La Hockey Diversity Alliance travaille à rendre le sport plus accessible et inclusif

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Wayne Simmonds prend une pause en disputant son 1000e match dans la LNH contre les Canucks de Vancouver au Scotiabank Arena de Toronto, le 5 mars 2022.Claus Andersen/Getty Images

La première fois qu’Akim Aliu a patiné, c’était à Toronto, au parc Trinity Bellwoods. Il avait sept ans et avait immigré d’Ukraine au Canada avec sa famille. Son père venait du Nigeria, sa mère de Kiev.

Les Alius se sont installés à Parkdale, un quartier ethniquement mixte à l’ouest du centre-ville. La première paire de patins qu’il portait a été achetée lors d’un vide-grenier.

Akim a ensuite joué dans la LNH et a créé en juin 2020 la Hockey Diversity Alliance pour résoudre les problèmes raciaux dans le sport et contribuer à rendre le jeu plus accessible et inclusif.

Le 3 février – c’est le samedi des étoiles – l’organisation organisera un événement gratuit débutant à 10 h au parc Trinity Bellwoods. Plus de 700 jeunes issus de communautés mal desservies qui ont reçu un soutien grâce à l’alliance joueront au hockey et participeront à une compétition d’habiletés lors du premier WinterFest de la HDA.

« C’est une période vraiment excitante pour notre organisation », a déclaré Aliu. « Nous essayons vraiment de mettre en valeur une grande partie du travail et des réalisations que nous avons accomplis depuis notre création. Les gens ne savent pas vraiment ce que nous faisons dans les coulisses pour réellement transformer et changer le hockey.

« Nous ne nous contentons pas de parler de problèmes et de faire des allocutions. En fait, nous avons des troupes sur le terrain.

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Akim Aliu salue alors qu’il est nommé la première étoile à son deuxième match dans la LNH après avoir marqué deux buts alors qu’il jouait pour les Flames de Calgary au Scotiabank Saddledome à Calgary, le 7 avril 2012.Mike Ridewood/Getty Images

Plus de 800 jeunes jouent au hockey gratuitement grâce à la HDA. L’équipement, le temps de glace, l’entraînement, le transport et les repas sont tous fournis.

« Ce n’est pas un programme de quelques jours, c’est 26 semaines, pour des enfants qui n’auraient jamais pu jouer autrement », a déclaré Aliu. « Nous voyons des enfants passer de l’incapacité de se tenir debout sur des patins à la capacité de voler environ six mois plus tard. C’est vraiment beau à voir.

Durant le WinterFest, Aliu et d’autres membres fondateurs de l’alliance, tous des joueurs de couleur actuels et anciens de la LNH, participeront à un match de hockey des célébrités. Parmi les autres invités joueurs de hockey figurent l’ancien porteur de ballon de la NFL Marshawn Lynch, l’homme d’affaires et entrepreneur Wes Hall et Luke Wilson, un ailier rapproché né au Canada qui a remporté le Super Bowl en 2014 avec les Seahawks de Seattle.

La HDA s’efforce d’élargir son attractivité.

« Le principe de tout cela est de nous exposer à des gens qui ne sont vraiment pas considérés comme des fans de hockey traditionnels », a déclaré Aliu. « Nous pensons que nous pouvons rassembler des gens de différents espaces et développer le jeu de manière vraiment significative.

« Nous avons été considérés comme une organisation conflictuelle et nous pensons que c’est injuste. Il y a une différence entre la vérité et la confrontation et bien souvent, les gens qui n’entendent pas ce qu’ils veulent entendre – l’establishment archaïque des vieux garçons qu’est le hockey – vous considèrent simplement comme difficile.

Au début, l’alliance a pris la LNH comme partenaire, mais s’est ensuite séparée de la ligue par frustration face à ce qu’elle considérait comme de l’inaction.

Le groupe original de fondateurs comprenait Wayne Simmonds, qui a joué plusieurs saisons pour les Maple Leafs et qui aime maintenant être père au foyer avec des filles de 4 et 2 ans et un fils de deux mois. Il a grandi dans une famille pas très aisée dans la banlieue de Toronto.

« Lorsque vous allez dans les communautés que nous visitons, il n’y a pas beaucoup de gens qui regardent ou jouent au hockey », a déclaré Simmonds, qui a disputé 1 090 matchs dans la LNH. « Nous faisons le gros du travail pour eux. Je suis tombé amoureux du hockey quand j’avais trois ans et j’espère que certains d’entre eux feront de même.

« Il est vraiment important pour ces jeunes enfants de voir quelqu’un qui leur ressemble et qui défendra leurs intérêts. Tout le monde dans nos groupes sait à quoi cela ressemble d’être négligé ou de ne jamais être regardé du tout.

Encore un concours.

« C’est triste d’une certaine manière, car le très petit nombre d’entre nous, joueurs de couleur qui ont joué dans la Ligue nationale de hockey, ont ironiquement vécu les mêmes problèmes : ne pas avoir les moyens de jouer au jeu ; grandir dans des communautés qui n’avaient vraiment pas grand-chose ; et puis, arriver dans la LNH et se sentir comme un étranger, devoir faire face à des problèmes raciaux et ne jamais vraiment avoir le sentiment de faire partie de cette équipe.

« Ces éléments combinés sont l’inspiration de tout ce que nous faisons. Nous voulons améliorer le parcours de la prochaine génération, mais je pense aussi que ce faisant, nous pouvons améliorer le jeu si nous pouvons introduire plus d’enfants issus d’horizons divers dans le jeu et augmenter le vivier de talents. En fin de compte, cela fait du hockey un meilleur endroit, tant sur le plan culturel que sur la glace.

Aliu est fier de la HDA et de l’influence qu’elle a eue.

« Je crois sincèrement que nous avons transformé des vies », a-t-il déclaré. « Nous avons des parents qui viennent vers nous et nous remercient d’avoir sorti leurs enfants de la rue. C’est ce que j’ai vécu et ce que d’autres membres de la HDA ont vécu. On ne sait jamais où un programme comme celui-ci peut les mener. C’est un vecteur de réussite. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *