L’Arabie Saoudite s’apprête à vendre de nouvelles actions d’Aramco, selon des sources

L’Arabie saoudite est sur le point de vendre davantage d’actions du géant de l’énergie Aramco, ont déclaré trois sources proches du dossier, ce qui pourrait accroître le financement du pays et son objectif de sevrer l’économie du pétrole.

Le gouvernement a aligné Citigroup CN, Goldman Sachs GS-N et HSBC pour la vente, a déclaré l’une des sources, qui pourrait avoir lieu au deuxième ou au troisième trimestre de cette année, a déclaré une deuxième personne. La vente d’actions pourrait rapporter environ 20 milliards de dollars, selon Bloomberg, qui a été le premier à annoncer la nouvelle.

Les préparatifs sont en cours et les détails pourraient changer, ont indiqué les sources. Le bureau de communication du gouvernement n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat. Aramco a refusé de commenter.

L’Arabie saoudite a besoin de centaines de milliards de dollars pour atteindre les objectifs de son plan de transition économique connu sous le nom de Vision 2030, qui place l’expansion du secteur privé et la croissance non pétrolière au centre de son futur programme de développement.

Il prévoit un déficit budgétaire de 79 milliards de riyals (21,07 milliards de dollars) en 2024, soit environ 2 pour cent du PIB, même si certains analystes s’attendent à ce que ce chiffre soit beaucoup plus élevé en raison de besoins de dépenses plus élevés.

Une vente d’actions ferait suite à un décret gouvernemental de janvier ordonnant à la compagnie pétrolière nationale Aramco de suspendre son plan d’expansion pétrolière et de viser une capacité de production maximale soutenue de 12 millions de barils par jour, soit 1 million de b/j de moins que l’objectif annoncé en 2020. Une décision qui pourrait rediriger les fonds vers le Trésor, ont déclaré certains analystes.

Le royaume a déjà fait appel aux marchés de la dette pour 12 milliards de dollars cette année afin de contribuer à combler le déficit.

Aramco, au cours de chacun des deux derniers trimestres, a versé à ses actionnaires près de 10 milliards de dollars de dividendes liés à la performance annoncés plus tôt en 2023, en plus des redevances liées au Brent et des dividendes de base de 19,5 milliards de dollars versés chaque trimestre.

Elle a réalisé la plus grande introduction en bourse au monde fin 2019, levant 25,6 milliards de dollars, puis vendant davantage d’actions pour porter le total à 29,4 milliards de dollars.

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, en janvier 2021

a déclaré qu’Aramco vendrait davantage d’actions, le produit étant utilisé pour renforcer le principal fonds souverain du pays.

L’État saoudien reste majoritairement le plus grand actionnaire d’Aramco et dépend fortement de ses versements. Le gouvernement détient directement 90,19 pour cent, le Fonds souverain d’investissement public (PIF) 4 pour cent et la filiale du PIF, Sanabil, 4 pour cent supplémentaires, selon les données du LSEG.

Aramco devrait publier ses résultats financiers pour l’ensemble de l’année 2023 en mars, date à laquelle elle devrait fournir une mise à jour de ses dépenses d’investissement, qui devraient désormais être révisées à la baisse suite à la décision sur les capacités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *