Les acheteurs canadiens se tournent de plus en plus vers les « produits imparfaits » à mesure que les prix des épiceries augmentent

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Anna Stegink, propriétaire et exploitante de l’épicerie en ligne Eat Impact, à l’entrepôt de l’entreprise à Barrie, en Ontario, le 8 février.Christopher Katsarov/La Presse Canadienne

À la périphérie de Barrie, en Ontario, la lumière du soleil éclaire les concombres et le persil exclus empilés sur des palettes dans l’entrepôt d’Eat Impact.

Les employés de l’épicier en ligne trient et emballent des conteneurs contenant ces produits rejetés et inadaptés – carottes tentaculaires, bananes cicatrisées, pommes de terre bulbeuses – pour les livraisons à domicile dans tout le sud de l’Ontario.

« L’objectif est d’aider les gens à mieux manger, à économiser de l’argent et à lutter en même temps contre le gaspillage alimentaire », a déclaré Anna Stegink, qui a fondé Eat Impact fin 2022.

Avec la flambée des prix et les budgets tendus, les consommateurs se tournent de plus en plus vers des aliments dits imparfaits pour économiser sur des produits qui, selon une nouvelle récolte d’épiciers en ligne, sont tout aussi savoureux – même s’ils sont un peu noueux.

Des milliards de livres de produits canadiens sont gaspillés chaque année, en grande partie parce qu’ils ne répondent pas aux critères cosmétiques stricts auxquels adhère l’industrie de la vente au détail.

« Soit il pourrit dans le réfrigérateur, soit dans la décharge, soit dans le champ du fermier », a déclaré Stegink.

Les grands détaillants vendent principalement des fruits et légumes de première qualité, laissant les agriculteurs et les distributeurs coincés avec des tas de produits frais, parfaitement comestibles mais pas tout à fait photogéniques.

Les concombres, par exemple, doivent se conformer à des restrictions strictes de longueur et de largeur et être droits, seulement « modérément effilés » et de « bonne couleur verte caractéristique » pour obtenir une classification de première qualité, selon la réglementation agricole fédérale.

Pendant ce temps, les factures d’épicerie ne cessent de grimper. Les familles canadiennes paieront en moyenne près de 1 800 $ de plus pour l’épicerie cette année qu’en 2022, selon un rapport annuel sur l’industrie alimentaire rédigé par des chercheurs de quatre universités canadiennes.

« Donner la priorité à une alimentation saine et à l’achat de produits frais est devenu plus difficile pour beaucoup d’entre nous », a déclaré Stegink. « Notre idée était de lancer Eat Impact pour connecter des produits imparfaits, laids et excédentaires avec des gens heureux de les manger. »

Elle n’est pas seule.

Plus à l’ouest, l’épicier en ligne Spud affirme avoir économisé près de 84 000 livres de produits imparfaits de la décharge l’année dernière en vendant de tout, des pommes ébréchées aux oranges de forme étrange, dans le Lower Mainland de la Colombie-Britannique, sur l’île de Vancouver et sur la Sunshine Coast, ainsi qu’à Calgary et à Edmonton. zones.

Les abonnés économisent jusqu’à 50 pour cent sur leurs articles par rapport aux points de vente traditionnels, a déclaré la directrice Emma McDonald. Ils ont l’avantage supplémentaire de manger des aliments plus frais grâce à la livraison directe à domicile qui contourne l’allée des produits. Environ 90 pour cent de ses stocks sont renouvelés dans les 48 heures, a-t-elle déclaré.

Compte tenu des économies, de la sensibilisation au gaspillage et de la préférence pour les produits biologiques régionaux, il n’est pas surprenant que de nombreux abonnés soient plus jeunes.

« Nous servons des familles et des ménages de plusieurs personnes qui sont un peu plus occupés, qui cherchent à gagner du temps ou qui donnent la priorité à l’aspect biologique et local », a déclaré McDonald, notant que Spud propose des produits imparfaits depuis huit ans – bien que l’entreprise ait s’est récemment intensifié.

« Beaucoup de nos clients sont physiquement handicapés et ne peuvent pas se rendre eux-mêmes à l’épicerie. Et certaines personnes qui pourraient compter sur les plats à emporter ont désormais cette option pour préparer des repas sains qui ne nuisent pas à leur portefeuille », a-t-elle ajouté.

McDonald elle-même aime les bananes pour les smoothies – 18 jaunes pour 5 $ dans une transaction récente – et les pommes de terre « Pugly » du producteur local Fraserland Organics, que Spud vend en sacs de cinq livres pour 6 $.

De nombreux services de livraison de produits entretiennent des relations avec des producteurs voisins. Vicky Ffrench, qui dirige Cookstown Greens – l’une des dix fermes sur lesquelles Eat Impact s’appuie directement – ​​a déclaré que les épiciers en ligne ont sensibilisé davantage au fait qu’il est tout aussi facile de déguster un panais ou une racine de persil qui n’a peut-être pas atteint sa taille maximale, ou une pomme de terre qui pourrait ressembler à un cœur.

Faire passer le message reste l’un des plus grands défis – « il suffit d’éduquer le consommateur sur le fait qu’il existe des options qui lui permettent d’acheter des produits d’épicerie à un prix réduit », a déclaré Ffrench.

Odd Bunch, lancé par Divy Ojha, 25 ans, il y a 18 mois, propose sept boîtes de produits différents jusqu’à une fois par semaine, glanés dans des fermes et des serres du sud-ouest de l’Ontario, de la région du Niagara et des Cantons-de-l’Est du Québec, mais ils stockent également du Mexique et de Californie, surtout en hiver.

L’entreprise a récemment été lancée à Ottawa et dessert la majeure partie de la région située entre London, en Ontario. et Montréal.

Il propose également des aliments produits en surplus ainsi que des produits « abrégés » – des articles emballés avec une date de péremption incorrecte.

Larissa Fitzsimons, résidente de Toronto, a commencé à acheter des fruits et légumes d’Odd Bunch il y a deux ans avant de passer à Eat Impact, qu’elle aime pour la flexibilité de son menu déroulant pour les boîtes hebdomadaires.

«Je m’en fiche si sa forme est bizarre ou autre, cela ne m’affecte pas vraiment. Si quelqu’un est prêt à vous l’offrir à prix réduit, cela représente de belles économies », a déclaré Fitzsimons.

L’origine locale de nombreux articles correspond à son environnementalisme, mais elle apprécie également les articles venus de loin.

« Cela vous amène à essayer différentes choses », a-t-elle déclaré, soulignant qu’elle avait d’abord goûté un kaki grâce au service. Elle achète désormais régulièrement ce fruit sucré.

La plupart des épiciers à grande surface offrent des réductions sur les produits dont la date de péremption est proche. Mais souvent, les produits sont « assez loin », a déclaré Fitzsimmons. « Vous n’allez pas vraiment acheter des pommes de terre molles. »

Mais ceux qui sont noueux avec un défaut ou deux ?

« Oh ouais. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *