Sydney et Auckland sont les premières grandes villes à sonner en 2024 alors que la guerre éclipse les célébrations ailleurs

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des touristes se promènent autour du panneau du réveillon du Nouvel An à Times Square, le 29 décembre 2023, à New York.Yuki Iwamura/Associated Press

Sydney et Auckland ont été parmi les premières grandes villes du monde à sonner en 2024, les fêtards acclamant les spectaculaires feux d’artifice qui ont illuminé le ciel au-dessus du port de Sydney et de la plus haute structure de Nouvelle-Zélande, la Sky Tower.

Alors que l’horloge sonnait à minuit en Australie, des tonnes d’explosifs ont explosé au cours d’un spectacle de 12 minutes axé sur le Harbour Bridge de Sydney. Plus d’un million de personnes – un nombre équivalent à un habitant de la ville sur cinq – ont regardé depuis le rivage et depuis des bateaux dans le port.

« C’est une folie totale », a déclaré la touriste allemande Janna Thomas, qui faisait la queue depuis 7h30 pour obtenir un emplacement privilégié au bord de l’eau dans le jardin botanique de Sydney. « Ce n’est pas si facile de trouver une bonne place pour s’asseoir, mais la vue est incroyable. »

À Auckland, la pluie légère tombée toute la journée s’était dissipée comme prévu à minuit sur la ville de 1,7 million d’habitants avant que le compte à rebours ne commence sur un écran numérique éclairé près du sommet de la tour de communication et d’observation de 328 mètres (1 076 pieds).

Les guerres en cours en Ukraine et à Gaza, ainsi que les tensions accrues dans certaines parties du monde, affectent les célébrations du Nouvel An de multiples façons. De nombreuses villes ont déployé des mesures de sécurité supplémentaires et certains endroits ont complètement annulé les événements du réveillon du Nouvel An.

Plus de policiers que jamais ont été déployés dans tout Sydney. Le front de mer a été le théâtre de vives manifestations pro-palestiniennes après que les voiles de l’Opéra de Sydney ont été illuminées aux couleurs du drapeau israélien en réponse à l’attaque du 7 octobre perpétrée par le groupe militant palestinien Hamas qui a déclenché la guerre.

Au Vatican, le pape François a rappelé que 2023 avait été une année marquée par les souffrances de la guerre. Lors de sa traditionnelle bénédiction dominicale depuis une fenêtre donnant sur la place Saint-Pierre, il a offert des prières pour « le peuple ukrainien tourmenté, les populations palestinienne et israélienne, le peuple soudanais et bien d’autres ».

« À la fin de l’année, nous aurons le courage de nous demander combien de vies humaines ont été brisées par les conflits armés, combien de morts et combien de destructions, combien de souffrances, combien de pauvreté », a déclaré le pontife. « Quiconque s’intéresse à ces conflits, écoute la voix de la conscience. »

Au Japon, les cloches des temples ont sonné dans tout le pays alors que les gens se rassemblaient dans les sanctuaires et les temples pour accueillir la nouvelle année. Au temple Tsukiji à Tokyo, les visiteurs ont reçu gratuitement du lait chaud et de la soupe de maïs alors qu’ils faisaient la queue pour sonner une grosse cloche, et un concert d’orgue à tuyaux a eu lieu devant un autel majestueux.

À New York, les responsables et les organisateurs des fêtes ont déclaré qu’ils étaient prêts à assurer la sécurité des dizaines de milliers de fêtards qui devraient envahir Times Square, au cœur du centre de Manhattan.

Le maire Eric Adams a déclaré qu’il n’y avait « aucune menace spécifique » pour la fête annuelle du Nouvel An, qui devait présenter des performances en direct de Flo Rida, Megan Thee Stallion et LL Cool J, ainsi que des apparitions télévisées de Cardi B et d’autres. Les organisateurs ont déclaré que la fréquentation en personne devrait revenir aux niveaux d’avant le COVID, même si la circulation piétonnière autour de Times Square reste légèrement en baisse depuis la pandémie.

Au milieu des manifestations quasi quotidiennes déclenchées par la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, la police de New York a annoncé qu’elle étendrait le périmètre de sécurité autour du parti, créant une « zone tampon » qui lui permettrait d’empêcher d’éventuelles manifestations.

Les autorités prévoyaient également de surveiller toute manifestation avec des drones, a indiqué le maire.

« Nous serons ici avec nos chiens, à cheval, nos hélicoptères, nos bateaux », a déclaré Adams. « Mais comme nous l’avons vu l’année dernière, sans aucune menace spécifique, nous recevons une menace. »

L’année dernière, lors de la fête du Nouvel An, un homme armé d’une machette a attaqué trois policiers à quelques pâtés de maisons de Times Square.

La sécurité sera également renforcée dimanche dans les villes européennes.

En France, 90 000 agents des forces de l’ordre devraient être déployés, a annoncé vendredi la directrice du renseignement intérieur, Céline Berthon.

Parmi eux, 6 000 se tiendront à Paris, où le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que plus de 1,5 million de personnes devraient assister aux célébrations sur les Champs-Élysées.

Darmanin a cité une « menace terroriste très élevée », en partie à cause de la guerre entre Israël et le Hamas. La police pourra pour la première fois utiliser des drones dans le cadre de son travail de sécurité, a-t-il précisé, et des dizaines de milliers de pompiers et 5 000 soldats seront également déployés.

Les célébrations du Nouvel An dans la capitale française seront centrées sur les Jeux Olympiques de Paris 2024, avec notamment des DJ sets, des feux d’artifice et des projections vidéo sur l’Arc de Triomphe, mettant en lumière « les changements de la ville et les visages des Jeux », selon le service de presse de la Ville de Paris. Parmi les autres événements prévus figurent « la plus grande vague mexicaine jamais réalisée » et un « karaoké géant ».

Le défi sécuritaire à l’approche des Jeux olympiques a été mis en évidence lorsqu’un touriste a été tué dans une attaque au couteau près de la Tour Eiffel le 2 décembre. Des attaques à grande échelle – comme celle du Bataclan en 2015, lorsque des extrémistes islamistes ont envahi le music-hall et ont tiré sur la destruction des terrasses des cafés, tuant 130 personnes – est également une menace importante.

A Berlin, quelque 4.500 policiers devraient maintenir l’ordre et éviter les émeutes comme il y a un an. La police de la capitale allemande a interdit l’utilisation traditionnelle des pétards dans plusieurs rues de la ville. Ils ont également interdit une manifestation pro-palestinienne dans le quartier de Neukölln, qui a connu plusieurs émeutes pro-palestiniennes depuis l’attaque du 7 octobre par le Hamas.

En Russie, les actions militaires du pays en Ukraine ont éclipsé les célébrations de fin d’année, les feux d’artifice et les concerts habituels sur la Place Rouge de Moscou étant annulés, comme l’année dernière.

Après que les bombardements dans le centre de la ville frontalière russe de Belgorod ont tué 24 personnes samedi, certaines autorités locales de Russie ont également annulé leurs feux d’artifice habituels, notamment à Vladivostok. Des millions de personnes dans toute la Russie devraient écouter le discours du Nouvel An du président russe Vladimir Poutine.

Au Pakistan, à majorité musulmane, le gouvernement a interdit toutes les célébrations du Nouvel An en signe de solidarité avec les Palestiniens.

Dans un message télévisé nocturne, le Premier ministre par intérim Anwaar-ul-Haq Kakar a exhorté les Pakistanais à « faire preuve de solidarité avec le peuple opprimé de Gaza » en commençant la nouvelle année avec simplicité.

Kakar a déclaré que les musulmans du monde entier étaient attristés par les attaques israéliennes sur Gaza, qui ont entraîné la mort de milliers de personnes innocentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *