Opinion: Pierre Poilievre veut qu’un grand gouvernement protège les enfants de la pornographie

La guerre de M. Freedom contre les gardiens s’accompagne apparemment de quelques stipulations. Le chef conservateur Pierre Poilievre, qui s’élève actuellement contre les efforts du gouvernement pour réglementer et contrôler Internet avec sa nouvelle loi sur les méfaits en ligne, semble croire que le gouvernement devrait réglementer et contrôler Internet – à condition qu’il s’agisse d’une question qui l’intéresse. base. Tirez (sélectionnez) les gardiens. A bas le grand gouvernement (parfois). Mettre fin à (certains) dépassements de l’État.

L’inconstance de M. Freedom s’est révélée sur la question de l’accès des jeunes à la pornographie en ligne, qui, selon lui, constitue un sujet de préoccupation pour les législateurs fédéraux. La semaine dernière, on a demandé à M. Poilievre s’il appuyait le projet de loi S-210, présenté par la sénatrice indépendante Julie Miville-Dechêne, qui obligerait les sites Web pornographiques à vérifier l’âge de leurs utilisateurs, sous peine de sanctions. M. Poilievre a simplement répondu : « Oui ».

Peu de temps après, un porte-parole de M. Poilievre a déclaré que les conservateurs « n’appuient aucune mesure qui permettrait d’imposer une identification numérique ou qui porterait atteinte à la vie privée des adultes et à leur liberté d’accéder à du contenu légal en ligne ».

La loi d’Ottawa sur les méfaits en ligne oblige les sites Web à sévir contre la pornographie juvénile

Les Canadiens doivent donc en déduire que M. Poilievre estime que les sites pornographiques opérant au Canada devraient être légalement obligés de vérifier l’âge de leurs utilisateurs, mais qu’ils ne devraient utiliser aucune méthode pour vérifier l’âge de leurs utilisateurs. J’ai compris? (En passant : il y a un gars qui a tendance à parler des deux côtés de la bouche comme celui-ci, comme M. Poilievre s’empresse généralement de le souligner. Il semble que le chef conservateur auditionne pour son poste de plusieurs manières.)

Ce type de législation sur la vérification de l’âge est un cauchemar du point de vue de la sécurité et de la confidentialité. Les adultes qui souhaitent accéder à la pornographie en ligne devront fournir une sorte de preuve – un permis de conduire, peut-être, ou se soumettre à une analyse biométrique – et avoir confiance que le site Web qu’ils visitent, ou l’opérateur tiers collectant les informations, conservera les informations. leurs données sécurisées.

Cette collecte de données constituera un trésor absolu de matériel de chantage pour les pirates informatiques ou autres acteurs malveillants, qui n’hésiteront pas à divulguer des informations personnelles s’ils sont motivés pour une raison ou une autre. Les fraudeurs disposeront également d’un nouveau moyen formidable pour collecter des informations auprès des plus crédules d’entre nous en créant des sites de phishing se faisant passer pour des sites pornographiques et en demandant des informations personnelles à des « fins de vérification de l’âge ». Pendant ce temps, les adolescents motivés pourront facilement contourner les obstacles canadiens à l’accès en utilisant un réseau privé virtuel, ou VPN.

Ce qui arrivera probablement lorsque et si cette loi est adoptée au Canada, c’est que les grands acteurs du porno, comme Pornhub, bloqueront tout simplement l’accès aux utilisateurs canadiens. C’est ce que l’entreprise a fait dans une poignée d’États – dont l’Utah, le Mississippi et une douzaine d’autres – après avoir adopté une législation sur la vérification de l’âge similaire à celle qui est à l’étude au Canada. (L’Australie a renoncé à mettre en œuvre sa propre législation après avoir trouvé la technologie de vérification trop « immature » et noté les risques considérables en matière de confidentialité et de sécurité.) Le retrait de Pornhub laisserait un vide à combler par des sites Web ou des services d’hébergement plus petits et non conformes. cela peut ne pas vérifier l’âge de ceux qui téléchargent du contenu (ce que Pornhub a commencé à faire en 2020).

L’opposition à la taxe carbone de Pierre Poilievre embarrasse son parti sur l’Ukraine

Cela ne veut pas dire que les adolescents devraient avoir un accès illimité à la pornographie en ligne. De nombreuses recherches suggèrent qu’une exposition précoce et/ou fréquente à la pornographie en ligne peut affecter négativement le comportement des enfants, leurs expériences et attentes sexuelles, leur confiance et leur estime de soi. Mais la solution n’est pas que le grand gouvernement intervienne et exige que les adultes consentants sortent leur permis de conduire chaque fois qu’ils souhaitent participer à un divertissement pour adultes solitaire – en particulier compte tenu des problèmes de sécurité massifs et du fait que la législation l’emporte tout simplement. pas réaliser ce pour quoi il est conçu. Les adolescents excités trouvent toujours un moyen. Qu’est-ce qui fait croire à M. Poilievre que le gouvernement est mieux placé que leurs parents pour les ralentir ?

Sauf erreur de ma part, j’avais l’impression que les conservateurs étaient ceux qui s’énervaient sans cesse contre les lois qui restreignent les libertés en ligne. Ceux qui prétendent que le premier ministre Justin Trudeau et ses semblables sont trop blasés à l’égard des excès de l’État, trop désireux de proposer des solutions gouvernementales à des problèmes complexes, et que ce sont les libéraux qui soutiennent des lois inutiles qui ciblent les Canadiens respectueux des lois pour le mieux. par souci de posture politique. Mais apparemment, ils se sont accordés une exception sur ce dossier.

M. Freedom veut devenir M. Police en ligne au noir. Et comme tout bon policier qui vous arrête pendant que vous vaquez à vos occupations, il aura besoin de voir votre permis de conduire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *