Le fabricant des gobelets Stanley Quencher poursuivi pour plomb présumé dans les gobelets, recours collectif proposé

Le fabricant des très populaires coupes Stanley a été poursuivi jeudi devant un tribunal de l’État de Californie par quatre femmes qui affirment que l’entreprise a induit les consommateurs en erreur en omettant de divulguer que le produit contient du plomb, une substance toxique.

Le procès, qui demande le statut de recours collectif, allègue que le propriétaire de la marque Stanley, Pacific Market International, a commercialisé les gobelets réutilisables comme étant sûrs et durables tout en sachant qu’il y avait du plomb dans les joints sous vide des gobelets.

Les femmes, qui ont déposé leur plainte à Los Angeles, affirment qu’elles n’auraient pas acheté ces gobelets si elles avaient su qu’elles contenaient du plomb, arguant qu’elles auraient pu être exposées au métal.

« PMI a gardé ses clients dans l’ignorance afin de ne pas interférer avec son manne de ventes axées sur les influenceurs, en particulier les ventes auprès des jeunes femmes », indique le procès.

Les représentants de Pacific Market International n’ont pas immédiatement répondu aux questions sur les allégations du procès.

John Rushing, un avocat représentant les femmes, a déclaré à Reuters que Stanley « aurait pu être honnête avec les clients », mais « a choisi de ne pas le faire ».

Les femmes demandent des dommages-intérêts compensatoires et punitifs, ainsi qu’une injonction permanente obligeant Stanley à divulguer la présence de plomb et de toute autre toxine dans ses produits en Californie.

La société a reconnu dans une déclaration publiée sur son site Web qu’il y avait du plomb dans le joint d’isolation sous vide de la tasse, mais elle a déclaré « qu’aucun plomb n’est présent sur la surface d’un produit Stanley qui entre en contact avec le consommateur ni sur le contenu ». du produit. »

Les coupes Stanley, anciennement connues sous le nom de coupes Stanley Quencher, coûtent entre 35 $ et 50 $. Les récentes ventes de tasses, largement portées par les médias sociaux, ont propulsé la marque privée Stanley, vieille de 100 ans, vers un chiffre d’affaires multiplié par dix, atteignant 750 millions de dollars l’année dernière, selon CNBC en décembre.

Les publications sur le plomb dans les tasses ont explosé sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, certains consommateurs publiant des tests de plomb à la maison sur leurs tasses sur TikTok.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *