La première femme pilote d’Air Canada rappelle les obstacles sexistes du secteur sur la voie du succès

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Après une carrière longue et largement enrichissante chez Air Canada, la première femme pilote de la compagnie aérienne se souvient des difficultés qu’elle a dû affronter en tant que pionnière et des efforts encore nécessaires pour encourager davantage de jeunes femmes à se lancer dans l’aviation. Le capitaine Judy Cameron est assise dans un simulateur d’avion, à Toronto, le 29 janvier.Frank Gunn/La Presse Canadienne

Judy Cameron se souvient encore d’avoir reçu le télégramme qui marquait sa première offre de piloter des avions pour un grand transporteur commercial.

Pacific Western Airlines était venue l’appeler, lui écrire des « félicitations » et l’inviter à s’asseoir avec le comité d’entretien.

« Quand je suis entré dans la pièce, tout le monde était très bouleversé », se souvient Cameron.

« Il s’est avéré qu’ils voulaient m’embaucher, mais quelqu’un de plus haut placé y a opposé son veto lorsqu’ils ont réalisé que j’étais une femme. »

Quarante-cinq ans plus tard, Cameron – qui fut la première femme pilote d’AC-T d’Air Canada – compte à son actif 23 000 heures de vol, une bourse d’études et une adhésion à l’Ordre du Canada.

«C’est une légende», a déclaré le capitaine d’Air Canada, Steve Rundle. Lorsqu’on lui a demandé s’il connaissait Cameron, il a répondu : « C’est comme demander à un joueur de hockey s’il connaît Wayne Gretzky. »

Après une carrière enrichissante de 40 ans, Cameron se souvient des difficultés auxquelles elle a été confrontée dans ses premières années et des efforts encore nécessaires pour encourager davantage de jeunes femmes à se lancer dans l’aviation, en particulier dans le cockpit, qui reste extrêmement dominé par les hommes.

En janvier, près de huit pour cent des pilotes d’Air Canada étaient des femmes – mieux que la moyenne américaine de 4,9 pour cent, selon un rapport de 2022 du Center for Aviation, une société d’études de marché basée en Australie.

Ce chiffre est également bien plus élevé que celui d’il y a quelques décennies à peine, lorsque les femmes navigantes se démarquaient de manière flagrante.

« Un jour, je suis entrée dans la salle à manger et il y avait 2 000 personnes », a déclaré Cameron à propos de son premier mois dans la compagnie aérienne en 1978. « Tout le monde a arrêté de parler et m’a regardé. »

Cameron a développé très tôt un goût pour l’adrénaline, achetant une motocyclette en 12e année et conduisant plus tard son porc Honda à l’Université de la Colombie-Britannique la plupart du temps, « même sous la pluie ».

Après sa première année d’études en arts, elle a trouvé un emploi d’été en interviewant des pilotes dans de petits aéroports pour une enquête de Transports Canada. Dès son premier jour en 1973, l’un d’eux l’invite à monter à bord.

« Il a fait beaucoup de manœuvres acrobatiques qui n’auraient pas dû être démontrées », a-t-elle déclaré. « Mais après avoir fini de crier, j’ai décidé que j’adorais vraiment ça. »

Cameron a abandonné ses études à l’UBC et a postulé à un programme d’aviation de deux ans au Selkirk College. « J’ai enfourché ma moto et j’ai roulé huit heures jusqu’à Castlegar… et quand je suis arrivé là-bas, le responsable du programme d’aviation avait une moto. C’est probablement comme ça que j’ai accédé au cours.

Élevé par une mère célibataire à Vancouver, Cameron avait grandi dans un appartement d’une pièce. La télévision et les voitures étaient des luxes qu’ils ne pouvaient pas se permettre.

« Le meilleur, c’est que ma mère m’a toujours encouragé à faire tout ce que je voulais faire. Elle ne m’a jamais retenu.

Lorsque Cameron a transporté son premier passager, dans un avion d’entraînement biplace et monomoteur Cessna 150, c’était sa mère assise à côté d’elle.

L’université n’a pas été une période facile. «C’était difficile de m’entraîner et d’être dans une salle de classe pleine de gars. J’ai toujours été l’intrus », a-t-elle déclaré. « C’était tellement isolant. »

Pilote professionnel

Après avoir obtenu son diplôme, Cameron a trouvé un emploi de pilote dans une entreprise de pâtes et papiers en 1975, mais le conseil d’administration ne l’a pas laissée voler. Elle a fini par aider à la répartition et à la gestion du bureau, réussissant parfois à obtenir un vol lorsqu’une filiale exploitait l’avion.

Après avoir changé d’emploi comme agent de passagers chez Airwest Airlines en Colombie-Britannique – avec des changements de poste de pilotage peu fréquents – Cameron a finalement été embauchée par un petit service régional à Slave Lake, en Alberta, où elle a piloté un avion de ligne Douglas DC-3 – une grande pause , en raison de la plus grande taille de l’avion.

Quatre mois plus tard, l’entreprise a fait faillite – les chèques de paie ont rebondi – et les dirigeants du transporteur qui a repris ses liaisons n’étaient pas ravis de sa présence. « Le pilote en chef ne voulait pas m’embaucher. Mais il a dit : « Au moins, les grandes compagnies aériennes ne vous embaucheront pas. »

La compagnie aérienne l’a stationnée à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, et a procédé à son licenciement. Elle a ensuite été réembauchée comme répartitrice et autorisée à voler périodiquement.

En 1978, Air Canada étudia sa candidature et lui proposa finalement un emploi.

« J’ai reçu un appel du vice-président des opérations la semaine précédant mon début et il voulait me faire remarquer assez sérieusement que si je tombais enceinte, je n’aurais pas le droit de prendre l’avion », se souvient-elle. « Je n’étais pas marié à l’époque et je n’avais aucun projet familial… Je ne savais pas quoi dire. »

Dans l’ensemble, cependant, elle a déclaré que l’expérience avait été positive et que les pilotes étaient respectueux, certains d’entre eux servant de mentors.

Essais d’un (contre)pionnier

Cependant, la compagnie n’a pas fait exception à l’incapacité pendant des années de la plupart des compagnies aériennes à fournir des uniformes aux membres d’équipage enceintes, y compris Cameron en 1984. Cette lacune était un exemple plus doux de certaines des inégalités entre les sexes qui ont persisté dans divers transporteurs dans les années 1970. y compris des limites de poids strictes, des plafonds d’âge et des interdictions de mariage pour les agents de bord.

« Mon dernier enfant est né en 1990 et je n’ai jamais eu d’uniforme de maternité », dit-elle avec un petit rire ironique. Au lieu de cela, sa belle-mère a cousu des épaulettes sur la chemise habillée de son mari et un panneau sur un pantalon de Cameron.

« Officiellement, j’ignorais que j’étais enceinte jusqu’au deuxième trimestre », a déclaré Cameron. Les règles du ministère des Transports interdisaient aux pilotes enceintes de voler sauf pendant trois mois au milieu de leur mandat.

Aujourd’hui, les aviateurs d’Air Canada peuvent être invités à soumettre toutes les deux semaines une note de leur médecin confirmant qu’ils sont aptes à voler, à compter de la 20e semaine de grossesse. Les pilotes sont jugés aptes à voler jusqu’à la semaine 30, « dans le cas d’une grossesse normale », selon la réglementation de Transports Canada.

Bon nombre des 410 femmes pilotes d’Air Canada – sur un total de 5 230 – considèrent Cameron comme une source d’inspiration.

« Judy a toujours été un mentor pour les femmes pilotes », a déclaré Elaine Bradbury, qui l’a rencontrée pour la première fois au Seneca College en 1981, lorsque Cameron enseignait aux étudiants invités sur un simulateur de vol.

Plus tard, Bradbury a volé à ses côtés sur un avion Airbus A320 et un avion de ligne Boeing 777.

« C’était tout simplement agréable de parler à une autre femme qui avait réussi », a déclaré Bradbury. « Cela nous a donné de l’espoir et du courage de voir quelqu’un comme ça. Elle a toujours dit, continuez, c’est à votre disposition si vous le voulez.

Passer le flambeau

Depuis sa retraite en 2015, Cameron a à peine ralenti son rythme. Le résident d’Oakville, en Ontario, a suivi un cours de voltige – « boucles, roulades et huit cubains » – en Floride. Et elle participe activement au programme de bourses d’études d’Air Canada en son nom. Lancé en 2019 et soutenu en partie par CAE, le fonds a permis de soutenir l’année dernière la formation de 13 jeunes femmes pour devenir pilotes ou ingénieurs d’entretien d’aéronefs, leur accordant 5 000 $ chacune.

L’éducation dans le secteur est notoirement coûteuse.

« Il en coûte aujourd’hui 100 000 $ pour obtenir toutes vos licences au Canada », a déclaré Murray Strom, vice-président des opérations aériennes d’Air Canada.

« Ce n’est pas typiquement une profession qui attire le large éventail de Canadiens que nous avons, elle ne représente pas notre communauté », a-t-il déclaré. Les bourses visent à compenser ce déséquilibre.

L’année dernière, 12 pour cent des nouvelles licences de pilote délivrées au Canada ont été attribuées à des femmes, selon l’Institute for Women of Aviation Worldwide.

Cameron est également directrice de la Northern Lights Aero Foundation, qui offre du mentorat et met en valeur les réalisations des femmes dans l’aviation.

« Jusqu’à ce que nous commencions à le faire, il n’y avait aucune reconnaissance dans la communauté aéronautique », a déclaré Anna Pangrazzi, qui a fondé l’organisation en 2009 et dirige Apex Airplane Sales à l’aéroport de Buttonville, en Ontario, au nord de Toronto.

« Judy, elle est en quelque sorte une pionnière. »

Pangrazzi se souvient avoir piloté un petit Cessna avec elle comme passagère il y a quelques années.

« Nous avons décollé de Buttonville et je voulais mettre le pilote automatique en marche, et elle m’a dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Elle voulait le faire voler à la main jusqu’à Kingston », soit plus de 200 kilomètres.

En bref, Cameron a aidé une amie à prendre les commandes et à tracer une route, quelque chose dans lequel elle a grandi après des décennies dans le cockpit.

« Elle était très précise sur l’altitude et le cap » – la direction dans laquelle le nez est pointé – se souvient Pangrazzi.

« Tout le. »

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 4 février 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *