La police sénégalaise tire des gaz lacrymogènes alors que l’opposition proteste contre le retard des élections

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Le président sénégalais Macky Sall s’exprime lors d’une séance plénière du Sommet des Nations Unies sur le climat COP28, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre.Rafiq Maqbool/Associated Press

La police sénégalaise a tiré dimanche des gaz lacrymogènes sur des partisans de l’opposition qui protestaient contre la décision du président Macky Sall de reporter les élections du 25 février en raison d’un différend entre le Parlement et le pouvoir judiciaire.

Les manifestants organisaient un rassemblement dans la capitale Dakar après que les principaux dirigeants de l’opposition et candidats à l’élection présidentielle ont rejeté le report de samedi. Les dirigeants de l’opposition avaient appelé les citoyens à « défendre » la démocratie dans le cadre d’une poussée en faveur du dialogue menée par le bloc régional d’Afrique de l’Ouest connu sous le nom de CEDEAO.

Selon les analystes, la crise met à l’épreuve l’une des démocraties les plus stables d’Afrique, à un moment où la région est aux prises avec une récente vague de coups d’État. Le Sénégal est plongé dans des tensions politiques à la suite d’affrontements meurtriers impliquant des partisans de l’opposition et de la disqualification de deux dirigeants de l’opposition avant le vote crucial.

Plusieurs personnalités de l’opposition ont rejeté la décision de Sall de reporter l’élection présidentielle, au moins deux des 20 candidats ayant déclaré qu’ils poursuivraient leur campagne qui devait débuter dimanche.

Le mandat de Sall devrait prendre fin le 2 avril. Le code électoral du Sénégal exige un préavis de 80 jours pour une élection, ce qui signifie qu’un nouveau scrutin ne peut avoir lieu que la dernière semaine d’avril.

« Je lance ma campagne électorale demain, à Dakar, avec les candidats qui ont choisi de défendre la Constitution », a déclaré samedi l’ancien ministre et candidat de l’opposition Thierno Alassane Sall dans un message sur la plateforme de réseau social X.

L’ancien maire de la capitale Dakar Khalifa Sall a également demandé aux citoyens de « s’unir pour sauver notre démocratie » tandis qu’un autre candidat de l’opposition, Dethie Fall, a déclaré : « Nous allons commencer notre campagne et nous appelons tous les candidats à faire de même ».

Le Département d’État américain a souligné la « forte tradition démocratique et les transitions pacifiques du pouvoir » au Sénégal dans un article sur X, qui a exhorté « tous les participants au processus électoral à s’engager pacifiquement pour fixer rapidement une nouvelle date et les conditions d’un scrutin en temps opportun ». , des élections libres et équitables.

En reportant les élections en abrogeant un décret qui avait lancé le processus électoral, Sall a cité un différend entre le pouvoir judiciaire et les législateurs fédéraux sur le processus de disqualification et la double nationalité de certains candidats qualifiés.

Mais les dirigeants de l’opposition ont soutenu que le leader sénégalais n’avait pas le pouvoir de retarder le vote. La constitution du Sénégal habilite le Conseil constitutionnel, la plus haute autorité électorale du Sénégal, à reprogrammer les élections dans certaines circonstances, notamment en cas de « décès, incapacité permanente ou retrait » des candidats.

Cette annonce faisait suite à une demande de report du vote formulée par le Parti démocratique sénégalais d’opposition, dont le candidat Karim Wade figurait parmi les disqualifiés.

Wade avait accusé deux juges de corruption dans le processus de disqualification et a déclaré que le report du vote « permettrait de réparer les dommages subis » par les personnes disqualifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *