TransAlta investira 3,5 milliards de dollars dans les énergies renouvelables d’ici fin 2028

L’un des plus grands producteurs d’électricité de l’Alberta affirme que plus des deux tiers de ses bénéfices proviendront de la production d’électricité renouvelable d’ici 2028 – une transformation majeure pour une entreprise qui était autrefois l’un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre au pays.

TransAlta Corp. TA-T a annoncé mardi un plan de croissance du capital mis à jour lors de sa journée des investisseurs, qui verra la société investir 3,5 milliards de dollars dans une capacité de production et de stockage d’électricité propre d’ici la fin de 2028.

L’entreprise basée à Calgary, qui a mis en ligne plus de 800 mégawatts d’énergie éolienne et solaire depuis 2021 seulement, a déclaré qu’elle ajouterait 1 750 MW supplémentaires d’énergie propre au cours des cinq prochaines années.

La majeure partie de cette nouvelle génération sera une croissance organique – développant des projets éoliens et solaires à partir de zéro – bien que l’entreprise soit également ouverte à la croissance par le biais de fusions et d’acquisitions si la bonne opportunité se présente, a déclaré John Kousinioris, PDG de TransAlta, dans une interview.

« Ce qui est intéressant, c’est l’impact que cela aura sur notre entreprise », a déclaré Kousinioris à propos des nouvelles projections de croissance.

« Cela finira par nous pousser assez fermement vers une entreprise de production plus contractuelle et plus verte. D’ici 2028 et franchement, même avant, environ 70 % de notre EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) proviendra des énergies renouvelables.

Actuellement, environ 40 pour cent du BAIIA de TransAlta est attribuable à l’énergie renouvelable. L’entreprise est l’un des plus grands producteurs d’énergie éolienne au Canada, ayant augmenté sa capacité totale d’énergie renouvelable d’environ 900 MW en 2000 à plus de 2 900 MW en 2022.

Mais il y a à peine dix ans, le gagne-pain de l’entreprise était son vaste parc de centrales électriques au charbon. La décision de TransAlta de convertir ces centrales au charbon au gaz naturel, pour un coût de près de 300 millions de dollars, a été achevée à la fin de 2021 et a été largement saluée comme une réalisation environnementale importante.

L’abandon du charbon a permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre de TransAlta de 32 millions de tonnes par an – ou 76 pour cent – ​​par rapport à ce qu’elles étaient en 2005.

TransAlta ne tourne pas le dos au gaz naturel. La société a récemment annoncé l’acquisition de Heartland Generation pour 658 millions de dollars, une transaction qui ajoute 1 844 MW de production d’électricité au gaz – principalement en Alberta – au portefeuille de la société.

Kousinioris a déclaré que des centrales alimentées au gaz naturel pouvant servir de secours aux énergies renouvelables pendant les périodes de demande de pointe seront toujours nécessaires à l’avenir, ajoutant que la société étudie une poignée d’opportunités pour « compléter » sa flotte de gaz naturel.

Mais les énergies renouvelables sont l’avenir, a-t-il déclaré, ajoutant que la « grande majorité » de la croissance de TransAlta dans les années à venir se fera dans le domaine de l’électricité propre.

« Nous pensons que les gouvernements, les investisseurs et les citoyens voudront un réseau plus vert au fil du temps. Nous pensons que le coût du carbone va continuer à augmenter avec le temps », a déclaré Kousinioris.

« Nous pensons que la demande en énergies renouvelables et en stockage continuera d’augmenter et qu’il y aura, au fil du temps, de plus en plus de soutiens politiques en faveur des énergies renouvelables. »

Ces derniers mois, la hausse des taux d’intérêt, l’inflation et les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont freiné les entreprises du secteur des énergies renouvelables, ôtant un peu de l’éclat du secteur aux yeux des investisseurs. L’indice S&P/TSX des énergies renouvelables et des technologies propres, par exemple, est en baisse de près de 23 pour cent depuis le début de l’année.

Le débat mondial s’intensifie également sur le rythme et le coût de la transition énergétique. La province d’origine de TransAlta, l’Alberta, par exemple, s’oppose au projet de réglementation sur l’électricité propre d’Ottawa, affirmant qu’un objectif de zéro émission nette pour le secteur d’ici 2030 est irréalisable.

L’Alberta a également imposé un moratoire temporaire sur le développement des énergies renouvelables en raison de préoccupations concernant les impacts sur les terres agricoles, la fiabilité du système et la remise en état.

Mais Kousinioris a déclaré que TransAlta restait optimiste quant aux perspectives à long terme de l’électricité renouvelable.

« En fin de compte, tout dépend de nos convictions. Et lorsque nous réfléchissons à nos convictions, nous ne pensons pas aux turbulences à court terme », a-t-il déclaré.

« Nous essayons d’avoir une vision à très long terme. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *