Opinion : La crise immobilière au-delà du logement : l’économie canadienne manque de terrains à usage industriel

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Quartier Port Lands de Toronto, le 25 juin 2019. La ville est confrontée à une deuxième crise du logement : une grave pénurie d’espaces adaptés à la croissance des industries manufacturières, logistiques et autres industries critiques.Andrew Lahodynskyj/La Presse Canadienne

Giles Gherson est président et chef de la direction du Toronto Region Board of Trade.

La région de Toronto est au bord de deux crises. Le premier est bien compris et visible. Nous sommes aux prises avec une population en croissance rapide et un nombre insuffisant de logements. La deuxième crise n’est pas aussi prononcée, mais elle n’en constitue pas moins une menace : Toronto est confrontée à une grave pénurie d’espaces adaptés à la croissance des entreprises, en particulier dans les secteurs manufacturier, logistique et autres secteurs critiques.

Rares sont ceux qui en parlent, et c’est un énorme problème. Plus tôt cette année, le gouvernement de l’Ontario a annoncé de nouvelles politiques pour lutter contre la crise du logement. Bien que les changements visent principalement à accroître l’offre de logements, certains affaiblissent considérablement la protection des terrains d’emploi essentiels. Le Toronto Region Board of Trade a récemment publié « Race for Space » rapport a identifié au moins 715 demandes de transformation en logements sur des terrains d’emploi de la région, soulignant la menace d’empiétement sur ces zones.

Le gouvernement provincial a investi massivement dans la réindustrialisation de l’Ontario après des décennies de sous-investissement. Mais pour que cette politique réussisse, il faut que des terres soient mises à disposition.

Ce fait est reconnu depuis longtemps. En 2019, le gouvernement a introduit 31 « zones d’emploi d’importance provinciale » (PSEZ) pour limiter la pression croissante des conversions. Les terrains d’emploi sont des zones protégées au niveau provincial et municipal et zonées à des fins industrielles, commerciales, institutionnelles et de bureaux.

De tels terrains ne permettent pas de logements précisément parce qu’ils ont été aménagés pour protéger des industries intensives telles que l’industrie manufacturière et la distribution. Ces terres sont un moteur clé de notre économie, soutenant plus de 1,5 million d’emplois dans la région.

Aujourd’hui, en affaiblissant la protection de ces terres, le récent changement réglementaire élimine effectivement les PSEZ.

L’impact de cela ne peut être surestimé. Les entreprises du secteur de la production et de la distribution de biens ont besoin de vastes étendues de terrain à proximité des marchés, des talents et des transports. La porte économique de l’Ouest de la région du Grand Toronto, une zone géographique centrée sur l’aéroport international Pearson de Toronto, contient la plus grande ZESP de la région. Elle abrite une partie importante des secteurs de la logistique, du transport et de la fabrication de l’Ontario.

Le changement réglementaire de l’Ontario ne fera qu’exacerber une situation déjà mauvaise. De nombreuses entreprises de cette région ont partagé leurs difficultés à se développer et à investir car le prix des terrains industriels disponibles continue de monter en flèche. Ce n’est pas une surprise : la rareté fait monter les prix. Cela pousse également les entreprises vers d’autres pays, notamment aux États-Unis, emportant avec elles nos emplois bien rémunérés et nuisant à la compétitivité de notre région.

Nous devons protéger nos terrains d’emploi et, pour ce faire, il est impératif que nous veillions d’abord à ce que les protections politiques et réglementaires nécessaires soient en place. Celles-ci pourraient inclure des mesures telles que la formalisation de zones tampons et de zones de transition pour tous les terrains d’emploi, qui protègent les quartiers résidentiels.

Deuxièmement, un inventaire régional des terrains d’emploi pourrait être créé comme base d’une stratégie globale d’emploi et de terrains industriels. En outre, un processus décisionnel holistique devrait être mis en œuvre, en s’appuyant sur l’examen municipal complet existant, pour analyser rigoureusement l’impact économique cumulatif des propositions de conversion et identifier les endroits où les logements peuvent être stratégiquement situés sur les terrains d’emploi.

La bonne chose à faire n’est pas toujours la chose facile à faire. Même s’il est encourageant de voir le gouvernement agir pour remédier à la crise du logement, nous ne devons pas oublier les besoins pressants des entreprises et le rôle que jouent le secteur manufacturier et la distribution dans notre économie.

Nous devons trouver le juste équilibre entre l’offre de logements et les terrains pour l’industrie, pour le bien-être de nos communautés et la santé de notre économie, car si les terres disparaissent, les emplois disparaîtront également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *