Elaine Chuli rend hommage à Montréal avec un masque de gardien de but de la PWHL sur le thème de Ken Dryden

Elaine Chuli n’a jamais vu Ken Dryden jouer.

Le joueur de 29 ans peut encore apprécier les exploits du gardien du Temple de la renommée devant le filet des Canadiens de Montréal.

Et ce, malgré le fait qu’il ait grandi en tant que fan des Maple Leafs de Toronto.

Gardienne suppléante de l’équipe de la Ligue professionnelle de hockey féminin de Montréal, Chuli rend hommage à Dryden – et à son compatriote Carey Price – avec son nouveau masque arrivé cette semaine.

Chuli, qui a grandi en idolâtrant le gardien des Leafs Curtis Joseph, a dû faire preuve de créativité sur le design avec peu de choses à tirer dans les premiers stades de la PWHL.

«J’y suis allé avec une sorte de thème de Ken Dryden», a déclaré vendredi le natif de Waterford, en Ontario, à l’Auditorium de Verdun. «Nous n’avions pas de logo ni de nom d’équipe, généralement c’était en quelque sorte ce sur quoi votre masque serait basé.

«Je me suis dit: ‘Parfait.’ (Dryden) a joué à Montréal, alors j’ai pensé que ce serait une bonne idée.

Le masque, conçu par Mask Wraps, une entreprise basée à Mississauga, en Ontario, est entouré de cercles bleus et rouges – un peu comme la cage que portait Dryden pendant la dynastie des Canadiens dans les années 1970.

Il comporte également des photos de Dryden et Price de chaque côté, les logos de la PWHL, son nom et les vieux bâtiments de Montréal imprimés au dos ainsi que son verset biblique préféré.

La finition mate contribue à accentuer le look rétro.

Chuli a porté le numéro 29 de Dryden tout au long de sa carrière, qui comprend des arrêts avec l’Université du Connecticut de la NCAA et les Six de Toronto de la Premier Hockey Federation.

Elle est passée au 20e rang cette saison parce que la joueuse vedette Marie-Philip Poulin en porte le 29.

Poulin doit peut-être un repas ou deux à Chuli, et pas seulement à cause du nombre.

Chuli a effectué 45 arrêts pour mener Montréal à une victoire de 2-1 contre le Minnesota mercredi et remporter sa deuxième victoire réglementaire en deux départs cette saison.

« Incroyable », a déclaré Poulin à propos de Chuli. « Vu sa façon de jouer, elle s’est mise sur la tête pour nous. C’est incroyable à voir.

Montréal (3-1-2-1) entame le match de samedi contre Ottawa (2-0-2-1) à la Place Bell avec 13 points en tête de la ligue après la victoire de mercredi.

Chuli a un meilleur pourcentage d’arrêts de ,962 dans la PWHL, la partante Ann-Renée Desbiens – la gardienne numéro un du Canada – a un ,915 en cinq départs et la troisième gardienne Marlene Boissonnault n’a pas joué. L’entraîneur-chef Kori Cheverie n’a pas précisé qui obtiendrait le feu vert samedi.

Peu importe qui est devant le filet, Poulin croit que les gardiens de Montréal sont la principale raison pour laquelle l’équipe est au sommet.

«Je ne vais pas mentir, je pense que ce sont nos gardiens (qui nous séparent du reste de la ligue)», a déclaré Poulin. « Ils nous ont gardés dans des matchs où nous n’avions pas nécessairement bien joué devant eux, donc c’est une grande partie pour nous. »

« Nous disons depuis le tout début que nous savions que nous étions solides à ce poste », a ajouté Cheverie.

La PWHL Montréal a déclaré avoir vendu plus de 7 000 billets pour le match de samedi à Laval, au Québec, vendredi matin.

Chuli, qui n’a joué que sur la route jusqu’à présent, a hâte de vivre un match devant le public montréalais.

« J’adorerais jouer à la maison », a-t-elle déclaré. « Nous prenons la route et vous entrez dans ces arènes, et oui, ce n’est certainement pas la même ambiance qu’ici. »

Les malheurs du jeu de puissance

Montréal a passé une grande partie de l’entraînement de vendredi à travailler sur le pire avantage numérique de la ligue, soit 1 sur 20 cette saison.

Poulin dit que cela doit changer, car ils ne peuvent pas continuer à dépendre des gardiens pour les renflouer.

«Nous devons marquer», a déclaré Poulin. « Cela représente beaucoup de tirs pour nos gardiens, et nous avons un sentiment de responsabilité en tant qu’attaquants de créer plus d’offensive, de profiter des jeux de puissance et d’être meilleurs pour aider nos gardiens. »

À la poursuite du record

Le Minnesota a établi le record du plus grand nombre de personnes assistant à un match de hockey professionnel féminin lorsque 13 316 personnes se sont présentées le 6 janvier au Xcel Energy Center.

La PWHL a annoncé jeudi que son match du 16 février entre Toronto et Montréal aurait lieu au Scotiabank Arena, qui compte 19 000 places.

Poulin dit que c’est « incroyable » d’avoir l’opportunité de jouer dans une arène de cette taille et espère que Montréal pourra un jour accueillir un match au Centre Bell de 21 000 places – domicile des Canadiens.

« C’est définitivement un objectif pour nous d’amener un match au Centre Bell », a-t-elle déclaré. « Nous verrons comment ça se passe. »

Montréal disputera un match à domicile dans un lieu qui sera annoncé le 16 mars contre Toronto.

Poulin toujours avec les Canadiens

Poulin, tout en étant l’un des meilleurs joueurs de hockey actifs au monde, travaille également comme entraîneur de développement des joueurs pour les Canadiens de la LNH.

C’est un rôle qu’elle dit qu’elle continuera à jouer, quand elle le pourra, tout en se concentrant sur la nouvelle ligue professionnelle féminine.

«(Les Canadiens) comprennent où j’en suis, ils savent où nous en sommes», a déclaré Poulin, 32 ans. « J’ai encore quelques années en moi donc ils comprennent ça. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *