Plus de 1 000 soldats burundais déployés secrètement dans l’est du Congo, selon un rapport interne de l’ONU

Plus de 1 000 soldats burundais ont été secrètement déployés dans l’est de la République démocratique du Congo depuis octobre, portant l’uniforme des troupes congolaises et travaillant à leurs côtés dans la lutte contre les rebelles du M23, selon un rapport non publié de l’ONU consulté par Reuters.

Citant des sources de sécurité et de renseignement ainsi que des sources proches du commandement de l’armée congolaise, le rapport du Groupe d’experts des Nations Unies au Congo indique que les troupes ont été transportées par avion du Burundi vers l’est du Congo par des avions de l’armée congolaise à partir du 21 septembre.

Les gouvernements burundais et congolais ainsi que l’armée congolaise n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Les Casques bleus canadiens élaborent une stratégie pour défendre une ville congolaise contre les rebelles

Le rapport a été partagé en interne avec les membres du Conseil de sécurité de l’ONU le 15 décembre et consulté par Reuters samedi. Il devrait être publié en janvier.

Il met en lumière la stratégie de sécurité du Congo dans l’Est, au-delà du déploiement connu de soldats de maintien de la paix de l’ONU et de troupes congolaises, qui étaient soutenus par une force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) jusqu’au début du mois de décembre.

Le rapport indique que le gouvernement burundais a refusé aux experts de l’ONU tout déploiement de troupes burundaises en dehors de l’accord de l’EAC. Il a également indiqué que les autorités militaires congolaises avaient déclaré au groupe qu’elles n’étaient pas au courant de la coopération avec les troupes burundaises soulignée dans le rapport.

Citant ses sources, le rapport indique que les troupes burundaises ont été déployées en dehors de l’accord de l’EAC et aux côtés des troupes congolaises et des groupes armés alliés combattant le M23 dans la province du Nord-Kivu.

Depuis 2022, l’offensive du M23 a aggravé la crise sécuritaire et humanitaire qui dure depuis des décennies dans la région, forçant environ un million de personnes à fuir leurs foyers.

Le Congo, les puissances occidentales et le groupe d’experts de l’ONU affirment que le groupe rebelle dirigé par les Tutsis est soutenu par le Rwanda voisin. Le Rwanda nie toute implication, mais les accusations ont conduit à une crise diplomatique majeure dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *