Le directeur général des Canadiens, Kent Hughes, dit que tout est possible avec l’UFA en attente Sean Monahan

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Sean Monahan des Canadiens de Montréal lors d’un match contre les Flyers de Philadelphie, à Philadelphie, le 10 janvier.Matt Slocum/Associated Press

Le directeur général des Canadiens de Montréal, Kent Hughes, a déclaré qu’il n’excluait rien en ce qui concerne l’agent libre sans compensation Sean Monahan.

Les Canadiens ont signé avec Monahan un contrat d’un an d’une valeur de 2 millions de dollars américains au cours de la dernière saison morte, ce qui en fait un candidat possible avant la date limite des échanges du 8 mars, alors que Montréal poursuit sa reconstruction pour une autre saison.

TSN a rapporté la semaine dernière que les Canadiens avaient convenu, lors de la signature du contrat, d’échanger le centre de 29 ans à un concurrent ou à une équipe de son choix avant la date limite des échanges du 8 mars.

Hughes, s’exprimant lundi matin lors d’une conférence de presse de mi-saison au Centre Bell, a déclaré que la situation avec Monahan était plus ouverte.

« (Monahan) arrive pour essayer de se réinitialiser après plusieurs saisons criblées de blessures », a expliqué Hughes en réponse au rapport. « Donc, la situation la plus ouverte avec Sean était : venez ici, jouez et voyons où nous en sommes lorsque nous arrivons à la date limite – et c’est toujours le cas. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il offrirait à Monahan un nouveau contrat avant la date limite, Hughes a répondu en disant : « Tout est possible. »

Monahan produit une solide saison avec 11 buts et 13 passes décisives tout en disputant les 42 matchs après que sa campagne 2022-23 ait été interrompue par une blessure à l’aine.

Les Canadiens ont huit points de retard sur la ligne de coupe des séries éliminatoires, sans victoire à leurs trois derniers matchs avant le match de lundi soir contre le Colorado, et sont sur le point d’être vendeurs à la date limite des échanges pour une troisième saison consécutive.

« Pour nous, c’est toujours le même plan », a-t-il déclaré. « Tout ce que nous allons faire sera d’améliorer notre équipe à l’avenir. »

Le système à trois gardiens reste en place, jusqu’à un échange

Le système inhabituel de trois gardiens de Montréal est là pour rester jusqu’à ce que les Canadiens puissent conclure un échange, selon Hughes.

Sam Montembeault, Jake Allen et Cayden Primeau se sont partagés la charge toute la saison jusqu’à présent, une rareté dans une LNH où avoir deux gardiens sur l’alignement principal est une coutume.

Montembeault, 27 ans, a signé une prolongation de trois ans le mois dernier et a remporté le plus d’action avec un pourcentage d’arrêts de ,909 en 19 départs.

Allen, 33 ans, affiche un pourcentage de ,900 en 14 départs avant le match de lundi, tandis que Primeau, 24 ans, affiche un pourcentage de ,905 en neuf sorties. Les deux gardiens sont signés jusqu’à la saison prochaine.

Hughes a déclaré que ses dirigeants avaient estimé pendant le camp d’entraînement que si les Canadiens plaçaient Primeau au ballottage, il serait réclamé par une autre équipe.

« S’il y avait un échange que nous pouvions conclure, nous le ferions », a-t-il déclaré. « Le plan n’était pas d’avoir trois gardiens pour toute la saison. Ce n’est toujours pas prévu, mais je ne peux pas vous dire à 100 pour cent aujourd’hui qu’il est certain que nous conclurons un échange.»

Des progrès, malgré les blessures

Sur la glace, Hughes aime ce qu’il voit compte tenu des blessures auxquelles son équipe d’entraîneurs a dû faire face.

Le centre de deuxième ligne Kirby Dach est absent pour la saison et l’acquisition hors saison Alex Newhook est au milieu d’une absence de trois mois en raison d’une forte entorse à la cheville, entre autres blessures.

Hughes a noté les améliorations dans le jeu à 5 contre 5 et les progrès de l’attaquant Juraj Slafkovsky et du défenseur Jayden Struble comme positifs.

« Nous constatons une progression », a-t-il déclaré. « Je dois admettre que je pense que les entraîneurs font un super travail compte tenu de tant de blessures. Nous n’avons pas assez de profondeur, nous le savons. Ce sont des choses que nous espérons obtenir, mais nous n’y sommes pas encore.

Malheurs offensifs

Là où les Canadiens ont de la profondeur, c’est en défense.

Mike Matheson, David Savard, Kaiden Guhle, Struble, Jordan Harris et Johnathan Kovacevic composent le groupe défensif de lundi. Le club compte également Justin Barron, en bonne santé, les joueurs actuels de la Ligue américaine de hockey Arber Xhekaj et Logan Mailloux, ainsi que les espoirs très vantés Lane Hutson et David Reinbacher.

Montréal compte 31 buts par les défenseurs cette saison, ce qui le classe au deuxième rang de la LNH. Les 81 buts de l’équipe par les attaquants sont l’avant-dernier.

Le capitaine Nick Suzuki mène l’équipe avec 35 points en 42 matchs. L’ailier Cole Caufield, qui a marqué 26 buts en 46 matchs la saison dernière, n’en a marqué que 12 sur 42.

Hughes pourrait-il chercher à échanger une partie de sa profondeur défensive contre de l’aide en attaque ?

« Là où nous avons l’occasion de rééquilibrer le grand livre, pour ainsi dire, nous les saisirons », a-t-il déclaré. « Est-ce que j’ai l’impression que nous avons un pistolet sur la tempe pour faire ça maintenant ? Non pas du tout.

« Cherchons-nous à ajouter de l’offensive à ce groupe ? Oui, cela ne fait aucun doute », a-t-il ajouté plus tard. « (Nous pourrions) soit utiliser les jeunes joueurs que nous avons – (là où) nous pensons qu’il y a juste un blocage à ce poste – ou des choix au repêchage.

« Nous avons 22 choix au cours des deux prochaines années – est-ce que je m’attends à ce que nous les utilisions tous ? Dans un monde parfait, non.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *