La législation européenne sur les actifs russes est importante, le Canada s’efforce d’aller plus loin, selon Freeland

Ouvrez cette photo dans la galerie :

La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, prend la parole lors d’une conférence de presse à Ottawa le 13 février.PATRICK DOYLE/La Presse Canadienne

L’adoption par l’UE d’une loi visant à mettre de côté les bénéfices exceptionnels réalisés sur les actifs gelés de la banque centrale russe était une mesure importante et le Canada travaille avec ses alliés pour aller plus loin et obliger Moscou à payer les dommages causés en Ukraine, a déclaré mardi la ministre des Finances Chrystia Freeland.

« Il s’agit d’une mesure importante prise par l’UE. Le Canada pense que nous devons aller plus loin et nous allons continuer à travailler avec nos partenaires dans ce sens », a déclaré Freeland aux journalistes à Ottawa.

« La Russie a causé d’énormes dégâts à l’Ukraine… La reconstruction va coûter très cher, et nous pensons qu’il est tout à fait approprié que l’agresseur paie pour ces dégâts », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *