Les libéraux et le NPD exhortent les conservateurs à ne pas bloquer les droits de citoyenneté des « Canadiens perdus »

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Les gens se dirigent vers la frontière américaine via le Rainbow Bridge, qui relie Niagara Falls, en Ontario. et Niagara Falls NY, le 8 novembre 2021.Tijana Martin/La Presse Canadienne

La famille de Meredyth Cowling s’est installée à Niagara dans les années 1700, et elle vit toujours dans la ferme familiale, s’occupant des 10 acres restants de terre.

Elle parle avec fierté des liens de ses ancêtres avec la région, depuis ses ancêtres anglais qui se sont installés vers le nord après la guerre d’indépendance américaine jusqu’aux immigrants allemands qui ont contribué à la construction de la ville de Niagara Falls, y compris de plusieurs de ses hôtels.

Aujourd’hui âgée de 70 ans, elle dit que ses fils veulent continuer à vivre dans leur petite partie de l’Ontario, comme l’ont fait six générations avant eux. Mais ils craignent que les règles canadiennes en matière de citoyenneté ne les obligent à quitter le pays.

Deux des enfants de Mme Cowling, Will et Jack, font partie d’un sous-ensemble de « Canadiens perdus », ainsi nommés parce que, même s’ils ont grandi au Canada, ils ne sont pas admissibles aux passeports canadiens. Il y a quatorze ans, ils ont perdu le droit d’être considérés comme Canadiens, puisque ni eux ni leurs parents ne sont nés au Canada.

« Ce qui arrive à quelqu’un comme moi, c’est que vous grandissez en pensant que vous êtes à votre place, puis vous découvrez que vous n’existez pas vraiment ici », a déclaré Will Cowling.

Parmi les Canadiens perdus figurent des « bébés frontaliers », vivant dans des communautés à cheval sur la frontière canado-américaine.

Mme Cowling est née dans un hôpital de Niagara, juste de l’autre côté de la frontière américaine, sur recommandation de médecins. Son père travaillait des deux côtés de la frontière et sa famille faisait la navette pour étudier, faire des courses et se rendre à des rendez-vous médicaux.

« À cette époque, tout était si fluide. Vous avez juste fait des allers-retours. Il n’y avait ni passeport, ni carte d’identité, ni rien de ce genre », a-t-elle déclaré. « L’hôpital est à deux pas du pont. Ma mère était l’une des 21 filles canadiennes à avoir obtenu un diplôme d’infirmière là-bas un an.

Mme. Cowling a ensuite travaillé pour une compagnie aérienne aux États-Unis pendant plusieurs années, y donnant naissance à ses garçons. Lorsqu’elle est revenue au Canada, Will et Jack avaient 6 et 12 ans, et on lui a dit à la frontière qu’ils étaient considérés comme Canadiens parce qu’elle l’était. Mais des années plus tard, lorsqu’elle a demandé des documents officiels, elle a découvert à sa grande surprise qu’ils n’étaient pas admissibles au passeport canadien en raison d’un changement de loi en 2009.

Un projet de loi du Sénat, soutenu par le gouvernement libéral et actuellement en cours d’examen au Parlement, cherche à annuler un changement apporté par le gouvernement de Stephen Harper en 2009, privant les enfants de la deuxième génération nés à l’étranger de leur droit automatique à la citoyenneté.

Le projet de loi S-245 modifierait la loi de sorte que si un parent canadien pouvait démontrer un « lien substantiel » avec le Canada, son enfant serait à nouveau admissible à un passeport.

Cela rétablirait également la citoyenneté pour un groupe de personnes nées entre 1977 et 1981, classées comme « deuxième génération née à l’étranger », qui n’ont pas réussi à réaffirmer leur citoyenneté à l’âge de 28 ans.

Le projet de loi a été adopté par le Sénat et la plupart de ses étapes à la Chambre des communes, y compris en comité.

« Nous soutenons le projet de loi et encourageons tous les partis à faire de même », a déclaré Bahoz Dara Aziz, porte-parole du ministre de l’Immigration, Marc Miller.

Mais la porte-parole du NPD en matière d’immigration, Jenny Kwan, a accusé les conservateurs de bloquer ses progrès et de « jouer à de petits jeux politiques », y compris l’obstruction systématique des débats en comité, pour réduire ses chances de devenir une loi.

Elle a accusé le parrain du projet de loi du Sénat à la Chambre des Communes, le député conservateur Jasraj Singh Hallan, d’avoir ralenti l’adoption du projet de loi à la Chambre en déplaçant à deux reprises le débat prévu en troisième lecture avec un autre projet de loi. M. Hallan et Tom Kmiec, le porte-parole conservateur en matière d’immigration, n’ont pas voulu commenter.

« Le Canada doit régler une fois pour toutes le problème des Canadiens perdus. Il y a 14 ans, les conservateurs ont eu tort de priver les parents du droit de transmettre leur citoyenneté canadienne à leurs enfants de deuxième génération nés à l’étranger », a-t-elle déclaré. « Dans le cas de William et Jack Cowling, cela signifie qu’ils n’ont pas le statut légal pour travailler au Canada et que la ferme familiale qui appartient à leur famille depuis six générations est maintenant en péril.

Les deux garçons ont des projets pour la ferme et Will Cowling, 26 ans, dit vouloir travailler dans le bâtiment résidentiel. On lui a proposé des emplois dans la construction de maisons qu’il ne peut accepter en raison de son manque de numéro d’assurance sociale.

Sa mère dit que le fait d’être dans les limbes a été profondément déstabilisant pour ses fils, et qu’ils ne veulent pas partir après qu’elle ait fait une chute et une grave commotion cérébrale.

« Comme ils l’ont dit : « Nous ne voulons pas partir ». Nous sommes ici depuis des générations », a-t-elle déclaré. « C’est comme vivre sur le fil d’un couteau. Ils ne pensent pas que je puisse me débrouiller seule. Honnêtement, je ne sais pas où nous irions.

Don Chapman faisait partie des « Canadiens perdus » qui ont dû présenter une nouvelle demande pour devenir Canadien. Enfant, son père a déménagé aux États-Unis et y a obtenu la citoyenneté. M. Chapman fait campagne depuis des années pour modifier les règles qui, selon lui, ont divisé les familles et laissé des personnes apatrides.

Les peuples autochtones des communautés situées à cheval sur la frontière canado-américaine font partie des milliers de personnes qui ont perdu leur droit à la citoyenneté, a déclaré M. Chapman.

Les Cowling, a-t-il déclaré, « n’avaient aucune idée qu’ils ne respectaient pas les lois sur la citoyenneté – et ils ne sont pas seuls ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *