Le champion Sean Strickland et le challenger Dricus Du Plessis prennent du poids avant l’UFC 297

Le champion des poids moyens de l’UFC Sean (Tarzan) Strickland et le challenger sud-africain Dricus (Stillknocks) Du Plessis ont tous deux pris du poids vendredi avant leur affrontement à l’UFC 297 samedi.

Les combattants disposaient d’une fenêtre de 9 h à 11 h HE pour prendre du poids dans une salle de réunion de leur hôtel du centre-ville.

Du Plessis avait l’air de vouloir un morceau de Strickland lors de la pesée cérémonielle, devant les partisans plus tard dans la journée au Scotiabank Arena, lorsque le champion a pris son temps pour s’approcher pour la traditionnelle mise au jeu.

Le Sud-Africain a été retenu alors qu’il tentait de se rapprocher de Strickland. Lorsque les deux combattants se sont rapprochés, le président de l’UFC, Dana White, et deux hommes de sécurité ont veillé à ce que rien ne se passe.

Dans une brève interview qui a suivi, Du Plessis a fait référence à la demande de Strickland jeudi de se battre « jusqu’à la mort ».

« Comme on dit, faites attention à ce que vous souhaitez », a déclaré Du Plessis. « Il a demandé la mort. Votre souhait a été exaucé, mon ami.

Un Strickland détendu est monté sur scène sous les acclamations, sans même prendre la peine de monter sur la balance.

«Je suis juste surpris qu’au Canada, ils me laissent avoir un microphone. Mais bon, pour vous les gars. À la guerre. Pour vous les gars. Allons-y, Canada », a déclaré le champion en lançant trois bombes F. « 

La pesée plus tôt donne aux combattants plus de temps pour se réhydrater – et manger.

Presque tous seront nettement plus gros lorsqu’ils entreront dans la cage samedi soir. Le poids coq canadien Serhiy Sidey, par exemple, dit qu’il essaie normalement de ne pas dépasser 158 livres en dehors des combats. Il pesait 135 vendredi.

Strickland (28-5-0), basé à Las Vegas, a été le premier à monter sur la balance à 9 h 01, pesant 184,75 livres – un quart de livre en dessous de la limite du titre des poids moyens.

Le ciselé Du Plessis (20-2-0) est arrivé quatre minutes et six combattants plus tard, faisant pencher la balance à 184 avant d’exhiber son six-pack avec le sourire.

Pour ceux qui se posent la question, Du Plessis a subi des tests antidopage 10 fois en 2023 tandis que Strickland en a subi huit, selon l’UFC. Du Plessis a reçu une veste personnalisée mercredi pour marquer son 50e test de dépistage de drogues propres en carrière avec la promotion.

Ironiquement, le surnom du Sud-Africain vient de Stilnox, un médicament utilisé « pour initier et maintenir le sommeil ».

Dix-neuf des 20 victoires de Du Plessis ont été obtenues par finish – neuf par KO/TKO et 10 par soumission. Le natif de Pretoria est classé deuxième parmi les prétendants des poids moyens derrière Israel (The Last Stylebender) Adesanya, que Strickland a détrôné à l’UFC 293 en septembre.

Un flot constant s’est succédé vers la balance avec 17 des 24 combattants ayant pris du poids à 9h13 et 20 à 9h22 devant les médias et les membres de leur entourage.

Deux combattants ont manqué de poids.

Le poids mouche canadien Malcom (X) Gordon, l’avant-dernier combattant à monter sur la balance, pesait 127,5 livres, 1,5 de plus que le titre non poids mouche.

L’Américain Ramon (The Savage) Taveras, adversaire de Sidey, a été le dernier à intervenir à 22h53. Il avait l’air désespéré alors que son poids était annoncé à 139,75 livres, 3,75 au-dessus de la limite des poids coq sans titre.

Gordon perdra 20 pour cent de sa bourse au profit de son adversaire américain Jimmy (The Brick) Flick tandis que Taveras devra donner à Sidey 30 pour cent de la sienne.

La carte de samedi, la première pour l’UFC à Toronto depuis l’UFC 231 en décembre 2018, représente une salle comble de 18 100, selon Dana White. Le président de l’UFC affirme que le montant attendu de 7,6 millions de dollars américains est le deuxième au Canada, derrière les 12,1 millions de dollars américains générés par l’UFC 129, qui a attiré 55 724 personnes au Centre Rogers en avril 2011.

Samedi marque le premier spectacle de l’UFC au Canada depuis l’UFC 289 en juin à Vancouver – et le 33e de la promotion au nord de la frontière dans 11 villes à partir d’avril 2008 avec l’UFC 83 à Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *