Les régimes de retraite ont obtenu un rendement moyen de 9,1 % en 2023, rebondissant fortement après des pertes importantes en 2022

Les rendements des investissements des régimes de retraite à prestations définies du Canada ont repris vie l’année dernière avec un rendement moyen de 9,1 pour cent, récupérant la plupart des pertes subies au cours d’une année 2022 tumultueuse, selon un nouveau rapport de la Banque Royale du Canada.

Les solides gains enregistrés en 2023 ont été couronnés par un solide quatrième trimestre, où les rendements ont atteint en moyenne 8,2 pour cent, ce qui constitue l’une des meilleures performances pour les fonds de pension au cours des deux dernières décennies. Alors que les investisseurs devenaient de plus en plus optimistes quant à la possibilité que les banques centrales commencent à réduire les taux d’intérêt de référence à court terme, les marchés boursiers et obligataires ont tous deux bondi et généré des rendements positifs pour les investisseurs.

Les gains de l’année dernière étaient presque le reflet des fortes pertes subies par de nombreux régimes un an plus tôt, lorsque la perte moyenne était de 10,3 pour cent – ​​la pire performance annuelle depuis la crise financière mondiale de 2008 – alors que les actions et les titres à revenu fixe chutaient en tandem. .

Le rapport, publié lundi, a été rédigé par la branche services aux investisseurs de RBC et analyse les projets des clients des secteurs public et privé pour produire ses données.

Après une bonne fin d’année 2023, des embûches potentielles nous attendent en raison de l’incertitude concernant l’inflation et les conflits internationaux, tempérant le sentiment d’élan dont les investisseurs ont bénéficié ces derniers temps, a déclaré RBC.

« L’inflation future potentielle résultant de la crise de la mer Rouge introduit des incertitudes qui ont un impact sur le commerce mondial et les chaînes d’approvisionnement », a déclaré Marijana Jovanovic, directrice générale et responsable du développement de produits chez RBC Investor Services, dans un communiqué.

« Les tensions géopolitiques, notamment les conflits au Moyen-Orient et en Ukraine, sont également à l’étude alors que les gestionnaires de régimes adaptent leurs stratégies pour s’adapter à cet environnement. »

Les rendements les plus forts ont été générés par la performance élevée des actions axées sur la croissance telles que Apple Inc. AAPL-Q, Microsoft Corp. MSFT-Q et Amazon.com Inc. AMZN-Q. Ils dominent par exemple l’indice MSCI World Growth, qui a généré un rendement de 33,3 pour cent l’année dernière.

Les actions de valeur et les actions canadiennes ont généré des rendements plus simples, les rendements des régimes de retraite des actions canadiennes étant en moyenne de 7,5 pour cent au quatrième trimestre – ce qui est inférieur à son indice de référence trimestriel, l’indice composé S&P/TSX, à 8,1 pour cent – ​​et de 10,9 pour cent. pour cent pour l’année.

Les obligations ont bien performé, la baisse des rendements et le resserrement des écarts de crédit ayant donné aux régimes de retraite à prestations définies un rendement moyen de 10,9 pour cent au quatrième trimestre, portant la moyenne pour l’ensemble de l’année à 7,8 pour cent. Cela a battu l’indice de référence pertinent, l’indice obligataire universel FTSE Canada. Les obligations à long terme sensibles aux taux d’intérêt ont mieux performé que leurs homologues à court terme.

Parmi les indices de référence couramment utilisés par les fonds de pension pour mesurer leur performance, les actions liées à l’immobilier ont été l’une des classes d’actifs les plus performantes, avec un rendement moyen de 14,3 pour cent au quatrième trimestre. Et ce malgré la pression croissante exercée sur les propriétaires immobiliers, les taux d’intérêt élevés ayant fait baisser la valeur de nombreuses propriétés et provoqué une hausse des coûts d’emprunt à mesure que les prêts devaient être renouvelés.

RBC n’a pas encore compilé les rendements détaillés des régimes de retraite dans les catégories d’actifs privés comme l’immobilier, les infrastructures ou les capitaux privés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *