Le président sénégalais Macky Sall défend le report des élections dans un entretien exclusif alors que des manifestations éclatent dans tout le pays

Le président sénégalais Macky Sall a défendu sa décision de reporter les élections alors que de violentes manifestations ont éclaté vendredi à travers le pays.

Dans sa première interview depuis l’annonce du report, Sall a balayé les allégations selon lesquelles la décision était inconstitutionnelle et qu’il avait créé une crise constitutionnelle, affirmant que le pays avait besoin de plus de temps pour résoudre les controverses sur la disqualification de certains candidats et un conflit entre le pouvoir législatif et le pouvoir. branches judiciaires du gouvernement.

Mais une grande partie de l’opinion craint que Sall, dont le mandat est limité, ne cherche simplement à retarder son départ de ses fonctions.

Le Sénégal est l’une des démocraties les plus stables d’Afrique de l’Ouest, mais le scrutin présidentiel a été en proie à des controverses allant de manifestations meurtrières qui ont conduit Sall à annoncer qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, à la disqualification de deux dirigeants de l’opposition par la plus haute autorité électorale.

Sall a nié vouloir conserver le pouvoir. « Je ne cherche absolument rien d’autre que laisser un pays dans la paix et la stabilité », a déclaré Sall. « Je suis tout à fait prêt à passer le relais. J’ai toujours été programmé pour ça.

Sall s’est entretenu avec l’AP à l’intérieur du palais présidentiel de la capitale, Dakar, tandis qu’à l’extérieur, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues, brûlant des pneus, jetant des pierres et bloquant la circulation tandis que les forces de sécurité utilisaient des gaz lacrymogènes pour les disperser. Au moins un étudiant a été tué sur le campus d’une école à la suite de manifestations à Saint Louis, ville du nord du pays, selon un communiqué du procureur général.

« Notre avenir est en jeu, nous devons nous battre », a déclaré Mohamed Sene, un manifestant à Dakar.

Sall, arrivé au pouvoir en 2012 et qui devrait terminer ses deux mandats le 2 avril, a reporté les élections prévues le 25 février au moment même où la campagne devait commencer.

La tentative de Sall de retarder les élections est intervenue dans un contexte de tensions sur la question de savoir qui serait autorisé à se présenter. Le Conseil constitutionnel, la plus haute autorité électorale, a bloqué le candidat d’un grand parti parce qu’il possédait la double nationalité française au moment de sa candidature. Karim Wade, fils d’un ancien président et candidat du Parti démocratique sénégalais, a accusé deux membres du Conseil de corruption et a appelé le Parlement à retarder les élections.

Sall a déclaré que sa décision d’intervenir était nécessaire pour éviter un pire chaos électoral.

« Je ne veux pas laisser derrière moi un pays qui va immédiatement sombrer dans des difficultés majeures », a déclaré Sall. « Je dis maintenant que je vais œuvrer pour l’apaisement, pour des conditions qui permettront au pays d’être en paix… tenons tous des discussions inclusives avant d’aller aux élections », a-t-il déclaré.

Le Parlement sénégalais a voté lundi en faveur du report des élections au 15 décembre, dans un processus chaotique qui a eu lieu après que les législateurs de l’opposition ont été expulsés de force des chambres.

La Constitution habilite le Conseil constitutionnel à reprogrammer le vote dans certaines circonstances, notamment « en cas de décès, d’incapacité permanente ou de retrait » de candidats. Mais les tentatives du Parlement pour modifier la législation violent certaines clauses de la constitution actuelle, selon le Centre africain d’études stratégiques.

Plus tôt cette semaine, plus d’une douzaine de candidats de l’opposition ont déposé un recours auprès de la Cour suprême pour annuler le décret.

Le Conseil constitutionnel devrait se prononcer d’ici une semaine environ sur son accord avec les conclusions du Parlement. Cependant, lorsqu’il a été pressé, Sall n’a pas précisé s’il accepterait la décision du tribunal si celui-ci rejetait le retard.

« Il est trop tôt pour moi d’envisager cette perspective… Lorsque la décision sera prise, je pourrai dire ce que je ferai », a-t-il déclaré.

Les analystes des conflits affirment que le report des élections dans un pays autrefois considéré comme un modèle de stabilité démocratique est susceptible d’accélérer le déclin démocratique en Afrique de l’Ouest, une région en proie à des coups d’État et à l’insécurité.

« La tendance actuelle menace de ternir la réputation du Sénégal et risque de permettre des pratiques antidémocratiques de la part des dirigeants élus d’autres pays d’Afrique de l’Ouest », a déclaré Mucahid Durmaz, analyste principal du cabinet de conseil en risques mondiaux Verisk Maplecroft.

La confiance des Sénégalais dans la démocratie a considérablement diminué sous Sall, avec plus de la moitié des citoyens affirmant que leur pays est moins démocratique aujourd’hui qu’il ne l’était il y a cinq ans, selon Afrobaromètre, un réseau de recherche indépendant. Les groupes de défense des droits accusent les autorités de réprimer les médias, la société civile et l’opposition. Human Rights Watch a déclaré que près de 1 000 membres et militants de l’opposition ont été arrêtés à travers le pays au cours des trois dernières années.

Deux experts des Instituts américains pour la paix ont écrit que Sall était responsable de la crise qu’il a invoquée pour retarder les élections, les qualifiant de « différends que son administration et un conseil constitutionnel nommé par le président ont largement créés en interdisant à d’éminentes personnalités de l’opposition ou à leurs partis d’accéder au pouvoir ». le processus électoral.

Plusieurs opposants, dont le plus fervent opposant de Sall, Ousmane Sonko, ont été emprisonnés.

La candidature de Sonko a également été rejetée, en raison d’une condamnation par la Cour suprême pour diffamation envers un ministre. Les partisans de Sonko affirment que ses ennuis judiciaires faisaient partie d’un effort du gouvernement visant à faire dérailler sa candidature aux élections de cette année.

Vendredi, Sall a appelé la communauté internationale à faire preuve de retenue et de compréhension alors que le Sénégal traverse une période difficile. Il a déclaré que la voie à suivre incluait le lancement d’un dialogue national, qui pourrait commencer dès la semaine prochaine. L’objectif est de favoriser la confiance et de créer un environnement inclusif pour les élections, a-t-il déclaré.

« Dans les périodes de fragilité, nous devons être prudents… Le pays doit traverser cette étape de transition électorale en toute lucidité et sérénité, pour que le pays continue d’avancer », a déclaré Sall.

Mais un expert sénégalais estime que la seule issue à la crise actuelle est que le gouvernement libère les candidats de l’opposition de prison, que Sall mette fin à son mandat à temps et que le Conseil constitutionnel annule le décret.

« Le Sénégal court un réel danger de sombrer dans la violence et le chaos », a déclaré Alioune Tine, fondateur du Centre Afrikajom, un groupe de réflexion ouest-africain. « C’est une révolution citoyenne contre la dictature et il n’y a pas de fin en vue », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *