L’accès au système d’information doit être corrigé, dit Poilievre

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Le chef conservateur Pierre Poilievre affirme qu’il est nécessaire d’assurer une divulgation plus automatique des informations provenant de la Chambre des communes et du Sénat.ETHAN CAIRNS/La Presse Canadienne

Le chef conservateur Pierre Poilievre affirme que les réponses aux demandes d’accès à l’information doivent être plus rapides et que le commissaire à l’information du Canada devrait avoir plus de pouvoir sur « les gardiens » au sein du gouvernement fédéral.

Lors d’une conférence de presse à Vancouver jeudi, M. Poilievre a répondu à une question d’un journaliste sur les défis auxquels est confronté le système d’accès à l’information.

« Allons-nous réparer le système d’accès à l’information ? Oui, nous le ferons », a déclaré M. Poilievre, faisant référence aux changements qu’il apporterait s’il gagnait les prochaines élections fédérales.

« Nous allons accélérer les délais de réponse. Nous publierons plus d’informations », a-t-il déclaré.

M. Poilievre s’est également engagé à donner au commissaire à l’information du Canada plus de pouvoir pour contourner ce qu’il a décrit comme « les gardiens » au sein du gouvernement fédéral et, dans l’ensemble, « favoriser la transparence plutôt que le secret ».

En octobre dernier, la commissaire fédérale à l’information Caroline Maynard et ses homologues provinciaux ont signé une résolution commune appelant les gouvernements à moderniser les lois sur l’accès et à renforcer le droit du public à l’information.

Dans une entrevue avec le Globe and Mail après la publication de la lettre, Mme Maynard a appelé à un rajeunissement de la loi sur l’accès et des systèmes qui la mettent en œuvre, affirmant qu’ils n’étaient pas à la hauteur.

« Chacun d’entre nous appelle nos gouvernements à faire quelque chose à ce sujet », a-t-elle déclaré, faisant référence à ses collègues commissaires. « Nous avons besoin de plus de ressources, non seulement pour nos propres bureaux, mais aussi pour ceux qui traitent les demandes d’accès. »

Les commentaires de M. Poilievre jeudi surviennent dans un contexte d’inquiétudes quant à l’efficacité du système fédéral d’accès à l’information.

Le projet Globe’s Secret Canada, lancé à l’automne 2021, a étudié le système d’accès à l’information au Canada, retraçant les nombreux défis auxquels sont confrontés les Canadiens qui tentent d’accéder à l’information publique en utilisant le cadre juridique créé par les gouvernements.

Le rapport révèle que les institutions publiques fédérales enfreignent régulièrement les lois sur l’accès à l’information en retenant indûment des documents qui devraient être publics et en violant les délais légaux.

Le Globe a contacté le bureau du président du Conseil du Trésor, qui gère les questions liées à l’accès fédéral à l’information. Ronny Al-Nosir, l’attaché de presse de la présidente du Conseil du Trésor Anita Anand, a déclaré qu’il n’était pas en mesure de commenter jeudi.

Un rapport publié en décembre par le Secrétariat du Conseil du Trésor, qui évaluait le traitement des demandes, a révélé que les retards sont courants dans le système fédéral. Environ 28 pour cent des demandes d’accès (à l’exclusion de celles adressées à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada) ont été traitées en dehors des délais légaux.

Le rapport souligne également que 54 pour cent des institutions ont atteint l’objectif de rendement du Conseil du Trésor en matière de délais, qui vise à ce que 90 pour cent de toutes les demandes d’accès soient fermées dans les délais prévus par la loi.

Jeudi, M. Poilievre a soulevé une autre préoccupation concernant l’accès à l’information au niveau fédéral. Il a déclaré qu’il était nécessaire d’assurer une divulgation plus automatique des informations provenant de la Chambre des communes et du Sénat.

Et il a appelé à la publication proactive des dépenses et des décisions de la Cité parlementaire, se référant au district comprenant les édifices parlementaires du Canada, afin qu’elles soient disponibles par défaut.

En octobre dernier, le gouvernement libéral fédéral a refusé d’apporter des modifications aux lois fédérales sur l’accès, malgré neuf mois d’audiences parlementaires sur leurs lacunes.

Quelques mois plus tôt, le comité de la Chambre des communes sur l’accès à l’information, la protection de la vie privée et l’éthique, qui avait étudié la question, avait formulé 38 recommandations sur la manière d’améliorer le système.

Aucune n’a été mise en œuvre. Au lieu de cela, le gouvernement a déclaré qu’il réviserait à nouveau la loi en 2025.

Avec un rapport de Tom Cardoso et Robyn Doolittle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *