La junte birmane impose le service militaire obligatoire aux jeunes

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des officiers militaires défilent lors d’un défilé commémorant la 78e Journée des forces armées du Myanmar à Naypyitaw, au Myanmar, le 27 mars 2023.Aung Shine Oo/Associated Press

La junte birmane a déclaré le service militaire obligatoire pour tous les jeunes hommes et femmes, ont annoncé samedi les médias officiels, alors qu’elle lutte pour contenir les forces rebelles armées qui luttent pour une plus grande autonomie dans diverses régions du pays.

Tous les hommes âgés de 18 à 35 ans et les femmes âgées de 18 à 27 ans doivent servir pendant une durée maximale de deux ans, tandis que les spécialistes comme les médecins âgés de moins de 45 ans doivent servir pendant trois ans. Le service peut être prolongé jusqu’à cinq ans au total dans le cadre de l’état d’urgence en cours, ont indiqué les médias officiels.

Le Myanmar est en proie au chaos depuis que l’armée a pris le pouvoir à un gouvernement élu lors d’un coup d’État en 2021.

Depuis octobre, la Tatmadaw, comme on appelle l’armée, a subi des pertes de personnel alors qu’elle combattait une offensive coordonnée d’une alliance de trois groupes insurgés de minorités ethniques, ainsi que de combattants alliés pro-démocratie qui ont pris les armes contre la junte.

Il s’agit du plus grand défi auquel l’armée ait été confrontée depuis sa première prise du pouvoir dans l’ancienne colonie britannique en 1962.

Les analystes ont déclaré que la Tatmadaw avait du mal à recruter des soldats et avait commencé à envoyer du personnel non combattant sur la ligne de front.

« Le devoir de sauvegarder et de défendre la nation s’étend au-delà des seuls soldats mais à tous les citoyens. Je veux donc dire à tout le monde de respecter fièrement cette loi sur le service militaire populaire », a déclaré le porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, aux médias d’État.

Une loi rendant obligatoire la conscription a été introduite en 2010 mais n’a pas été appliquée jusqu’à présent. Ceux qui ne respectent pas le projet sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans, précise la législation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *