Les perles du Mardi Gras créent un désastre plastique à la Nouvelle-Orléans. Existe-t-il des alternatives vertes ?

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Un cavalier jette des perles depuis un char du Mardi Gras le 21 février 2023, à Metairie, en Louisiane.Scott Threlkeld/Associated Press

C’est une tradition centenaire bien-aimée du carnaval de la Nouvelle-Orléans : des cavaliers masqués sur de somptueux chars lancent des colliers de perles colorées ou d’autres bibelots pour défiler les observateurs qui crient avec les bras tendus.

C’est très amusant, mais c’est aussi un peu un « désastre plastique », explique Judith Enck, ancienne administratrice régionale de l’Agence de protection de l’environnement et présidente du groupe de défense Beyond Plastics.

La saison du carnaval bat son plein ce week-end. La série annuelle de défilés de la ville a commencé il y a plus d’une semaine et se terminera mardi – Mardi Gras – un dernier jour de réjouissances avant le Carême. Des milliers de personnes assistent aux défilés et laissent derrière elles un tas de déchets.

Malgré une opération de nettoyage quotidienne massive qui laisse le paysage après le défilé remarquablement propre, des perles non capturées pendent des branches des arbres comme de la mousse espagnole et s’enfoncent dans la boue sous les pieds des passants. Ils entraînent également des tempêtes, où ils ne font que compliquer les efforts visant à maintenir au sec les rues de la ville sujette aux inondations. Des tonnes ont été retirées du système de drainage vieillissant ces dernières années.

Et ceux qui ne sont pas retirés des égouts pluviaux finissent par être emportés dans le système et dans le lac Pontchartrain – la grande crique du golfe du Mexique au nord de la ville. Les plastiques non biodégradables constituent une menace pour les poissons et la faune, a déclaré Enck.

« Le gaspillage devient une caractéristique déterminante de cet événement », a déclaré Brett Davis, originaire de la Nouvelle-Orléans qui a grandi en attrapant des perles lors des défilés du Mardi Gras. Il dirige désormais une organisation à but non lucratif qui œuvre pour réduire les déchets.

Une façon de réduire la demande de nouvelles billes en plastique est de réutiliser les anciennes. Les participants au défilé qui transportent chez eux des sacs de perles fraîchement pêchés, des ballons de football en mousse, des balles en caoutchouc et une foule d’autres friandises fraîchement lancées peuvent faire don de leur récolte à l’Arc de la Nouvelle-Orléans. L’organisation reconditionne et revend les produits afin de récolter des fonds pour les services qu’elle fournit aux adultes et aux enfants handicapés.

La ville de La Nouvelle-Orléans et l’organisation de promotion touristique New Orleans & Co. disposent également de points de collecte le long des parcours du défilé pour les canettes, le verre et, bien sûr, les perles.

En dehors du recyclage, il existe un mouvement modeste mais croissant visant à trouver autre chose que les cavaliers du défilé puissent lancer.

Grounds Krewe, l’organisation à but non lucratif de Davis, commercialise désormais plus de deux douzaines de types d’articles non plastiques et durables que les cavaliers du défilé peuvent présenter. Parmi eux : des bandeaux fabriqués à partir de T-shirts recyclés ; des perles en papier, en graines d’açai ou en verre recyclé ; yoyos en bois; et des paquets de café fabriqué localement, de mélange de jambalaya ou d’autres produits alimentaires – des articles utiles et consommables qui ne prendront pas de place dans le grenier de quelqu’un ou, pire, ne se retrouveront pas dans le lac.

« Je viens d’attraper 15 ballons de football en mousse lors d’un défilé », a plaisanté Davis. « Que vais-je faire avec un autre ? »

Les importations de plastique restent omniprésentes, mais les efforts visant à atténuer leurs dégâts pourraient avoir un impact.

« Ces efforts contribueront à verdir le Mardi Gras », a déclaré Christy Leavitt, du groupe Oceana, dans un courriel.

Enck, qui s’est rendu à la Nouvelle-Orléans l’année dernière et a assisté aux célébrations du Mardi Gras, espère que les organisateurs du défilé adopteront les alternatives biodégradables.

« Il existe d’excellentes façons de s’amuser autour de ce merveilleux festival », a-t-elle déclaré. « Mais on peut s’amuser sans nuire à l’environnement. »

___

La journaliste d’Associated Press Jennifer McDermott à Providence, Rhode Island, a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *