Le Canada a besoin de temps pour une « conversation plus approfondie » sur l’aide médicale à mourir et la santé mentale, selon Mark Holland

Il y a treize ans, en proie à une perte politique majeure et à une crise personnelle, Mark Holland a vécu la période la plus sombre de sa vie.

Depuis son retour à la politique fédérale, il a parlé franchement de sa tentative de suicide et des problèmes de santé mentale qui l’ont mené « aux portes de mon propre oubli ».

Aujourd’hui, en tant que ministre fédéral de la Santé, il demande au Parlement de ralentir le projet de son gouvernement visant à élargir l’accès à l’aide médicale à mourir pour les personnes dont la seule maladie sous-jacente est la maladie mentale.

Holland affirme que l’épreuve à laquelle il a survécu est différente de la souffrance des personnes qui, selon lui, seraient admissibles au programme.

Il faut plus de temps pour que les systèmes médicaux et le public soient prêts à faire la différence, a-t-il déclaré à la Presse canadienne.

« Je veux m’assurer, avec chaque centimètre de moi, que tout le monde bénéficie du même chemin pour sortir de l’obscurité que j’ai pu trouver », a déclaré Holland dans une interview à propos de sa propre expérience en matière de santé mentale.

« Là où nous avons des conversations vraiment difficiles, c’est : que faisons-nous lorsqu’il y a des circonstances que nous ne pouvons pas comprendre ? Où les gens souffrent d’une douleur cauchemardesque ?

En vertu de la législation en vigueur, les personnes souffrant d’angoisse mentale seront admissibles à l’aide médicale à mourir à partir de la mi-mars.

La semaine dernière, Holland a déposé un projet de loi retardant de trois ans l’extension de l’éligibilité.

Les provinces lui ont dit qu’elles n’étaient pas prêtes ou qu’elles n’étaient pas disposées à aller de l’avant, a-t-il déclaré, et le report de cette décision vise à donner plus de temps pour se préparer.

La pause donnerait également aux Canadiens plus de marge de manœuvre pour faire face à leur malaise face à cette politique, a-t-il déclaré.

« Parce que c’est inconfortable, il est facile de prétendre qu’il existe des solutions simples et de ne pas s’y plonger », a déclaré Holland. « Je pense qu’une partie de l’idée de cette pause est de permettre une conversation plus approfondie. »

Holland était un homme politique de carrière jusqu’à ce qu’il perde son siège aux élections fédérales de 2011. Après cette défaite, il dit être tombé dans le désespoir.

« Il y a un sentiment de désespoir total, d’isolement et d’abandon et le sentiment que… il n’y a aucun moyen de sortir de la douleur dans laquelle vous vous trouvez », a-t-il déclaré.

Ce qui différencie son expérience de celle des personnes atteintes de maladie mentale qui pourraient éventuellement avoir accès à l’aide à mourir, c’est qu’il a demandé de l’aide et que cela a fonctionné, a-t-il déclaré.

« Lorsque vous êtes dans cette situation et que vous allez demander de l’aide, la grande, grande majorité des gens, avec le soutien clinique, le soutien et l’amour de leurs amis et de leur famille, pourront se sortir de cette situation et voyez que c’était un moment dans le temps », a-t-il déclaré.

De nombreuses personnes souffrant de problèmes de santé mentale ont du mal à obtenir de l’aide, a reconnu le ministre.

Mais l’assistance médicale à mourir est destinée aux personnes qui ont « tout essayé » et sont « incapables d’échapper à leur enfer mental », précise-t-il.

« C’est une grande différence. »

L’opinion du public à l’égard de cette politique est difficile à évaluer.

Un sondage Angus Reid commandé par Cardus en septembre a révélé que même si les politiques existantes d’aide à la mort bénéficiaient d’un large soutien partout au Canada, la moitié des répondants interrogés étaient opposés à l’élargissement de l’admissibilité aux personnes qui souffrent uniquement de maladie mentale.

Entre-temps, un sondage Ipsos réalisé pour le compte de Mourir dans la dignité Canada l’été dernier suggérait que 80 pour cent des personnes interrogées pensaient qu’un adulte devrait pouvoir être évalué et, s’il y est admissible, recevoir de l’aide à mourir pour des troubles mentaux graves et résistants au traitement s’ils sont éprouver des souffrances intolérables.

Alors que certaines personnes confondent pensées suicidaires et souffrances indomptables à long terme par souci de bonne foi, Holland a déclaré qu’il pensait que les craintes étaient parfois exprimées pour « jouer à des jeux et à la politique ».

Si le Parlement accorde la prolongation, il appartiendra principalement aux provinces de préparer le personnel à séparer les personnes en crise des très rares personnes qui devraient y prétendre, a-t-il déclaré.

« Mon travail, lorsque je discute quotidiennement avec mes homologues provinciaux et territoriaux, consiste à m’assurer qu’ils travaillent dans ce sens et à leur demander comment nous pouvons les soutenir dans cette démarche », a-t-il déclaré.

Cette pause retarderait l’expansion bien après les prochaines élections. Les opposants conservateurs des libéraux ont déclaré qu’ils abandonneraient l’expansion s’ils étaient élus.

L’ampleur des problèmes de santé mentale au Canada est énorme, a déclaré Holland, et le gouvernement s’efforce d’améliorer l’accès dans le cadre d’une série d’accords bilatéraux avec les provinces et les territoires.

« Je ne comprenais pas que ce que je vivais était si commun à l’expérience des autres, que beaucoup d’entre nous atteignaient ce moment où nous ne pensons plus pouvoir le gérer, et nous nous sentons seuls. , » il a dit.

Mais ce n’est pas un argument contre l’aide à mourir, a-t-il déclaré.

« Les défis que nous rencontrons en matière de santé mentale et la manière dont nous allons les résoudre en tant que société sont distincts et totalement différents des conversations sur les circonstances extrêmement limitées dans lesquelles vous souffrez d’une maladie mentale incurable. »

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez pensez au suicide, une assistance est disponible 24h/24 et 7j/7 en appelant ou en envoyant un SMS au 988, la ligne d’assistance nationale pour la prévention du suicide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *