Le marché du luxe de Calgary prend de l’ampleur

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Maison Y, conçue par Saunders Architecture.Ema Peter/Ema Peter Photographie

Au bout d’une route sinueuse à la sortie de la pittoresque autoroute 1A entre Calgary et Banff, se dresse une propriété emblématique dans un cadre idyllique : la Y House.

Conçue par Saunders Architecture, une entreprise primée dirigée par le Canadien Todd Saunders basée en Norvège, la maison de 2 093 pieds carrés a été achevée l’année dernière et est maintenant à vendre.

À moins d’une demi-heure des commodités de la ville et à seulement 20 kilomètres du début du sentier du mont Yamnuska dans la région de Kananaskis, la Y House offre non seulement une vue imprenable sur les contreforts, mais la propriété elle-même vaut le détour.

  • Maison Y, Calgary, par Saunders Architecture.Ema Peter/Ema Peter Photographie

    1 sur 17

Enveloppé d’acier et de verre patinés, l’extérieur brutaliste du bâtiment d’un étage se distingue parmi les collines de Carraig Ridge, un lotissement à l’architecture avant-gardiste à l’ouest de Calgary. L’enveloppe protectrice en forme d’armure de la maison dissimule les finitions intérieures délicates et sobres en chêne naturel et en marbre blanc cassé, assurant la proéminence du paysage de l’intérieur.

M. Saunders a déclaré que la conception répondait à la nécessité de préserver les caractéristiques naturelles du site, ainsi que le sentiment de calme. « La vue est très importante », a-t-il déclaré. « Le calme est très important. »

Pour garantir des vues optimales, l’équipe de conception a créé une carte 3D du terrain du site et de sa végétation, un processus si précis que M. Saunders le compare à une intervention chirurgicale. En raison de la complexité de ce projet, il a fallu sept ans pour le réaliser, a-t-il déclaré. « Nous avons pris notre temps car il n’y avait pas d’urgence à le vendre. »

Perchée sur une crête, la Maison Y offre des vues distinctives sur le paysage : un lac et une forêt d’épinettes matures, les prairies des contreforts et, au loin, les montagnes Rocheuses.

L’empreinte inhabituelle en forme de Y de la maison est essentielle au programme de conception. En plus de maximiser les vues, cette disposition crée de l’intimité pour les deux chambres de la maison, qui partagent un étage avec le salon et la salle à manger décloisonnés.

« La cuisine est le cœur de la maison », a déclaré M. Saunders. « Considérant que les chambres sont des endroits où l’on se retire pour retrouver le calme à chaque extrémité ; donc si vous êtes dans une chambre, le bruit ne dérange pas la personne dans l’autre.

Conçue sur mesure, la Maison Y est un sanctuaire pour les connaisseurs en architecture ; pour le professionnel occupé cherchant un répit de l’agitation quotidienne pour un week-end ou pour une saison entière. Mais concevoir une maison de ce type sans un utilisateur spécifique en tête était un processus aussi unique que la propriété elle-même.

« Il faut répondre à beaucoup plus de besoins ; il faut vraiment savoir comment vivent les gens », a expliqué M. Saunders. « C’est là que le client, Carraig Ridge, a vraiment fait confiance à notre travail. »

Inscrite en octobre dernier, la propriété de 4,1 millions de dollars est l’une des 29 maisons actuellement en vente dans la région de Calgary à un prix de plus de 4 millions de dollars. La Maison Y se démarque également parmi les maisons tentaculaires de style lodge typiques de cette région.

«Il s’agit d’une opportunité pour quelqu’un d’acheter une maison construite selon les normes de qualité les plus élevées», déclare l’agent inscripteur Spencer Stupka, associé et courtier associé chez Charles Real Estate à Calgary. « Nous aimons la présenter non seulement comme une vente immobilière typique, mais aussi comme une vente d’art. Un art dans lequel vous pouvez vivre.

Après trois mois sur le marché, la Maison Y a suscité l’intérêt d’une poignée d’acheteurs de Calgary et de l’étranger.

« Nous avons des gens qui le considèrent comme leur résidence principale, et aussi des gens qui considèrent la propriété comme une résidence secondaire, ou une troisième ou quatrième propriété », explique M. Stupka. « Les gens qui veulent une vie privée très décontractée et tranquille ; où ils peuvent être détachés de la ville tout en étant à seulement 20, 25 minutes d’une épicerie.

Le segment haut de gamme du marché résidentiel de Calgary a eu tendance à évoluer plus lentement que dans les autres villes canadiennes, mais cela semble être en train de changer.

Selon un rapport produit par Sotheby’s International Realty, au cours du second semestre 2023, la ville des Prairies a surclassé le reste du Canada en termes de ventes de plus d’un million de dollars.

Rien qu’en janvier, 97 propriétés se sont vendues pour 1 million de dollars ou plus à Calgary, soit une augmentation de 70 pour cent par rapport au même mois de l’année dernière, le nombre d’inscriptions dans cette fourchette de prix ayant également augmenté.

«Dès que les inscriptions augmentent, les ventes augmentent également», déclare Ann-Marie Lurie, économiste en chef du Calgary Real Estate Board, à propos du marché en pleine effervescence dans sa ville. « La majeure partie de la croissance des inscriptions se situe dans le segment haut de gamme du marché, soit près de 11 pour cent des inscriptions. »

Historiquement, la part des inscriptions dans le segment supérieur du marché représentait environ 5 pour cent.

Cela ne signifie pas pour autant que les options de luxe se développent dans la région de Calgary. C’est une question d’offre et de demande pour un type particulier de produit dans des endroits spécifiques.

Les maisons de plus d’un million de dollars dans les limites de la ville de Calgary sont monnaie courante dans des quartiers exclusifs tels que Mount Royal et Elbow Park. De plus en plus de bungalows et de semi-remorques génériques situés dans les zones à forte demande du centre-ville de Calgary sont répertoriés dans cette gamme de prix.

« Habituellement, on s’attendrait à voir une (offre) un peu plus élevée dans le haut de gamme par rapport au bas de gamme du marché », explique Mme Lurie. « Parce qu’il y a moins d’acheteurs qui peuvent se permettre dans cette fourchette. »

En janvier, le ratio ventes/nouvelles inscriptions des propriétés demandant 1 million de dollars ou plus à Calgary même était de 43 pour cent, en hausse par rapport aux 30 pour cent habituels. En revanche, dans la région de Bighorn, où se trouve Carraig Ridge, environ huit propriétés sur dix répertoriées en janvier ont été vendues en un mois.

Selon Mme Lurie, cela se traduit par un choix accru pour les acheteurs de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, qui se sont habitués à des prix plus élevés.

« Une partie de la vigueur que nous avons constatée ces derniers temps conforte dans une certaine mesure le fait que nous avons une migration provenant de marchés aux prix plus élevés », dit-elle, soulignant que cela est dû aux gains d’emploi à Calgary dans les professions bien rémunérées. « Le revenu médian est peut-être une chose, mais il y a aussi des salariés assez élevés dans la ville. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *