Une frappe de drone à Bagdad tue un commandant de milice de haut rang, selon des responsables

Une frappe de drone a touché une voiture dans la capitale irakienne mercredi soir, tuant trois membres de la puissante milice Kataib Hezbollah, dont un commandant de haut rang, ont indiqué des responsables de la milice.

La grève s’est produite sur une artère principale du quartier de Mashtal, à l’est de Bagdad. Une foule s’est rassemblée alors que les équipes d’intervention d’urgence fouillaient les décombres.

Deux responsables de milices soutenues par l’Iran en Irak ont ​​déclaré que l’une des personnes tuées était Wissam Mohammed « Abu Bakr » al-Saadi, le commandant en charge des opérations du Kataib Hezbollah en Syrie. Les responsables ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à parler aux journalistes.

Cette frappe intervient quelques jours après que l’armée américaine a lancé une attaque aérienne contre des dizaines de sites en Irak et en Syrie utilisés par des milices soutenues par l’Iran et par les Gardiens de la révolution iraniens, en représailles à une frappe de drone qui a tué trois soldats américains en Jordanie fin janvier.

Les États-Unis ont imputé l’attaque en Jordanie à la Résistance islamique en Irak, une large coalition de milices soutenues par l’Iran, et les responsables ont déclaré soupçonner en particulier le Kataib Hezbollah d’en être à la tête.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des responsables américains sur la grève de mercredi.

La Résistance islamique en Irak a régulièrement revendiqué des frappes contre des bases abritant des troupes américaines en Irak et en Syrie sur fond de guerre entre Israël et le Hamas, affirmant qu’elles étaient en représailles au soutien de Washington à Israël.

Le Kataib Hezbollah a déclaré dans un communiqué qu’il suspendait ses attaques contre les troupes américaines pour éviter « d’embarrasser le gouvernement irakien » après la frappe en Jordanie, mais d’autres ont promis de continuer les combats.

Mercredi également, le bureau de presse des rebelles Houthis au Yémen a fait état de deux frappes aériennes dans la région de Ras Issa, dans le district de Salif, dans la province de Hodeida.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *