Des membres canadiens des Hells Angels impliqués dans une affaire américaine contre l’Iran pour tentative d’assassinat sur le sol américain

Les procureurs américains allèguent que le gouvernement iranien a recruté deux Canadiens associés aux Hells Angels pour assassiner des transfuges iraniens dans le Maryland, dans le cadre d’un plan international visant à faire taire les dissidents à l’étranger.

Un acte d’accusation fédéral dévoilé lundi indique que Naji Sharifi Zindashti, un trafiquant de drogue iranien opérant sous les ordres du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité, a recruté Damion Patrick John Ryan, 43 ans, membre à part entière canadien des Hells Angels, pour mener à bien cette opération. un coup contre deux Iraniens dans le Maryland en décembre 2020. M. Ryan a à son tour embauché Adam Richard Pearson, 29 ans, un affilié canadien des Hells Angels vivant alors illégalement au Minnesota, pour mener à bien le complot, selon les procureurs.

L’acte d’accusation ne précise pas immédiatement quelle a été l’issue du complot. Les trois hommes sont accusés de complot en vue d’utiliser des installations commerciales interétatiques pour commettre un meurtre contre rémunération. M. Pearson fait également face à des accusations de possession illégale d’armes à feu et de séjour illégal aux États-Unis.

M. Ryan et M. Pearson sont actuellement emprisonnés au Canada pour des accusations sans rapport. On pense que M. Zindashti se trouve actuellement en Iran.

L’acte d’accusation, dont les allégations n’ont pas été prouvées devant les tribunaux, fait partie d’une initiative plus large annoncée lundi pour perturber M. Zindashti, qui, selon le gouvernement américain, dirige un réseau international d’assassinats pour le gouvernement iranien.

Ces accusations surviennent dans un contexte d’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran suite à l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. Au cours du week-end, une milice soutenue par l’Iran a tué trois soldats américains et en a blessé des dizaines d’autres lors d’une frappe de drone en Jordanie. Les rebelles Houthis soutenus par l’Iran au Yémen ont également pris pour cible des navires dans la mer Rouge, et d’autres groupes au Moyen-Orient ont attaqué des bases militaires américaines ces derniers mois. M. Biden a promis de riposter.

L’inculpation des Canadiens par les États-Unis fait également suite à des mois de révélations sur d’autres complots d’assassinat étrangers dans les deux pays. Le Canada a accusé le gouvernement indien d’avoir organisé l’assassinat du militant indépendantiste sikh Hardeep Singh Nijjar l’année dernière en Colombie-Britannique. Les autorités auraient également déjoué un complot indien visant à assassiner Gurpatwant Singh Pannun, un autre militant sikh, aux États-Unis.

Dans des messages sur l’application SkyECC, les autorités américaines ont déclaré que M. Zindashti avait accepté de payer 350 000 dollars américains, plus 20 000 dollars américains de dépenses pour le complot d’assassinat. L’acte d’accusation n’identifie pas les victimes prévues mais indique que M. Zindashti a donné à M. Ryan des photos d’elles et des cartes de leur adresse dans le Maryland.

Dans d’autres messages de SkyECC cités dans l’acte d’accusation, M. Pearson aurait dit à M. Ryan qu’il recruterait davantage de personnes pour mener à bien l’attaque et les encouragerait à tirer « beaucoup dans la tête » sur les victimes pour « donner l’exemple ». M. Pearson a écrit qu’il « s’assurerait de frapper ce type à la tête avec AU MOINS la moitié du clip » et « nous devons effacer sa tête de son torse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *