Des tirs tuent et blessent des dizaines de personnes dans un hôpital de Gaza encerclé par les chars israéliens, selon les responsables de la santé

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des médecins palestiniens soignent des bébés prématurés évacués de l’hôpital Al Shifa vers l’hôpital Emirates de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 novembre 2023.Contributeur AFP#AFP/Getty Images

Les chars israéliens ont encerclé un hôpital dans le nord de Gaza et au moins 12 Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés par des tirs sur le complexe, ont annoncé lundi les responsables de la santé, alors que les combats faisaient rage alors que les signes d’une possible pause des hostilités faisaient rage.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part de l’armée israélienne sur la situation à l’hôpital indonésien, où les responsables de la santé à Gaza, dirigé par le Hamas, ont déclaré que 700 patients ainsi que le personnel étaient sous le feu des forces israéliennes.

L’agence de presse palestinienne WAFA a déclaré que les installations situées à Beit Lahia, dans le nord-est de Gaza, avaient été touchées par des tirs d’artillerie. Les responsables palestiniens de la santé ont déclaré que des efforts frénétiques étaient déployés pour évacuer les civils hors de danger.

Le personnel de l’hôpital a nié la présence de militants armés sur les lieux. Israël affirme que ses forces à Gaza ciblent les « infrastructures terroristes » et accuse le Hamas de mener la guerre derrière des boucliers humains, y compris dans les hôpitaux, ce que le groupe islamiste nie.

« Nous avons eu des informations plus tôt selon lesquelles des chars assiégeaient l’hôpital indonésien. Malheureusement…, les communications y sont presque coupées », a déclaré à Reuters Nahed Abu Taaema, directeur de l’hôpital Nasser de Khan Younis, dans le sud de Gaza.

« Nous sommes très préoccupés par le sort de nos collègues et celui des blessés et des patients ainsi que des personnes (déplacées) qui pourraient (être) encore y abriter. Aucune ambulance ne peut les atteindre et nous craignons que les blessés ne meurent », a déclaré Abu Taeema.

Comme tous les autres établissements de santé de la moitié nord de Gaza, l’hôpital indonésien, créé en 2016 grâce au financement d’organisations indonésiennes, a en grande partie cessé ses activités mais héberge toujours des patients, du personnel et des résidents déplacés.

Israël a ordonné l’évacuation complète du nord, mais des milliers de civils restent, dont beaucoup cherchent refuge dans les hôpitaux. Le carburant et les médicaments s’épuisent dans toute l’enclave soumise au siège israélien depuis six semaines.

Des témoins ont également fait état de violents combats entre des hommes armés du Hamas et les forces israéliennes qui tentaient d’avancer dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de Gaza, qui abrite 100 000 personnes et, selon Israël, un bastion militant important.

Les bombardements israéliens répétés sur Jabalia, une extension urbaine de la ville de Gaza issue d’un camp de réfugiés palestiniens de la guerre israélo-arabe de 1948, ont tué de nombreux civils, selon des médecins palestiniens.

A l’autre bout de la bande de Gaza, les responsables de la santé ont déclaré qu’au moins 14 Palestiniens avaient été tués lors de deux frappes aériennes israéliennes contre des maisons de la ville de Rafah, près de la frontière avec l’Égypte. Des centaines de milliers de Gazaouis qui ont fui le nord de l’enclave se sont réfugiés dans les zones du sud, notamment à Rafah.

L’armée israélienne a publié une déclaration avec une vidéo de frappes aériennes et de troupes allant de maison en maison à Gaza, affirmant avoir tué trois commandants de compagnie du Hamas et une escouade de combattants palestiniens, sans donner de lieux précis.

Malgré la poursuite des combats, les responsables américains et israéliens ont déclaré qu’un accord négocié par le Qatar visant à libérer certains des otages détenus dans l’enclave palestinienne et à suspendre temporairement les combats pour permettre l’acheminement de l’aide aux civils sinistrés se rapprochait.

Environ 240 otages ont été pris lors d’un carnage transfrontalier meurtrier en Israël par des militants du Hamas le 7 octobre, ce qui a incité Israël à envahir le minuscule territoire palestinien pour anéantir le mouvement islamiste après plusieurs guerres non concluantes depuis 2007.

Environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans l’attaque du Hamas, selon les chiffres israéliens, la journée la plus meurtrière des 75 ans d’histoire d’Israël.

Depuis lors, le gouvernement du Hamas à Gaza a déclaré qu’au moins 13 000 Palestiniens avaient été tués, dont au moins 5 500 enfants, par les bombardements israéliens incessants.

Les Nations Unies affirment que les deux tiers des 2,3 millions d’habitants de Gaza sont sans abri.

Les chars et les troupes israéliennes ont fait irruption dans Gaza à la fin du mois dernier et se sont depuis emparés de vastes zones du nord, du nord-ouest et de l’est autour de la ville de Gaza, a indiqué l’armée israélienne.

Mais le Hamas et des témoins locaux affirment que les militants mènent une guerre de type guérilla dans des poches du nord encombré et urbanisé, notamment dans certaines parties de la ville de Gaza et dans les camps de réfugiés tentaculaires de Jabalia et de Beach.

La branche armée du groupe militant Jihad islamique, allié du Hamas, a déclaré que ses combattants avaient tendu une embuscade à sept véhicules militaires israéliens lors d’affrontements dans les zones nord de Beit Hanoun, Beit Lahia et Al-Saftawi et à l’ouest de Jabalia. Reuters n’a pas pu confirmer de manière indépendante l’existence des combats.

À Pékin, les ministres arabes et musulmans se sont joints aux appels internationaux en faveur d’un cessez-le-feu immédiat à Gaza, alors que leur délégation se rendait dans les principales capitales mondiales pour faire pression en faveur de la fin des combats et permettre l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils sinistrés.

Une certaine aide est arrivée via le passage commercial de Rafah avec l’Egypte où 40 camions contenant du matériel pour un hôpital de campagne émirati étaient attendus prochainement, selon un communiqué de l’Autorité générale des passages et des frontières de Gaza.

On espère un accord de libération des otages

Même si les combats se poursuivent sur le terrain à Gaza, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, a déclaré dans une interview à l’émission « This Week » sur ABC qu’Israël espérait qu’un nombre important d’otages pourraient être libérés par le Hamas « dans les prochains jours ».

Dimanche, le Premier ministre qatari, Cheikh Mohammed Bin Abdulrahman al-Thani, a déclaré lors d’une conférence de presse à Doha que les principaux obstacles à un accord étaient désormais « très mineurs », et que des problèmes essentiellement « pratiques et logistiques » subsistaient.

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré que les négociations « très compliquées et très sensibles » progressaient.

Ces événements ont coïncidé avec la préparation par Israël d’étendre son offensive contre le Hamas à la moitié sud de Gaza, comme en témoigne l’augmentation des frappes aériennes sur des cibles qu’Israël considère comme des repaires de militants armés.

Toutefois, le principal allié d’Israël, les Etats-Unis, l’a averti dimanche de ne pas se lancer dans des opérations de combat dans le sud tant que les planificateurs militaires n’auront pas pris en compte la sécurité des civils palestiniens.

La population traumatisée de Gaza est en mouvement depuis le début de la guerre, s’abritant dans des hôpitaux ou se déplaçant péniblement du nord au sud et, dans certains cas, revenant, dans des efforts désespérés pour rester hors de la ligne de feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *