Le chef de l’ONU exhorte toutes les nations à faire tout leur possible pour mettre fin à « l’horrible » guerre au Soudan

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’exprime le 23 janvier au siège des Nations Unies.Peter K. Afriyie/Associated Press

Le chef des Nations Unies a exhorté jeudi la communauté internationale à se mobiliser et à faire tout son possible pour mettre fin à la guerre au Soudan, affirmant que « ce qui se passe est horrible ».

Le secrétaire général António Guterres a déclaré qu’il n’y avait pas de solution militaire au conflit entre les forces soutenant les généraux rivaux qui a commencé à la mi-avril 2023, et il a souligné que la poursuite des combats « n’apportera aucune solution et nous devons donc y mettre fin le plus tôt possible ».

Guterres a déclaré lors d’une conférence de presse de l’ONU qu’il était temps pour les rivaux en guerre – l’armée soudanaise, le général Abdel Fattah Burhan, et le commandant des forces paramilitaires de soutien rapide, le général Mohamed Hamdan Dagalo – de commencer à parler de la fin du conflit, qui a tué au moins 12 000 personnes et contraint plus de 7 millions de personnes à fuir leur foyer.

L’ONU travaille avec le groupe régional IGAD, l’Union africaine et la Ligue arabe, et Guterres a exprimé l’espoir de les rencontrer lors du prochain sommet de l’UA les 17 et 18 février à Addis-Abeba, en Éthiopie, « pour voir comment nous pouvons converger nos efforts pour amener ces deux généraux à la table » et parvenir à un cessez-le-feu et créer les conditions pour acheminer l’aide humanitaire au Soudan pour les personnes dans « un état désespéré ».

Le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths, a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse à Genève que les généraux rivaux lui avaient assuré très récemment qu’ils assisteraient à une réunion en Suisse pour discuter des questions humanitaires et des civils assiégés au Soudan. « J’attends toujours de voir quand cela se produira », a déclaré Griffiths.

Le Soudan a plongé dans le chaos en avril dernier avec des combats de rue entre les forces rivales des généraux dans la capitale, Khartoum, qui se sont étendus à d’autres régions. Le Darfour occidental, ravagé par des effusions de sang et des atrocités en 2003, est l’épicentre du conflit actuel, une arène de violence ethnique où les troupes paramilitaires et les milices arabes alliées attaquent les groupes ethniques africains.

En 2005, le Conseil de sécurité a renvoyé la situation au Darfour devant la Cour pénale internationale, chargée, en vertu du Statut de Rome qui a créé le tribunal, d’enquêter et de poursuivre les pires atrocités commises dans le monde – crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide – et le crime de agression.

Le procureur de la CPI, Karim Khan, a déclaré au Conseil fin janvier qu’il était « assez stupéfiant » en visitant différents camps de réfugiés au Tchad, frontière avec le Darfour, que des personnes ayant vécu le conflit au Darfour depuis 2003 lui aient dit spontanément que ce qui se passe aujourd’hui « est le pire ». jamais. »

« Sur la base du travail de mon bureau, je conclus clairement, mon évaluation claire, qu’il y a des raisons de croire qu’actuellement des crimes visés par le Statut de Rome sont commis au Darfour à la fois par les forces armées soudanaises et par les Forces de soutien rapide et les groupes affiliés. » dit Khan.

Le secrétaire général Guterres a appelé à soutenir la CPI, affirmant que son rôle dans la poursuite des personnes impliquées dans les « atrocités » au Darfour « est absolument essentiel ».

Le chef humanitaire Griffith et le chef des réfugiés de l’ONU Filippo Grandi ont lancé un appel à 4,1 milliards de dollars d’aide internationale pour les civils en difficulté au Soudan, alors que certains signes indiquent que certains pourraient mourir de faim après près d’un an de guerre.

Les agences ont déclaré que la moitié de la population soudanaise, soit environ 25 millions de personnes, a besoin de soutien et de protection, et que les fonds demandés serviraient à aider des millions de civils au Soudan et d’autres qui ont fui à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *