Le pétrole en hausse de 3% suite au rejet du cessez-le-feu à Gaza et aux données sur les stocks de carburant américains

Les prix du pétrole ont augmenté de plus de 3% jeudi en raison des craintes d’un conflit élargi au Moyen-Orient après qu’Israël a rejeté une offre de cessez-le-feu du Hamas.

Les contrats à terme sur le Brent ont clôturé en hausse de 2,42 dollars, soit 3%, à 81,36 dollars le baril. Le brut américain West Texas Intermediate a grimpé de 2,36 dollars, soit 3,2%, à 76,22 dollars.

L’indice de référence Brent a dépassé les 80 dollars le baril et le WTI a dépassé les 75 dollars le baril pour la première fois en février.

Les forces israéliennes ont bombardé jeudi la ville frontalière sud de Rafah après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté une proposition visant à mettre fin à la guerre dans l’enclave palestinienne.

« Le marché retient son souffle quant aux prochaines retombées potentielles », a déclaré John Kilduff, associé chez Again Capital LLC. Les attaques contre les navires menées par les rebelles Houthis soutenus par l’Iran continuent de perturber le commerce mondial du pétrole, a-t-il ajouté.

Une délégation du Hamas est arrivée jeudi au Caire pour des négociations de cessez-le-feu avec les médiateurs égyptien et qatari.

Aux États-Unis, une baisse plus forte que prévu des stocks d’essence et de distillat moyen a également stimulé le marché pétrolier.

La diminution des stocks de carburant, combinée à une augmentation des stocks de brut, est un signe de maintenance des raffineries américaines, a déclaré Varga.

« La maintenance continue des raffineries américaines, ainsi que le manque de diesel en Europe, peuvent contribuer à maintenir un sentiment positif pour le moment », a-t-il ajouté.

En Russie, les dommages causés aux raffineries par les attaques de drones ukrainiens et les pannes techniques ont entraîné des exportations de brut plus importantes que prévu en février, ce qui pourrait compromettre l’engagement du pays à réduire ses approvisionnements dans le cadre de l’accord OPEP+, selon les analystes.

Ailleurs, le champ pétrolier norvégien Johan Sverdrup – le plus grand de la mer du Nord – maintiendra une production stable à un rythme plus élevé de 755 000 barils par jour (b/j) pour le reste de cette année, a déclaré Aker BP. Sa capacité initialement prévue était de 660 000 b/j.

La croissance de la demande reste saine dans les grands pays consommateurs de pétrole, notamment l’Inde et les Etats-Unis, a déclaré Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

Aux États-Unis, les inscriptions au chômage ont diminué légèrement plus que prévu la semaine dernière, a annoncé jeudi le ministère du Travail, soulignant la solidité sous-jacente du marché du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *