Le pape François voit de l’hypocrisie chez ceux qui critiquent les bénédictions LGBT

Le pape François a déclaré qu’il voyait de l’« hypocrisie » dans la critique de sa décision d’autoriser les prêtres à bénir les couples de même sexe, ce qui constitue peut-être sa défense la plus énergique de cette décision.

Les bénédictions LGBT ont été autorisées le mois dernier par un document du Vatican intitulé Fiducia Supplicans (Confiance suppliante), mais cela a rencontré une résistance importante au sein de l’Église catholique, en particulier de la part des évêques africains.

« Personne ne se scandalise si je donne ma bénédiction à un homme d’affaires qui exploite peut-être les gens, et c’est un péché très grave. Mais ils se scandalisent si je les donne à un homosexuel », a déclaré François au magazine catholique italien Credere.

« C’est de l’hypocrisie », a-t-il déclaré.

Credere a publié mercredi des extraits de l’interview, un jour avant sa publication.

François a également déclaré qu’il accueillait « toujours » les personnes LGBT et les divorcés remariés au sacrement de confession, selon un autre passage publié par les médias du Vatican.

« Personne ne devrait se voir refuser une bénédiction. Tout le monde, tout le monde, tout le monde », a déclaré le pontife, reprenant un slogan en trois mots qu’il avait utilisé en août lors d’un festival de la jeunesse catholique au Portugal.

François, qui a dit « Qui suis-je pour juger ? » interrogé sur l’homosexualité au début de son pontificat, s’est donné pour mission de rendre l’Église catholique plus accueillante et moins critique.

Les conservateurs estiment que cela risque de porter atteinte aux enseignements moraux de l’Église.

François a défendu la Fiducia Supplicans à plusieurs reprises, mais a reconnu les réticences à son encontre, affirmant par exemple que les prêtres devraient prendre en compte les sensibilités locales lorsqu’ils donnent les bénédictions.

Il a également souligné que de telles bénédictions ne constituent pas une approbation formelle de l’Église pour les unions homosexuelles.

« Lorsqu’un couple se présente spontanément pour les demander, on ne bénit pas l’union, mais simplement les personnes qui ensemble l’ont demandée. Pas le syndicat, mais les personnes », a déclaré François le 26 janvier.

L’Église catholique enseigne que le sexe homosexuel est un péché et un désordre, et que les personnes ayant des attirances pour le même sexe, qui ne sont pas considérées comme un péché, devraient s’efforcer d’être chastes.

Dans une autre interview publiée la semaine dernière par le quotidien italien La Stampa, François a déclaré qu’il espérait que les critiques des bénédictions LGBT finiraient par les comprendre, mais que les Africains constituaient un « cas particulier » dans leur opposition à l’homosexualité.

Les évêques d’Afrique ont effectivement rejeté la Fiducia Supplicans, estimant qu’elle ne pouvait être appliquée sans provoquer un scandale. Le pape et le chef du département doctrinal du Vatican, le cardinal Víctor Manuel Fernández, ont accepté cette position.

Dans certains pays africains, l’homosexualité est sévèrement punie, avec des peines de prison, voire la peine de mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *