Donald Brashear, ancien joueur de la LNH, joue toujours au hockey à 52 ans – et le fait à sa manière

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Donald Brashear des Rangers de New York, à droite, combat Eric Boulton des Thrashers d’Atlanta lors d’un match à New York, le 12 novembre 2009.Frank Franklin II/Associated Press

Donald Brashear s’est battu dans la LNH parce que c’était son travail, et non pas parce qu’il voulait laisser tomber les gants – ce qu’il a fait plus que tous les autres joueurs de la ligue, sauf sept.

« Le combat n’a jamais été la chose la plus importante de ma vie », a déclaré Brashear. « Mais je l’ai quand même fait et j’ai trouvé un rôle là-dedans. »

Brashear a choisi le combat qui a déclenché la bagarre de 2004 entre les Flyers de Philadelphie et les Sénateurs d’Ottawa, qui détient toujours le record de la LNH pour le plus grand nombre de minutes de pénalité dans un match (419). Une génération plus tard, Brashear joue toujours au hockey à 52 ans et le fait à sa manière en raison d’un amour du jeu qui va au-delà des coups de poing pour lesquels il était autrefois célèbre.

«Beaucoup de gens me le demandent, mais j’adore ça», a déclaré Brashear le mois dernier avant un match des anciens des Flyers à Philadelphie. « Le hockey était vraiment ma passion dès mon plus jeune âge, et c’est toujours ma passion. J’en suis toujours autant passionné. Je jouerai jusqu’à ce que je ne puisse plus, tu sais ? Mais j’ai aussi beaucoup de plaisir à y jouer, parce que je peux jouer comme je le veux.

Brashear a combattu 277 fois au cours de sa carrière de plus de 1 000 matchs avec Philadelphie, Montréal, Vancouver, Washington et les Rangers de New York de 1993 à 2010. Il faisait partie d’une époque où les exécuteurs étaient prisés par les équipes.

« Les gars se battaient pour se présenter et faire connaître leur présence », a déclaré l’ancien défenseur Steve Oleksy. « Trevor Gillies, Tom Sestito, Brashear, Chris Simon – vous saviez que vous ne pouviez rien faire d’anormal, sinon il y aurait des conséquences. »

Les 2 634 minutes de pénalité de Brashear le classent au 15e rang de tous les temps, et il était fier de défendre ses coéquipiers afin d’ouvrir la voie aux victoires.

«Pour moi, même lorsque je jouais, le but du hockey était l’équipe qui marque plus de buts que l’autre qui gagne le match», a déclaré Brashear, qui en a marqué 88 au cours de sa longue carrière dans la LNH. « (Se battre) aide parfois à gagner le respect. Cela ne vous oblige pas à marquer des buts ou à faire des passes ou des trucs comme ça.

Brashear en 2011, à 39 ans, s’est même essayé aux arts martiaux mixtes au Ringside MMA au Colisée de Québec, combattant Mathieu Bergeron et l’assommant en 21 secondes.

Des années plus récentes l’ont ramené au hockey, jouant dans la Ligue Nord-Américaine de Hockey et la Ligue de hockey senior Senior Lac au Fleuve dans sa province canadienne natale du Québec. Il se bat toujours, mais ce qui le maintient au hockey, c’est la chance de manipuler la rondelle, de tirer et d’essayer de marquer plus que ce qui lui a été permis plus tôt dans sa vie.

« À l’époque, quand vous jouiez, ils nous donnaient des rôles et quand vous dépassiez la ligne rouge, je devais le jeter », a déclaré Brashear. « J’aime jouer au jeu maintenant pour essayer d’être le joueur que je voulais être. »

Des décennies d’expérience ont-elles contribué à faire de lui un meilleur joueur ?

« Meilleur joueur mais un peu plus lent », a-t-il déclaré. « Mais je peux toujours jouer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *