Il est peu probable qu’un groupe environnemental conteste le permis de construire du CP2, selon un militant

Il est peu probable que les écologistes contestent devant les tribunaux l’approbation attendue par les régulateurs du terminal d’exportation CP2 de Venture Global LNG, a déclaré mardi à Reuters le militant Bill McKibben.

McKibben, un écologiste qui a mené avec succès une lutte contre l’oléoduc Keystone XL, a déclaré que son groupe n’était pas intéressé par une telle lutte juridique.

La semaine dernière, l’administration Biden a suspendu les nouvelles licences d’exportation de GNL jusqu’à ce que les États-Unis puissent évaluer l’impact économique, environnemental et climatique de la construction de terminaux GNL supplémentaires.

La Commission fédérale de réglementation de l’énergie (FERC) devrait donner le mois prochain son feu vert à la construction alors que le ministère de l’Énergie poursuit son évaluation de nouveaux permis d’exportation.

« Nous sommes un groupe de personnes âgées avec presque aucun personnel. Nous sommes presque tous bénévoles. Donc je doute que ce soit nous », a déclaré McKibben. « De loin, la FERC semble être une simple approbation de l’industrie qui ne s’intéresse pas, entre autres choses, aux impacts climatiques du GNL. »

La décision de vendredi de l’administration Biden de suspendre les licences d’exportation de GNL était le résultat des températures record des terres et des océans de l’année dernière et de l’engagement des dirigeants de la COP 28 des Nations Unies sur le changement climatique à abandonner les combustibles fossiles, a déclaré McKibben.

Il a déclaré que le gaz naturel n’est pas le combustible fossile le plus propre car une grande quantité de méthane s’échappe dans l’environnement lors des expéditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *