Trudeau signale à Ottawa d’envisager des sanctions plus sévères pour les voleurs de voitures

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Le premier ministre Justin Trudeau prononce son discours d’ouverture lors du Sommet national sur la lutte contre le vol d’automobiles, le 8 février 2024, à Ottawa.Adrian Wyld/La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré jeudi que le nombre de véhicules volés au Canada était alarmant alors qu’il lançait un sommet national sur le vol de voitures à Ottawa et a signalé que le gouvernement fédéral envisageait de renforcer les sanctions pour ceux qui commettent ces crimes.

M. Trudeau a déclaré que le crime organisé devient « plus effronté » et que le marché noir international des véhicules volés est en expansion. Il a cité des exemples tels qu’une personne qui s’est fait voler un véhicule à Toronto et a appris que son véhicule s’était retrouvé au Ghana.

La question du vol de voitures au Canada a été au centre des préoccupations cette semaine à la veille du sommet d’Ottawa, notamment par le chef conservateur Pierre Poilievre, qui a demandé au gouvernement fédéral d’en faire davantage pour résoudre ce problème et a reproché à plusieurs reprises au gouvernement de M. Trudeau de l’augmentation des vols de voitures.

Cette semaine, M. Poilievre a réclamé l’utilisation de la technologie à rayons X pour détecter les voitures volées dans les principaux ports du pays. En réponse, le ministre de la Sécurité publique, Dominic LeBlanc, a déclaré que le problème ne peut pas être résolu en se concentrant uniquement sur les ports, ajoutant qu’il s’agit d’une question complexe.

M. LeBlanc a également déclaré qu’il aurait davantage à dire jeudi sur l’augmentation des ressources pour les forces de police locales et sur la nécessité pour la GRC de mieux travailler avec Interpol afin de sévir contre le crime organisé transnational qui fait grimper les taux de vols de voitures.

Pour lutter contre le vol de voitures, il faut rassembler les forces de l’ordre, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), les constructeurs automobiles et les compagnies d’assurance, a déclaré M. Trudeau au début du sommet, rassemblant les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et les partenaires de l’industrie pour élaborer une stratégie plus efficace. réponse coordonnée.

« Tout d’abord, nous devons arrêter ces criminels qui font partie de gangs et du crime organisé », a déclaré M. Trudeau.

L’Ontario est l’un des points chauds du vol de voitures, et le gouvernement fédéral a récemment annoncé 121 millions de dollars pour l’application de la loi dans la province, a ajouté M. Trudeau.

« Nous envisageons également de renforcer davantage les sanctions imposées à toute personne participant à un vol de voiture », a déclaré M. Trudeau.

Amanda Dean, vice-présidente du Bureau d’assurance du Canada pour l’Ontario et l’Atlantique, a déclaré dans une entrevue avant l’événement de jeudi que les réclamations liées au vol de voiture en 2022 ont dépassé le milliard de dollars (1,2 milliard de dollars) pour la première fois.

En Ontario, elle a déclaré que les réclamations liées au vol de voitures représentaient 700 millions de dollars, dont 500 millions provenaient de la région du Grand Toronto.

« Il s’agit certainement d’une crise nationale », a-t-elle déclaré. « C’est une épidémie absolue en Ontario à l’heure actuelle. »

Elle a indiqué que le Bureau d’assurance participera à la discussion à Ottawa et qu’il recommandera des mesures, notamment en examinant ce qui se passe à la frontière et pourquoi il est si facile d’exporter des véhicules volés, ajoutant que la plupart des véhicules volés au Canada sont destinés à exporter.

Mercredi, Ottawa a promis 28 millions de dollars supplémentaires pour renforcer la capacité de l’ASFC à rechercher dans les conteneurs d’expédition les voitures volées.

M. LeBlanc a déclaré que les nouveaux fonds signifieraient que l’ASFC aurait « plus de capacité » pour fouiller les conteneurs d’expédition susceptibles de contenir des voitures volées et qu’elle pourrait améliorer son partage d’informations avec la police et d’autres agences, tant au Canada qu’à l’étranger.

Cette semaine, Maria Ladouceur, porte-parole de l’ASFC, a déclaré dans un communiqué que les ressources avaient été « allouées de manière stratégique » dans les ports, y compris l’examen des conteneurs.

Partout au Canada, la police mène des enquêtes sur les vols de véhicules, a-t-elle déclaré, ajoutant que l’agence « agit sur 100 pour cent de ses recommandations pour empêcher les véhicules volés de quitter le pays ».

« L’ASFC compte sur la police pour fournir des références et des renseignements en temps opportun, pour prendre rapidement possession des véhicules volés et pour poursuivre avec succès les cas afin d’endiguer le vol de véhicules à la source », a-t-elle déclaré.

Elle a également déclaré que si un conteneur spécifique contenait un véhicule soupçonné d’être volé, l’ASFC le mettrait en attente et les agents travailleraient avec les forces de l’ordre. Si un véhicule est intercepté et qu’il s’avère qu’il a été volé, il est remis à la police, a-t-elle expliqué.

– avec un dossier de Jeff Gray à Toronto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *