Tucker Carlson visite l’Alberta et envoie d’autres lettres, le 26 janvier : « C’est un embarras »

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Tucker Carlson prend la parole lors de la conférence Turning Point Action à West Palm Beach, en Floride, le 15 juillet 2023.Lynne Sladky/Associated Press

Agir différemment ?

Concernant « La décision de la Cour fédérale sur l’utilisation abusive par Trudeau de la Loi sur les mesures d’urgence remet les pendules à l’heure » (25 janvier) : N’oublions pas que le gouvernement fédéral n’a agi pour mettre fin à l’occupation d’Ottawa qu’après les échecs de la police d’Ottawa et du gouvernement provincial. gouvernement. Doug Ford, je crois m’en souvenir, est allé faire de la motoneige à Muskoka pendant que l’occupation s’installait.

Même si la rancune des manifestants était principalement dirigée contre le gouvernement fédéral, les questions initiales de maintien de l’ordre auraient dû être traitées par ces autres juridictions, et ne l’ont pas été. La capacité de M. Ford à détourner le blâme continue d’impressionner.

Martha Gould Baie Nord


Les jugements des tribunaux après coup et les jugements rendus en temps réel sont des animaux différents.

S’il est raisonnable de craindre une situation d’urgence, le gouvernement est alors obligé de spéculer sur les conséquences de son inaction. Le jugement de la Cour fédérale semble insister pour que tous les faits constituant une urgence soient présents au moment où la Loi sur les mesures d’urgence est invoquée.

Cette logique signifie que l’on ferme la porte de la grange, mais seulement après que le cheval s’est enfui.

Howard Greenfield Montréal

Son coupé

Concernant « Tucker Carlson parle de Trudeau et de Trump à Calgary avec Danielle Smith » (25 janvier) : En tant que Canadien qui aime profondément et sans compromis ce pays, je suis toujours bouleversé lorsque la voix de l’Alberta semble désaccordée avec les réalités du monde réel. , comme la nécessité pour la province de diversifier son économie à long terme et de travailler de manière constructive au sein du partenariat provincial.

Mais maintenant des ovations debout pour la sagesse invitée de Tucker Carlson ? Bravo quand il décrit Chrystia Freeland comme une « fasciste mentalement déficiente » ? Ravissement lorsque cet Américain exhorte son public albertain à résister au gouvernement fédéral au maximum de ses capacités ?

Cela semble incroyable ; c’est un embarras. La véritable voix de l’Alberta devrait s’élever et rejeter ces absurdités. Le Canada attend.

Jack Hollande Toronto

Avancez prudemment

Concernant « Les libéraux tentent de lier Poilievre à Trump. Mais cela vaut la peine d’entendre sa réponse » (24 janvier) : Même si les libéraux essayant de dépeindre leur adversaire comme Donald Trump déguisé pourraient être une réussite pour le parti, il devrait y avoir une autre considération : ce faisant, cela pourrait ne pas être bon. pour le Canada.

M. Trump n’est pas connu pour sa peau épaisse. Si les libéraux le pointaient du doigt comme une comparaison indésirable, les relations avec notre plus important partenaire étranger seraient tendues s’il remportait la présidence des États-Unis. Nos relations avec l’Inde, la Chine, Israël et la plupart des pays de l’OTAN sont déjà mauvaises. Ajouter les États-Unis à cette liste nous serait très préjudiciable.

Les libéraux veulent-ils ce qu’il y a de mieux pour le pays ou pour leur parti ? S’ils continuent à « se présenter contre Trump », alors nous connaissons leur choix – au diable les conséquences nationales.

Rob McCullough Edmonton

Quelle beauté

Concernant « Nous ne devons pas laisser la beauté en dehors du débat sur le logement » (Avis du 20 janvier) : De nombreux bâtiments historiques, même les plus fonctionnels et les plus modestes, sont bien plus beaux, bien construits et durables que leurs équivalents contemporains.

Aujourd’hui, on nous dit que construire de cette manière coûte trop cher ; Pire encore, certains bâtiments historiques ont été construits avec des connaissances techniques commerciales qui ont été perdues, comme les bâtiments de « construction d’usines » en bois de grande hauteur à Toronto. Pourtant, ces survivants finissent souvent par définir une rue ou un quartier.

Nous devons préserver l’architecture historique. Mais nous devons également construire des structures que les générations futures voudront préserver.

Peut-être que davantage d’architectes et d’urbanistes devraient se tourner vers les vieux et beaux bâtiments que tout le monde aime pour obtenir des conseils sur la manière de construire, et de construire pour, une communauté et une ville.

Ryan Whyte Toronto

Aidez-moi, s’il vous plaît

Concernant « Canadian Tire avait une stratégie de croissance de 3,4 milliards de dollars, mais le marasme économique a mis un frein au plan » (Report on Business, 20 janvier) : La seule chose qui pourrait faire une réelle différence dans le modèle d’affaires de Canadian Tire est son absence de support client en magasin.

Lorsque j’entre dans mon Canadian Tire local, je suis submergé par la pléthore de panneaux et de produits, sans aucun employé en vue pour demander où se trouvent les choses. Bien sûr, il existe désormais des ordinateurs permettant de le trouver, mais ils semblent rarement fonctionner comme prévu.

Toutes les nouvelles signalisations en bois et les gammes de produits élargies ne m’aideront pas à trouver un ouvre-boîte. Si Canadian Tire veut améliorer les choses, ses dirigeants doivent se rappeler que la plupart d’entre nous apprécieraient d’être mieux connectés avec des employés compétents.

Howard Brunt Saanich Nord, Colombie-Britannique

Une standing ovation

Concernant « Tom Rooney est un chouchou de la scène canadienne – ne le traitez pas de star » (Arts & Books, 20 janvier) : Je suis un grand admirateur de Tom Rooney.

J’ai vu plusieurs de ses spectacles. Son Malvolio dans Shakespeare Douzième nuit était déchirant, et encore plus obsédant car il est resté dans son personnage pendant le rappel. Je ne pense pas que ce soit un stratagème courant, sinon cela n’aurait pas eu le même effet.

De nombreuses années plus tard, je vois encore cet homme brisé qui me regarde dans le public. Désolé pour le cliché, mais c’est un trésor.

Steve Dalton Hamilton


La plupart des entretiens avec des artistes semblent être des pièces banales qui durent beaucoup trop longtemps. D’autres atteignent des sommets de banalité qui me donnent le vertige.

Entrez Tom Rooney, un acteur qui laisse son œuvre parler pour lui et sa carrière. Bravo à cet acteur de théâtre et de cinéma canadien dévoué, qui perfectionne son art pour permettre aux spectateurs de voir la beauté et la vérité de l’œuvre d’un dramaturge.

Catherine Folkersen Saskatoon

En congé

Concernant « Devoir de juré pour ma mère vieillissante ? Je proteste! » (Première personne, 19 janvier) : Il y a quelques années, mon oncle alors âgé de 82 ans a appelé pour me dire qu’il avait reçu un avis de juré.

Il a dû se présenter au palais de justice du centre-ville d’Ottawa, à 40 kilomètres de sa maison rurale. Il se demandait si, en tant qu’avocat, j’avais des suggestions à lui faire.

J’ai écrit avec plaisir une lettre au bureau du shérif pour l’informer qu’oncle Jim adorerait servir. Cependant, il aurait besoin d’aménagements raisonnables.

Premièrement, comme son audition était plutôt mauvaise, il faudrait que tous les participants portent des microphones. Deuxièmement, il aurait besoin d’une pause aux toilettes toutes les heures. Et troisièmement, il faisait toujours une sieste entre 14 et 15 heures. Il espérait que le tribunal comprendrait.

Peu de temps après, il a été contacté et informé que sa présence ne serait pas requise.

Tom Curran Comté de Prince Edward, Ontario.


Les lettres adressées au rédacteur en chef doivent être exclusives au Globe and Mail. Incluez votre nom, votre adresse et votre numéro de téléphone de jour. Limitez les lettres à 150 mots ou moins. Les lettres peuvent être modifiées pour plus de longueur et de clarté. Pour soumettre une lettre par e-mail, cliquez ici : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *