Arnold Schwarzenegger arrêté à la douane pour une montre de luxe après son arrivée en Allemagne

Arnold Schwarzenegger a été arrêté pendant des heures par les douanes à l’aéroport de Munich après être entré en Allemagne avec une montre de luxe qui devait potentiellement être vendue aux enchères lors d’un événement caritatif.

L’ancienne star de cinéma et gouverneur de Californie a été arrêtée pour un contrôle de routine après son arrivée mercredi, a déclaré le porte-parole des douanes Thomas Meister. Schwarzenegger a pu partir après environ deux heures et demie, a-t-il déclaré jeudi.

Les marchandises d’une valeur supérieure à 430 euros (467 dollars) qui resteront dans l’Union européenne doivent être déclarées et, le cas échéant, acquittées. Le quotidien allemand Bild, qui a été le premier à rendre compte de l’incident, a rapporté que la montre, prétendument non déclarée, fabriquée par le fabricant suisse Audemars Piguet, avait été évaluée à environ 20 000 euros (21 739 dollars) par Schwarzenegger, pour qui elle avait été spécialement fabriquée.

La Schwarzenegger Climate Initiative a déclaré que Schwarzenegger avait été arrêté « pour avoir voyagé avec une montre qu’il possède, afin qu’il puisse la vendre aux enchères lors de sa vente aux enchères caritative (jeudi) à Kitzbühel », en Autriche voisine.

Il a ajouté dans une déclaration par courrier électronique que Schwarzenegger « avait coopéré à chaque étape même s’il s’agissait d’un shakedown incompétent » et qu’il avait accepté de « payer d’avance les taxes potentielles sur la montre (rappelez-vous, c’est sa montre personnelle) ».

Il a déclaré que la montre était toujours susceptible d’être vendue aux enchères et que l’initiative climatique « en ferait rapport de manière appropriée, comme le font toutes les organisations à but non lucratif d’Arnold ». Les ventes aux enchères caritatives de Schwarzenegger récoltent des millions de dollars chaque année pour des programmes parascolaires destinés aux enfants aux États-Unis et pour le travail environnemental dans le monde entier, ajoute le communiqué.

L’affaire est désormais portée devant l’organisme des sanctions douanières d’Augsbourg, qui évaluera le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *