La surfeuse adolescente Erin Brooks a officiellement prêté serment en tant que citoyenne canadienne

La surfeuse adolescente Erin Brooks a obtenu sa citoyenneté canadienne mardi, lui permettant ainsi de tenter de porter la feuille d’érable aux Jeux olympiques de Paris.

La cérémonie de citoyenneté s’est déroulée virtuellement, avec Brooks souriante levant la main droite tout en tenant une Bible avec sa gauche devant un ordinateur portable.

« Merci beaucoup, Erin. C’était formidable », a déclaré Ryan Mill, responsable d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada à l’autre bout du lien virtuel. « Et maintenant, je suis très fier d’annoncer que vous êtes officiellement citoyen canadien. Toutes nos félicitations. »

« Merci beaucoup », a déclaré Brooks rayonnant.

Brooks s’entraîne à Hawaï et se trouvait sur la côte nord d’Oahu pour sa prestation de serment mardi matin.

Brooks, 16 ans, est née au Texas et a grandi à Hawaï, mais a des liens canadiens grâce à son père d’origine américaine Jeff, qui a la double nationalité américaine et canadienne, et à son grand-père qui est né et a grandi à Montréal.

«C’est une journée tellement importante pour moi et ma famille et surtout pour ma famille à Montréal», a déclaré Brooks. «Je surfe pour mon pays depuis quatre ans et maintenant, être citoyen et avoir la chance de concourir pour l’équipe canadienne à Paris 2024 est mon plus grand objectif.»

La dernière opportunité de se qualifier pour les Jeux olympiques se présentera aux Championnats du monde ISA à Porto Rico en février.

La demande de citoyenneté de Brooks a été initialement rejetée. Mais le ministre de l’Immigration, Marc Miller, a changé d’avis après une décision rendue en décembre par la Cour supérieure de justice de l’Ontario selon laquelle il est inconstitutionnel pour le Canada de refuser automatiquement la citoyenneté aux enfants de Canadiens nés à l’étranger et qui ont grandi à l’étranger.

La famille Brooks a ensuite déposé à nouveau sa demande sous un statut de difficulté, sur la base de la recommandation du ministère de l’Immigration, afin d’accélérer le processus.

«C’est un jour fier et spécial pour le Canada, la famille Brooks, ainsi que pour les surfeurs et les amateurs de surf canadiens, d’un océan à l’autre», a déclaré Dom Domic, directeur général de Surf Canada.

Brooks est considéré comme un espoir de médaille olympique en raison des conditions difficiles du baril gauche à Teahupo’o à Tahiti, où se déroule l’épreuve olympique de surf.

Elle a remporté une médaille d’argent aux Jeux mondiaux de surf ISA au Salvador en juin et une médaille d’or aux Championnats du monde juniors ISA en juin 2022.

Les lois canadiennes sur la citoyenneté sont complexes, avec des modifications modifiant les règles en 2009 et 2015. Mais essentiellement, le projet de loi C-37 de 2009 a mis fin à l’extension de la citoyenneté aux deuxièmes générations nées à l’étranger.

Dans une lettre d’octobre expliquant sa décision de ne pas accorder « l’octroi discrétionnaire de la citoyenneté », Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada affirme que Brooks ne satisfaisait pas aux exigences.

C’était le dernier d’une série de revers pour la famille Brooks.

Leur maison à Lahaina, à Maui, a brûlé lors des récents incendies de forêt et la mère de Brooks lutte contre le cancer. La famille habite désormais à Tofino, en Colombie-Britannique, lorsqu’elle n’est pas sur la route neuf à dix mois par année avec sa fille.

Le Comité olympique canadien a également soutenu la candidature de Brooks à la citoyenneté, le PDG David Shoemaker affirmant que l’adolescente avait démontré « son engagement sincère à concourir pour le Canada et à être Canadienne ».

En mars 2022, Surfing Canada et le Comité olympique canadien ont demandé à l’Association internationale de surf (ISA) de permettre à Brooks de concourir pour le Canada, car sa demande de citoyenneté avait été déposée, mais non complétée.

L’ISA a accédé à la demande mais a changé d’avis en juin dernier, affirmant que « cette décision a été prise de manière incorrecte et non conforme aux règles applicables de l’ISA ».

L’ISA a suspendu l’éligibilité de Brooks à concourir pour le Canada, affirmant qu’elle réévaluerait la décision si « une preuve de citoyenneté avec un document vérifié du gouvernement canadien » était fournie.

Cela a empêché Brooks de participer aux Jeux panaméricains et aux Championnats du monde ISA. Elle a continué à participer aux séries de qualification de la World Surf League.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *