Des millions de personnes ont un besoin urgent de nourriture dans la région éthiopienne du Tigré malgré la reprise des livraisons d’aide

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Un Éthiopien porte sur ses épaules un sac de blé qui sera distribué par la Société de Secours du Tigré dans la ville d’Agula, dans la région du Tigré, au nord de l’Éthiopie, en 2021.Ben Curtis/Associated Press

Seule une petite fraction des millions de personnes dans le besoin dans la région du nord du Tigré en Éthiopie reçoivent une aide alimentaire, selon un mémo d’aide consulté par l’Associated Press, plus d’un mois après que les agences humanitaires ont repris leurs livraisons de céréales après une longue pause suite à des vols massifs.

Seulement 14 % des 3,2 millions de personnes ciblées pour l’aide alimentaire par les agences humanitaires dans la région ce mois-ci l’avaient reçue au 21 janvier, selon la note du Tigray Food Cluster, un groupe d’agences humanitaires coprésidé par le World Food Cluster des Nations Unies. Programme et responsables éthiopiens.

Le mémo exhorte les groupes humanitaires à « intensifier immédiatement » leurs opérations, avertissant que « le fait de ne pas agir rapidement maintenant entraînera une grave insécurité alimentaire et une malnutrition pendant la période de soudure, avec la perte possible des enfants et des femmes les plus vulnérables de la région. »

L’ONU et les États-Unis ont suspendu leur aide alimentaire au Tigré en mars de l’année dernière après avoir découvert un projet « à grande échelle » visant à voler des céréales humanitaires. La suspension a été étendue au reste de l’Éthiopie en juin.

Les responsables américains estiment que ce vol pourrait constituer le plus grand détournement de céréales jamais réalisé. Les donateurs humanitaires ont imputé cette fraude aux responsables du gouvernement éthiopien et à l’armée du pays. Le gouvernement éthiopien a rejeté cette suggestion, la qualifiant de « propagande » nuisible.

L’ONU et les États-Unis ont levé la pause en décembre après avoir introduit des réformes pour lutter contre le vol, mais les autorités du Tigré affirment que la nourriture n’atteint pas ceux qui en ont besoin.

Deux travailleurs humanitaires ont déclaré à l’AP que le nouveau système – qui comprend l’installation de traceurs GPS sur les camions de restauration et de cartes de rationnement avec codes QR – a été entravé par des problèmes techniques, entraînant des retards. Les agences humanitaires sont également confrontées à un manque de fonds.

Un troisième travailleur humanitaire a déclaré que la pause de l’aide alimentaire et la lente reprise signifiaient que certaines personnes du Tigré n’avaient pas reçu d’aide alimentaire depuis plus d’un an. « Ils ont subi plusieurs cycles d’enregistrement et de vérification, mais aucune distribution réelle n’a encore été effectuée », a déclaré le travailleur humanitaire.

Les travailleurs humanitaires ont parlé à l’AP sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à parler à la presse.

Le Tigré, qui abrite 5,5 millions d’habitants, a été au centre d’une guerre civile dévastatrice de deux ans qui a tué des centaines de milliers de personnes et s’est propagée aux régions voisines. Un panel de l’ONU a accusé le gouvernement éthiopien d’utiliser « la famine comme méthode de guerre » en limitant l’aide alimentaire au Tigré pendant le conflit, qui s’est terminé en novembre 2022 par un accord de paix.

Environ 20,1 millions de personnes en Éthiopie ont besoin de nourriture humanitaire en raison de la sécheresse, du conflit et d’une économie en déclin. La pause de l’aide a fait encore augmenter les niveaux de faim.

Le système d’alerte précoce contre la famine, financé par les États-Unis, a averti que des niveaux de crise de faim, voire pires, « sont attendus dans le nord, le sud et le sud-est de l’Éthiopie au moins au début de 2024 ». Un ancien chef du PAM a décrit ces niveaux de faim comme une « marche vers la famine ».

Dans la région d’Amhara voisine du Tigré, une rébellion qui a éclaté en août entrave les mouvements des humanitaires et rend les distributions difficiles, tandis que plusieurs régions d’Éthiopie sont dévastées par une sécheresse qui dure depuis plusieurs années.

Les taux de malnutrition chez les enfants dans certaines parties des régions éthiopiennes d’Afar, d’Amhara et d’Oromia se situent entre 15,9 % et 47 %, selon une présentation du Cluster Nutrition d’Ethiopie et examinée par l’AP. Parmi les enfants déplacés au Tigré, le taux est de 26,5 %. Le Cluster Nutrition Ethiopien est coprésidé par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance et le gouvernement fédéral.

L’insécurité persistante au Tigré signifie que seulement 49 % de ses terres agricoles ont été plantées pendant la principale saison de plantation de l’année dernière, selon une évaluation réalisée par les agences des Nations Unies, les ONG et les autorités régionales, et consultée par l’AP.

La production agricole dans ces zones n’a représenté que 37 % du total prévu en raison de la sécheresse. Dans certaines régions, la proportion était aussi faible que 2 %.

La mauvaise récolte a incité les autorités du Tigré à mettre en garde contre une « famine en cours » qui pourrait correspondre à la catastrophe de 1984-1985, qui a tué des centaines de milliers de personnes dans le nord de l’Éthiopie, à moins que la réponse humanitaire ne soit immédiatement renforcée.

Cependant, le gouvernement fédéral éthiopien nie l’existence d’une grave crise alimentaire. Lorsque le leader du Tigré, Getachew Reda, a tiré la sonnette d’alarme sur les décès massifs imminents dus à la famine le mois dernier, un porte-parole du gouvernement fédéral a rejeté les informations comme étant « inexactes » et l’a accusé de « politiser la crise ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *