Les entreprises sont invitées à se préparer au remboursement de leur dette fiscale

Les commissaires au revenu exhortent les entreprises ayant des dettes fiscales impayées à l’époque de Covid à planifier et à s’engager avec les autorités sur les calendriers de remboursement, avec une échéance clé imminente en mai. Le montant total dû s’élève actuellement à près de 1,79 milliard d’euros. La recommandation du Revenu est que les entreprises commencent à planifier le remboursement et conviennent des modalités de paiement avant le 1er mai 2024. Un engagement précoce est encouragé afin de laisser le temps de déterminer la meilleure solution de remboursement, en tenant compte des circonstances spécifiques de chaque cas. entreprise.

La pression des remboursements imminents devrait contribuer à une augmentation des faillites d’entreprises au cours de l’année à venir. Les experts en insolvabilité prédisent que des facteurs tels que la hausse des taux d’intérêt, la hausse des coûts de main-d’œuvre et l’incertitude économique contribueront davantage à cette tendance. Le système d’entrepôt fiscal, ainsi que les approches indulgentes en matière de recouvrement des créances par les créanciers, ont conduit à une activité d’insolvabilité relativement modérée depuis le début de la pandémie en 2020. Cependant, à l’approche de la date limite de l’entrepôt fiscal, il est crucial pour les entreprises de négocier des plans de remboursement avec Revenus afin d’éviter d’éventuelles difficultés financières.

Mark Woodcock, associé et responsable de la restructuration d’entreprise au sein du cabinet d’avocats irlandais Fieldfisher, souligne l’importance de collaborer avec Revenue le plus tôt possible. Il conseille aux entreprises ayant des dettes entreposées d’établir des accords et des plans de remboursement le plus tôt possible en 2024. Compte tenu des ressources limitées des commissaires au revenu, négocier à l’avance garantira que les entreprises reçoivent une attention et un soutien en temps opportun.

Actuellement, le ministère des Finances facture un intérêt annuel de 3 % sur les taxes entreposées, un taux inférieur au taux habituel de 8 à 10 % pour les taxes en souffrance. Certaines entreprises ont déjà commencé à rembourser leurs dettes entreposées, ce qui a entraîné une réduction du solde global. Alors que 90 millions d’euros de dettes ont été jugées irrécouvrables en raison de liquidations, la majorité des entreprises doivent moins de 5 000 euros.

Il est essentiel que les entreprises prennent dès maintenant des mesures proactives pour régler leurs dettes fiscales accumulées et établir des plans de remboursement afin d’éviter d’éventuelles tensions financières à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *