que, dans certains scénarios, les Canadiens dont le nom est ajouté au titre de propriété d’un membre de la famille ou au compte bancaire ou de placement d’un parent pourraient être considérés comme faisant partie d’une simple fiducie assujettie au nouveau exigences, même s’ils n’ont jamais explicitement établi de fiducie.

Cela oblige les comptables à s’engager dans un exercice fastidieux consistant à interroger les clients pour voir s’ils font partie d’accords qui pourraient être considérés comme de simples fiducies, a déclaré M. Oakey.

« Je vais parcourir ma liste de clients et avoir une conversation documentée, un par un », sur les simples fiducies et les nouvelles exigences, a déclaré Alexandra Spinner, associée chez Crowe Soberman LLP.

Assurer la conformité peut être délicat, même pour les CPA, car établir ce qui constitue une fiducie soumise aux nouvelles règles de dépôt peut nécessiter de s’aventurer dans les complexités du droit des fiducies, a déclaré M. Oakey.

Les nouvelles obligations de divulgation pour les fiducies expresses entraînent également « une quantité énorme de temps consacré à la conformité », a déclaré Mme Spinner.

De nombreux CPA « n’ont pas la capacité d’accueillir de nouveaux clients », ajoute-t-elle en parlant de la profession de manière générale.

Les nouvelles mesures concernant les fiducies s’ajoutent à une série de nouvelles exigences en matière de déclaration de revenus, notamment une taxe fédérale sur les logements jugés sous-utilisés ou vacants, et de nombreuses règles fiscales récentes sur les locations à court terme. Cela a augmenté la charge de travail des comptables pendant la saison des impôts et a créé un besoin accru de services liés à la fiscalité, a déclaré M. Oakey.

Le nombre de personnes qui rejoignent la profession de CPA ne répond pas à la demande accrue de conseils fiscaux, a-t-il déclaré, ajoutant que de plus en plus de cabinets choisissent de se concentrer sur le service aux entreprises et aux sociétés plutôt que sur les particuliers.

Pour les Canadiens qui ne trouvent pas de comptable mais qui ont besoin d’aide pour résoudre des questions fiscales liées aux fiducies, les options sont limitées. La société de préparation de déclarations de revenus H&R Block offre tous les services nécessaires pour se conformer aux nouvelles règles de déclaration des fiducies, a déclaré Yannick Lemay, fiscaliste principal de l’entreprise.

Cependant, les services fournis par le géant des logiciels fiscaux TurboTax et la plateforme de déclaration de revenus en ligne Wealthsimple Tax n’incluent pas actuellement les déclarations de revenus et de renseignements des fiducies.

L’Agence du revenu du Canada renonce aux pénalités pour production tardive pour les simples fiducies pour l’année d’imposition 2023. Mais aucun allègement ne s’applique dans les cas où l’agence estime que les contribuables ont omis de produire une déclaration sciemment ou en raison d’une négligence grave, ou s’ils ont fourni de fausses déclarations ou retenu des informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *