La Chine dénonce « l’hypocrisie » du Canada après que Spavor ait blâmé Kovrig pour leur détention

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Michael Kovrig, à droite, et Michael Spavor à la Chambre des communes, le 24 mars 2023.MANDEL NGAN/AFP/Getty Images

Pékin a défendu ses poursuites contre deux Canadiens pour espionnage, après que le Globe and Mail a rapporté que Michael Spavor blâmait le travail de renseignement effectué par Michael Kovrig pour leur détention de près de trois ans.

M. Spavor cherche un règlement de plusieurs millions de dollars à Ottawa, ont déclaré deux sources au Globe, alléguant qu’il avait été arrêté en Chine fin 2018 parce qu’il avait involontairement fourni à M. Kovrig des renseignements sur la Corée du Nord, qui ont ensuite été partagés avec le Canada et des espions alliés. prestations de service.

Dans un communiqué dimanche, l’ambassade de Chine à Ottawa a déclaré que les deux Canadiens étaient « soupçonnés d’avoir commis des crimes mettant en danger la sécurité nationale de la Chine » et que leur cas avait été traité par le système judiciaire chinois « conformément à la loi ».

« Des rapports récents prouvent une fois de plus que les faits ci-dessus ne peuvent être niés », a déclaré l’ambassade. « Le battage médiatique du Canada sur la soi-disant « détention arbitraire » par la Chine est purement un voleur qui crie « arrêtez le voleur » et expose pleinement l’hypocrisie du Canada. »

M. Kovrig a été diplomate à l’ambassade du Canada à Pékin de 2012 à 2014, où il a contribué au Programme de rapports sur la sécurité mondiale (GSRP), qui permet aux diplomates de recueillir de manière non secrète des informations sur la sécurité dans les pays d’importance stratégique pour le Canada. . Il a pris un congé d’Affaires mondiales Canada en 2017 pour rejoindre l’International Crisis Group (ICG), et travaillait au sein du groupe de réflexion indépendant lorsqu’il a été arrêté en Chine l’année suivante.

Une troisième source haut placée a déclaré au Globe que M. Kovrig – bien qu’il ne soit pas un employé du Service canadien du renseignement de sécurité – était considéré comme un atout en matière de renseignement en raison de son travail au GSRP, et plus tard lorsqu’il était basé à Hong Kong à l’ICG. Le Globe and Mail n’identifie pas les sources parce qu’elles n’étaient pas autorisées à discuter publiquement de l’affaire.

Le Canada a catégoriquement nié à l’époque que les deux Michael étaient impliqués dans des activités d’espionnage, le premier ministre Justin Trudeau, les responsables du cabinet et alors ambassadeur en Chine Dominic Barton affirmant que Pékin avait incarcéré les deux Canadiens sur la base de fausses accusations en représailles à l’arrestation de Meng Wanzhou, cadre de Huawei, à Vancouver en vertu d’un mandat d’extradition américain.

Dans une déclaration aux médias canadiens après l’article du Globe ce week-end, Affaires mondiales a déclaré : « perpétuer l’idée selon laquelle Michael était impliqué dans l’espionnage ne fait que perpétuer un faux récit selon lequel ils ont été détenus par la Chine ».

M. Spavor a été accusé par les procureurs chinois d’espionnage pour le compte d’une entité étrangère et d’obtention illégale de secrets d’État. M. Kovrig a été accusé d’avoir reçu illégalement des secrets d’État et des renseignements en collaboration avec M. Spavor. En août 2021, plus d’un mois avant qu’un accord ne soit conclu pour renvoyer les deux hommes chez eux, M. Spavor a été reconnu coupable d’espionnage et condamné à 11 ans de prison. M. Kovrig n’avait pas été condamné avant sa libération.

Les médias chinois avaient précédemment rapporté que les deux hommes avaient « avoué leur culpabilité » avant d’être libérés sur parole « pour des raisons médicales » quelques heures après le retour de Mme Meng en Chine.

Les allégations de M. Spavor étaient un sujet tendance lundi sur les réseaux sociaux chinois, sous le hashtag « Conflit interne des espions canadiens », avec des publications connexes vues plus de 260 millions de fois, selon Weibo, un service similaire à Twitter.

Le Global Times, un tabloïd nationaliste d’État qui a couvert de près l’affaire Two Michaels, a cité Li Haidong, professeur à l’Université des Affaires étrangères de Chine, disant que « les informations révélées par les médias canadiens démontrent une fois de plus que les poursuites judiciaires de la Chine contre les deux Michaels étaient légitimes, car ils se livraient effectivement à des activités incompatibles avec leur identité déclarée.

« Même après que tant d’informations ont été révélées, le Canada reste obstinément dans l’ignorance, ne parvenant pas à divulguer honnêtement la vérité au public », a déclaré le professeur Li au journal. « Au lieu de cela, le Canada continue d’obscurcir les faits et même d’accuser faussement la Chine, reflétant le manque de sincérité du Canada dans la gestion des affaires liées à la Chine et sa tentative de ternir l’image de la Chine dans la communauté internationale.

La détention prolongée des Deux Michael a grandement alarmé de nombreux étrangers vivant en Chine et a été considérée comme emblématique d’un environnement de plus en plus hostile.

Au cours de l’année écoulée, la police chinoise a effectué des perquisitions dans des sociétés de recherche financière et des sociétés de conseil, et a imposé des interdictions de sortie aux dirigeants. En avril, Pékin a adopté une nouvelle loi anti-espionnage qui facilitera l’arrestation de citoyens étrangers, élargissant la définition de l’espionnage et interdisant le transfert d’informations concernant la sécurité nationale, une définition déjà large qui a été utilisée pour poursuivre des journalistes dans le passé. .

Les liens entre Pékin et Ottawa ne se sont pas rétablis malgré la libération des Deux Michael, en grande partie à cause des révélations continues sur l’ingérence présumée de la Chine dans la politique canadienne. En mai, Ottawa a expulsé un diplomate chinois accusé d’avoir pris pour cible le député conservateur Michael Chong, critique de Pékin, après quoi la Chine a répondu de la même manière.

Alors que les Canadiens en Chine ont déjà déclaré au Globe qu’ils n’avaient ressenti aucune hostilité en raison des relations tendues entre Ottawa et Pékin, près de 80 pour cent des Canadiens ont une vision négative de la Chine, selon Pew Research.

Avec les dossiers d’Alexandra Li à Pékin et de Robert Fife et Steven Chase à Ottawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *