Ottawa fait face à des appels pour renforcer la surveillance de l’unité des Affaires mondiales qui recueille des renseignements

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des gens brandissent des pancartes appelant la Chine à libérer les détenus canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig lors d’une audience d’extradition de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei Technologies, à la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver, le 6 mars 2019.LINDSEY WASSON/Reuters

Une unité du ministère des Affaires mondiales qui recueille des renseignements sur la sécurité dans des pays comme la Chine a besoin de la même surveillance législative que les autres agences de sécurité nationale du Canada, affirment les experts en renseignement.

Un ancien haut responsable du SCRS a décrit le Programme de rapports sur la sécurité mondiale, créé à la suite des attentats du 11 septembre pour recruter une classe spéciale d’agents du service extérieur canadien chargés de faire rapport à Ottawa sur les questions de sécurité, comme une « méthode très amateur » des affaires étrangères essayant de créer une mini-agence d’espionnage au sein du ministère.

Phil Gurski, ancien analyste stratégique principal au Service canadien du renseignement de sécurité, a déclaré que les diplomates du GSRP ont mis la vie de personnes en danger dans des régions dangereuses du monde.

« Je sais pertinemment qu’à d’autres postes que je ne nommerai pas, les agents du GSRP ont fait certaines choses qui ont mis certaines personnes en danger », a-t-il déclaré. « Cela en dit long sur la crédibilité du programme et sur le fait qu’ils ne savent pas vraiment ce qu’ils font. »

Le Globe and Mail a rapporté samedi que le Canadien Michael Spavor allègue que la Chine l’a arrêté et emprisonné ainsi que Michael Kovrig, un diplomate qui travaillait pour le GSRP, parce qu’il a involontairement fourni à M. Kovrig des informations sur la Corée du Nord qui ont été partagées avec le SCRS et les partenaires du renseignement Five Eyes.

Andy Ellis, ancien directeur des opérations du SCRS, a déclaré que la communauté du renseignement avait depuis longtemps des inquiétudes concernant le programme au cœur des allégations portées à Ottawa par M. Spavor.

M. Ellis a déclaré au Globe que le GSRP ne dispose pas de contrôles législatifs suffisants et est devenu un programme de collecte d’informations pour lequel son personnel n’est pas suffisamment formé.

« Le GSRP préoccupe les professionnels du Canada. Nous étions préoccupés par le mandat légal sous lequel ils travaillent », a-t-il déclaré. « Je crains que cela ait évolué vers des personnes qui n’avaient ni la formation ni l’expérience nécessaires pour collecter des informations plus confidentielles et protégées et le faire d’une manière qui semblait clandestine. »

M. Gurski et M. Ellis ont déclaré qu’ils n’avaient aucune connaissance directe et qu’ils ne commenteraient pas les allégations faites dans le Globe concernant un différend juridique impliquant M. Spavor contre le gouvernement fédéral et M. Kovrig.

Dans un communiqué dimanche, l’ambassade de Chine à Ottawa a déclaré que les deux Canadiens étaient « soupçonnés d’avoir commis des crimes mettant en danger la sécurité nationale de la Chine » et que leur cas avait été traité par le système judiciaire chinois « conformément à la loi ».

« Des rapports récents prouvent une fois de plus que les faits ci-dessus ne peuvent être niés », a déclaré l’ambassade. « Le battage médiatique du Canada sur la soi-disant ‘détention arbitraire’ par la Chine n’est qu’un voleur qui crie ‘arrêtez le voleur’ ​​et expose pleinement l’hypocrisie du Canada.’

M. Ellis a déclaré que le programme GSRP devrait être régi par la loi et révisé, tout comme le sont le SCRS et le Centre de la sécurité des télécommunications, qui s’occupe du renseignement électromagnétique et de la cybersécurité.

« Toute organisation impliquée dans la collecte de renseignements devrait s’appuyer sur une base législative et devrait faire l’objet d’un examen par les agences gouvernementales compétentes pour garantir que son comportement est conforme à la politique étrangère canadienne et à la loi canadienne », a-t-il déclaré.

Tiré des archives : ce que nous savons du séjour de Michael Spavor et Michael Kovrig en Chine

M. Gurski a déclaré que « quiconque va agir à l’extérieur du pays dans des situations dangereuses et éventuellement mettre la vie des gens en danger doit absolument faire l’objet d’une surveillance ».

Stephanie Carvin, ancienne analyste de la sécurité nationale et professeure agrégée de relations internationales à l’Université Carleton, a déclaré que les règles qui définissent ce que le GSRP peut et ne peut pas faire sont « extrêmement vagues ».

« Ils sont responsables devant le ministre des Affaires étrangères. Mais au-delà de cela, nous ne savons pas vraiment quelles sont leurs politiques et procédures. Parmi toutes les agences étrangères de défense et de sécurité nationale dont nous disposons, le GSRP est sans doute l’une des moins transparentes.

L’Agence canadienne de surveillance des renseignements en matière de sécurité nationale et de renseignement, qui est censée agir comme un organisme de surveillance, a achevé un examen du GSRP. Mais près de trois ans après sa publication, il n’est toujours pas sorti.

« Trois ans? Ce n’est pas de la transparence », a déclaré le professeur Carvin.

Le Globe a demandé à la NSIRA une copie du rapport, qui a été achevé en 2020, mais son unité des relations avec les médias a déclaré dans un e-mail que l’étude est toujours en « phase de rédaction », ce qui signifie qu’elle est en cours d’examen pour déterminer ce qui devrait être censuré du public. voir.

Le Canada n’a jamais créé d’agence étrangère de collecte de renseignements humains comme la Central Intelligence Agency aux États-Unis ou le MI6 en Grande-Bretagne. Et le GSRP et l’unité du renseignement du ministère de la Défense nationale ont été créés pour répondre à un besoin d’information à l’étranger.

Affaires mondiales affirme depuis longtemps que le GSRP n’est pas une collecte de renseignements parce qu’il est mené ouvertement et que ses sources ne sont pas rémunérées.

Artur Wilczynski a été directeur général de la sécurité et du renseignement à Affaires mondiales entre 2010 et 2014, alors appelé Affaires étrangères, et responsable du programme GSRP. Aujourd’hui à la retraite, il a déclaré lundi qu’il ne se souvenait pas, au cours de ses quatre années d’existence, d’avoir été informé d’incidents au cours desquels des agents du GSRP ou leurs sources se seraient retrouvés en danger du fait du travail de ce programme. « Sérieusement, je ne me souviens pas que quoi que ce soit ait jamais atteint ce seuil. »

Il a défendu le GSRP comme une source vitale d’informations sur la sécurité à l’étranger. « Nous avons toujours été très clairs, tant au niveau national qu’international, sur le fait qu’il s’agissait d’un groupe de diplomates ayant pour mandat d’examiner de vastes questions de sécurité qui intéressaient le Canada », a déclaré M. Wilczynski. « Ce n’est pas secret, ce n’est pas clandestin. Il s’agit, franchement, simplement de rencontrer des contacts, comme le fait tout diplomate régulier.»

Il a dit que c’était utile parce que les diplomates canadiens étaient autrement submergés par une myriade de responsabilités. « Cela a permis d’attirer l’attention des principales ambassades du monde entier sur les questions de sécurité – alors que trop souvent ces questions n’étaient pas au premier plan pour un trop grand nombre de mes anciens collègues qui étaient chefs de mission, ambassadeurs ou hauts-commissaires. »

M. Wilczynski a déclaré que les États ont la possibilité d’expulser les diplomates étrangers qui, selon eux, outrepassent leur mandat. Lorsqu’il est devenu directeur général, se souvient-il, le Canada avait toujours une ambassade à Téhéran. « Nous avions des gens dans toutes sortes d’endroits complexes », se souvient-il. « S’il y avait eu l’impression que les diplomates canadiens agissaient de manière inappropriée, ils auraient été renvoyés en PNG », a-t-il déclaré, utilisant un acronyme pour persona non grata, ou expulsion. « Et ils ne l’étaient pas. »

Il a déclaré que le travail du GSRP est grandement apprécié par d’autres départements et agences ainsi que par les alliés de l’alliance de partage de renseignements Five Eyes.

Alan Treddenick, ancien chef de station du SCRS en Arabie Saoudite, a déclaré que ce qui serait arrivé à M. Spavor renforce l’opinion de nombreux membres de la communauté du renseignement selon laquelle le travail du GSRP devrait être géré par des professionnels du renseignement.

« Ces révélations démontrent pourquoi le Canada a besoin d’un service de renseignement étranger distinct. Doté d’officiers de renseignement professionnels, dotés d’une formation appropriée et de structures de soutien », a-t-il déclaré.

Le professeur Carvin soutient que notre compréhension de ce qui constitue le renseignement évolue, comme en témoignent la guerre entre la Russie et l’Ukraine et la guerre menée par Israël contre le Hamas.

« Il y a une raison pour laquelle nous parlons de renseignements open source et, si vous collectez des informations auprès d’êtres humains, la plupart des gouvernements du monde vont considérer cela comme une collecte de renseignements », a déclaré le professeur Carvin.

Elle a souligné que rien de ce qu’elle dit n’excuse la détention de M. Kovrig et de M. Spavor par le gouvernement chinois.

« Il est naïf de la part d’Affaires mondiales Canada de s’engager dans ce genre de collecte d’informations tout en insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas de collecte de renseignements ; alors qu’en réalité, une grande partie de ces activités sont extrêmement similaires à celles des services de renseignement », a-t-elle déclaré.

« Je pense simplement qu’Affaires mondiales s’accroche en quelque sorte à une notion très inspirée de la Guerre froide quant à ce qu’est la collecte de renseignements, alors que le reste du monde a une vision beaucoup plus large », a-t-elle déclaré.

La professeure Carvin se dit préoccupée par le fait qu’Affaires mondiales « met potentiellement en danger ses propres agents et les personnes à qui ils parlent ».

Les budgets des agences de renseignement ont augmenté après le 11 septembre et l’argument d’Affaires mondiales, alors appelé Affaires étrangères, était que le ministère devait « se mettre les coudes dans le jeu », selon un livre de 2021 du professeur Thomas Juneau et Carleton de l’Université d’Ottawa. Professeur Carvin de l’Université.

Les reportages diplomatiques ont toujours été un élément essentiel des affectations à l’étranger, mais pour les agents du GSRP, c’est leur travail à temps plein. Ils sont déchargés du travail administratif, des responsabilités consulaires et des visas, de la promotion commerciale et culturelle qui accaparent le temps de leurs collègues.

Il y a eu une pénurie de ce type de reportage après le 11 septembre, écrivent les professeurs Juneau et Carvin, parce qu’Affaires mondiales estimait que leurs diplomates consacraient trop de temps aux tâches administratives et pas assez à la collecte d’informations non filtrées. « Il y avait un besoin pressant », dit leur livre, citant une source anonyme, « de sortir des idées reçues du circuit des cocktails et d’aller parler à l’opérateur portuaire ».

Les auteurs racontent comment un officier anonyme du GSRP à Damas, avant la fermeture de l’ambassade du Canada en Syrie en 2012, « s’est entretenu régulièrement avec des membres du Hezbollah au Liban ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *