L’ancien attaquant des Sénateurs Radek Bonk est optimiste quant à son ancienne équipe : « Ils ont un bel avenir »

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des joueurs des Sénateurs d’Ottawa sur le banc lors d’un match contre les Maple Leafs de Toronto, au Scotiabank Arena, à Toronto, le 27 décembre.Nick Turchiaro/Reuters

Radek Bonk a vécu des débuts sombres avec les Sénateurs d’Ottawa.

La franchise a finalement compris les choses. Après une période de troubles plus récente, il entrevoit à nouveau des jours meilleurs.

Bonk, qui habite dans la capitale nationale et surveille de près son ancienne équipe, comprend la frustration des fans ressentie sous le défunt propriétaire Eugene Melnyk, mais il est encouragé depuis qu’un groupe dirigé par Michael Andlauer a acheté la franchise.

Entre-temps, un début de campagne difficile pour 2023-2024 a conduit au congédiement de DJ Smith et au retour derrière le banc de Jacques Martin, qui a entraîné Bonk à Ottawa de 1996 à 2004.

«Ils ont un bel avenir», a déclaré Bonk lors du Championnat du monde de hockey junior où il regarde son fils Oliver jouer pour le Canada. « Cela a été quatre, cinq, six années difficiles et les gens deviennent un peu impatients. Le changement d’entraîneur fera du bien.

« Nouvelle voix, un peu plus de structure. »

Bonk a inscrit 194 buts et 497 points en 969 matchs dans la LNH en 14 saisons après avoir été sélectionné troisième au total au repêchage de 1994 par les Sénateurs. Il a marqué 12 fois et ajouté 15 passes décisives en 73 matchs éliminatoires.

Le joueur de 47 ans s’attend à ce que Martin pointe Ottawa dans la bonne direction – tout comme lors de sa première remise des gaz.

« L’équipe (la plus merdique) de la ligue, puis Jacques est arrivé », a déclaré Bonk, qui a également joué pour les Canadiens de Montréal, les Predators de Nashville et cinq autres années en République tchèque avant de prendre sa retraite en 2014. « Il nous a donné une direction. Cela nous a montré : « Hé, vous voulez gagner, c’est comme ça que vous devez jouer. » Nous sommes devenus l’une des meilleures équipes de la ligue.

Bonk a ajouté qu’il n’y avait aucun doute sur la situation de Martin. Il devrait en être de même pour le noyau actuel des Sénateurs, qui comprend Brady Tkachuk, Tim Stutzle, Josh Norris et Thomas Chabot.

« Vous tient responsable », a-t-il déclaré. « Il sera bon pour les plus jeunes. S’ils achètent ses produits, ils seront meilleurs.

L’ancien centre s’est souvenu des équipes des Sénateurs qui n’ont jamais réussi à surmonter l’obstacle – y compris lors de la finale de l’Association de l’Est en 2003 contre les Devils du New Jersey.

Ottawa était mené 3-1 dans cette série, mais a remporté deux victoires consécutives pour forcer le match 7 à domicile. Bonk a égalisé 2-2 en troisième période lorsqu’il a décoché un tir frappé devant Martin Brodeur avant que Jeff Friesen ne brise le cœur des Sénateurs avec un peu plus de deux minutes à jouer en temps réglementaire.

Les Devils ont battu les Mighty Ducks d’Anaheim pour remporter leur troisième Coupe Stanley.

« C’était difficile », a déclaré Bonk. « Si vous me l’aviez demandé avant le match, j’aurais parié tout ce que j’avais que nous allions gagner. Je me souviens de ce but égalisateur. Puis, avant de marquer, (l’ailier des Sénateurs Marian Hossa) a eu deux ou trois occasions. C’est le gars que tu veux. Nous étions la meilleure équipe en troisième période. Ils ont eu cette seule ruée.

« C’était ma chance de remporter la Coupe Stanley. »

Bonk, qui n’a jamais joué au Mondial junior, a également parlé de son passage avec le Thunder de Las Vegas de la Ligue internationale de hockey avant de se joindre aux Sénateurs – y compris ses 208 minutes de pénalité en 1993-94.

« Beaucoup d’inconduites de 10 minutes », a-t-il déclaré en riant. « Je ne parlais pas beaucoup anglais. Je criais toujours contre les arbitres, mais tout ce que je connaissais, c’était les gros mots. Vous pouvez imaginer qu’ils n’aimaient pas qu’un jeune de 17 ans parle ainsi.

La légende des Sénateurs Daniel Alfredsson est de retour parmi les adjoints de Martin, tandis que son ancien coéquipier Wade Redden a rejoint l’organisation à titre de développement, mais Bonk est heureux d’entraîner le hockey mineur.

«J’ai trois autres enfants», dit-il. « J’ai pris ma retraite du hockey professionnel parce que je n’ai jamais été là. Il me manquait beaucoup de choses.

Bonk, cependant, continuera de garder un œil sur son premier – et le plus mémorable – arrêt dans la LNH.

« Ils ont des joueurs d’élite », a-t-il déclaré. « Ils seront bons. Je suis toujours un grand fan des Sénateurs. Toujours mon équipe n°1.

« Je les encouragerai toujours. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *