Opinion : Nous devons créer une culture de sauveurs de vie pour lutter contre les arrêts cardiaques

Doug Roth est le président-directeur général de Cœur et de l’AVC.

Si vous voyiez un bâtiment en feu, ne feriez-vous rien ? Pas probable.

Depuis l’enfance, nous savons quoi faire en cas d’incendie – et comment le faire rapidement. Nos bâtiments sont équipés d’issues spéciales, de détecteurs de fumée, d’alarmes, de gicleurs et d’extincteurs correctement entretenus. En tant que société, nous avons fait de la sécurité incendie une priorité absolue. Et à juste titre.

Il existe une urgence médicale critique – un arrêt cardiaque – qui devrait être traitée de la même manière et systématiquement. Il s’agit d’une maladie très urgente, mais hautement traitable. L’arrêt cardiaque est soudain et souvent inattendu et peut survenir à n’importe qui, à tout âge, à tout moment et n’importe où.

L’arrêt cardiaque est différent d’une crise cardiaque. Une crise cardiaque est davantage un problème de « plomberie », dans lequel le flux sanguin est ralenti ou bloqué mais le cœur continue de pomper. L’arrêt cardiaque est souvent qualifié de problème « électrique », comme si le disjoncteur du cœur avait été éteint. Une personne victime d’un arrêt cardiaque s’effondrera et ne répondra plus ; il se peut qu’ils ne respirent pas normalement, qu’ils émettent seulement des bruits haletants ou qu’ils ne respirent pas du tout.

Si vous pensez qu’un arrêt cardiaque soudain est un événement peu probable, détrompez-vous. De nouvelles données de Cœur et AVC montrent qu’environ 60 000 arrêts cardiaques surviennent chaque année au Canada à l’extérieur des hôpitaux, soit bien plus que ce qui était estimé auparavant. Cela représente un arrêt cardiaque toutes les neuf minutes. Malheureusement, seulement un Canadien sur dix survit à un arrêt cardiaque hors de l’hôpital.

Et dans la plupart des cas, si vous êtes témoin d’un arrêt cardiaque, cela arrivera à quelqu’un que vous connaissez.

C’est arrivé dans ma propre famille. Mon beau-frère venait de rentrer chez lui après une balade à vélo lorsqu’il a subi un arrêt cardiaque. Heureusement pour nous tous, une voisine a compris ce qui se passait et savait quoi faire : elle a pratiqué la RCR pendant plus de 10 minutes, jusqu’à l’arrivée des ambulanciers. Il a reçu des soins incroyables et, heureusement, s’est rétabli de façon incroyable.

Cela m’a fait comprendre, à un niveau très personnel, ce que je savais déjà professionnellement : lorsqu’une personne subit un arrêt cardiaque, seule une action rapide peut lui sauver la vie – chaque seconde compte. La RCR maintient le pompage du sang pour maintenir le cerveau en vie et un défibrillateur externe automatisé (DEA) choquera le cœur pour l’aider à redémarrer.

Il y a trois choses à retenir. Tout d’abord, appelez le 9-1-1 et criez à quelqu’un d’apporter un DAE. Deuxièmement, commencez immédiatement la RCR avec les mains seules. Troisièmement, utilisez un DEA dès qu’il est disponible. Les DEA sont sûrs et simples à utiliser et ne délivreront un choc qu’en cas de besoin.

Cela semble facile, mais pour améliorer les taux de survie et les résultats des arrêts cardiaques, nous devons bâtir une culture de sécurité cardiaque.

Tout le monde devrait apprendre la RCR et comment utiliser un DEA, dès le plus jeune âge – les deux sont faciles à apprendre et simples à mettre en œuvre. Mais il faut que les gens aient les moyens d’agir. Cela signifie accroître la sensibilisation à l’arrêt cardiaque et doter les gens des compétences et de la confiance nécessaires pour agir. Il est essentiel de trouver de nouvelles façons de créer des générations de sauveteurs, comme le programme CardiacCrash de Cœur et AVC, qui adopte une approche immersive et réelle de l’apprentissage des compétences en RCR et en DEA.

Les DAE devraient également être beaucoup plus largement disponibles – et ils devraient être enregistrés, liés à une dépêche 9-1-1 et correctement entretenus. Le public doit pouvoir les trouver et y accéder. De meilleures données contribueront à l’amélioration de la qualité des systèmes d’intervention d’urgence. De nouvelles recherches stimuleront l’innovation et amélioreront les taux de survie et les résultats, notamment en aidant à mieux identifier les personnes présentant un risque élevé de subir un arrêt cardiaque. Les gouvernements ont un rôle important à jouer ; la législation est un levier important pour garantir la réalisation d’une grande partie des changements nécessaires.

D’autres juridictions, comme Seattle et certaines villes d’Europe, ont fait de la lutte contre l’arrêt cardiaque une priorité et ont mis en œuvre ce type de mesures politiques. Le résultat est le suivant : ils ont des taux de survie beaucoup plus élevés.

Si nous y réfléchissons, nous pouvons faire la même chose au Canada. Nous savons ce que nous devons faire dans l’ensemble de la société pour sauver davantage de vies et maintenir davantage de familles unies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *