Le pétrole enregistre des pertes hebdomadaires alors que les données américaines ébranlent les espoirs de baisses de taux à court terme

Les prix du pétrole ont chuté d’environ 2% vendredi et ont affiché des pertes hebdomadaires après que les données sur l’emploi aux États-Unis aient réduit les chances d’une baisse imminente des taux d’intérêt dans la plus grande économie mondiale, ce qui pourrait freiner la demande de brut.

Le ralentissement de la croissance en Chine et la possibilité d’un certain apaisement des tensions au Moyen-Orient ont également fait baisser les prix.

Les contrats à terme sur le brut Brent se sont établis à 77,33 dollars le baril, perdant 1,37 dollars, soit 1,7 pour cent. Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate américain se sont établis à 72,28 dollars le baril, en baisse de 1,54 dollars, ou 2 pour cent.

Les deux indices de référence ont perdu environ 7 pour cent sur la semaine.

Les taux d’intérêt élevés, qui ont tendance à freiner la croissance économique et la demande de pétrole, dans les grandes économies comme les États-Unis et la zone euro, semblent être là pour rester à court terme.

Les données publiées vendredi ont montré que les employeurs américains ont créé beaucoup plus d’emplois que prévu en janvier, réduisant ainsi les chances d’une réduction des taux de la Réserve fédérale à court terme. En conséquence, le dollar a bondi par rapport à toutes les principales devises.

« Les prix n’ont pratiquement pas changé avant la publication du rapport, mais l’énorme augmentation des emplois créés incite à une réduction des taux d’intérêt », a déclaré Matt Smith, analyste chez Kpler.

La panne de la raffinerie BP de Whiting, dans l’Indiana, qui produit 435 000 barils par jour, a également maintenu les prix du pétrole à la baisse, à la suite d’une panne d’électricité qui a perturbé les opérations jeudi, a déclaré Bob Yawger de Mizuho.

Le courant à la raffinerie avait été rétabli vendredi à midi, mais des sources ont indiqué que BP n’avait pas encore fixé de date pour le redémarrage de l’usine.

« Vous vous retrouvez avec des barils sans aucun endroit où aller pour les stocker », a déclaré Yawger.

La société de services énergétiques Baker Hughes a déclaré que le nombre de plates-formes pétrolières américaines, un indicateur précoce de l’offre future, était resté stable à 499 cette semaine. Les gestionnaires de fonds ont augmenté leur position combinée sur les contrats à terme et les options sur le pétrole à New York et à Londres de 18 082 contrats, pour atteindre 117 226 au cours de la semaine précédant le 30 janvier, a annoncé la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis.

De l’autre côté de l’Atlantique, un responsable politique de la Banque centrale européenne a également suggéré qu’il était trop tôt pour réduire les taux d’intérêt dans la zone euro.

Les inquiétudes concernant la reprise économique de la Chine ont persisté, le Fonds monétaire international prévoyant que la croissance économique du pays ralentirait à 4,6 pour cent en 2024 et diminuerait encore à moyen terme pour atteindre environ 3,5 pour cent en 2028.

La baisse hebdomadaire des prix du pétrole était déjà en marche après des informations non fondées faisant état d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui ont provoqué une baisse des prix de plus de 2 pour cent jeudi.

Les médiateurs attendent une réponse du Hamas à une proposition rédigée la semaine dernière avec les chefs des services de renseignement israéliens et américains et transmise par l’Egypte et le Qatar pour le premier cessez-le-feu prolongé de la guerre.

Une pause pourrait atténuer le risque politique qui pèse sur les voies de navigation du Golfe et de la mer Rouge, qui sont essentielles aux flux énergétiques mondiaux.

Jeudi, des sources ont déclaré que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés dirigés par la Russie, connus sous le nom d’OPEP+, avaient maintenu leur politique de production inchangée. Le groupe décidera en mars s’il prolonge les réductions volontaires de production pétrolière en vigueur pour le premier trimestre, ont indiqué les sources.

L’OPEP+ a mis en place des réductions de production de 2,2 millions de b/j pour le premier trimestre, comme annoncé en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *