Le capitaine des Maple Leafs, John Tavares, dans un différend fiscal de 8 millions de dollars avec l’ARC

Le capitaine des Maple Leafs de Toronto, John Tavares, poursuit l’Agence du revenu du Canada en justice dans le cadre d’un litige fiscal de plus de 8 millions de dollars.

Des documents judiciaires montrent que Tavares a interjeté appel la semaine dernière par l’intermédiaire de ses avocats devant la Cour canadienne de l’impôt, cherchant à faire annuler la réévaluation par l’ARC de sa déclaration de revenus de 2018.

L’ARC, selon l’appel, a déterminé que les revenus de Tavares en 2018 étaient de 17,8 millions de dollars supérieurs à ceux déclarés et a ordonné au joueur de payer 6,8 millions de dollars d’impôts – plus de 38 pour cent – ​​plus 1,2 millions de dollars d’intérêts.

Tavares, un joueur de 33 ans originaire de Mississauga, en Ontario, a signé un contrat de sept ans d’une valeur de 77 millions de dollars américains pour se joindre aux Maple Leafs de sa ville natale le 1er juillet 2018. Il a déjà joué pour les Islanders de New York de 2009 à 2018.

La somme de 17,8 millions de dollars représente une prime à la signature de 15,25 millions de dollars américains au cours de la première année du contrat, qui « faisait partie intégrante de la décision de Tavares » d’accepter l’accord, indique l’appel. Il ajoute que le joueur a rejeté les offres plus élevées d’autres équipes, y compris un contrat de 91 millions de dollars sur sept ans des Sharks de San Jose.

Tavares a également envisagé de jouer pour les Islanders, les Bruins de Boston, les Stars de Dallas et le Lightning de Tampa Bay avant de signer à Toronto, indique-t-on.

Le document judiciaire indique que la prime à la signature de Tavares « était une incitation à signer un accord relatif à la performance d’un athlète » et ne devrait pas être considérée comme un salaire.

« La prime à la signature était une contrepartie pour l’engagement de Tavares – un joueur autonome sans restriction aux compétences uniques et recherché – pour un contrat de sept ans avec les Maple Leafs de Toronto », indique-t-il.

L’appel soutient que Tavares était admissible au taux réduit de 15 pour cent en vertu d’une disposition de la convention fiscale canado-américaine qui fixe des taux plus bas pour les incitatifs versés aux artistes, musiciens, acteurs et athlètes.

L’appel indique également que le bonus s’élevant à 11,4 millions de dollars après déductions a été déposé sur le compte bancaire de Tavares à New York et indique que Tavares a passé 45 jours au Canada du 13 septembre au 31 décembre 2018.

L’appel indique qu’en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu, « les primes de signature ne sont incluses dans le revenu que dans la mesure où elles peuvent raisonnablement être considérées comme étant attribuables à des services rendus au Canada ».

Au total, l’accord de Tavares comprend 70,89 millions de dollars américains en prime de signature et 6,11 millions de dollars américains en salaire de base. L’appel indique que l’argent des primes diffère du salaire car il est payable indépendamment du fait qu’il joue, soit échangé, envoyé aux mineurs ou blessé, ou qu’il y ait un conflit de travail.

Cette affirmation n’a pas été testée devant les tribunaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *