L’effort en troisième période mène le Canada contre les États-Unis dans une victoire dans la série Rivalry et égalise la série

Ouvrez cette photo dans la galerie :

La gardienne de but canadienne Emerance Maschmeyer et Erin Ambrose célèbrent après avoir battu les États-Unis dans la série Rivalry à Regina. Le Canada a gagné 3-0 le 9 février 2024.Liam Richards/La Presse Canadienne

Dans une situation incontournable, la gardienne Emerance Maschmeyer s’est illustrée vendredi, aidant le Canada à remporter une victoire de 3-0 contre les États-Unis lors du sixième match de la série Rivalry.

Maschmeyer, qui joue pour Ottawa dans la Ligue professionnelle de hockey féminin (PWHL), a réalisé 27 arrêts pour donner au Canada l’occasion de couronner une remarquable remontée dans la série lors du septième match, dimanche à St. Paul, Minnesota. Le Canada a perdu les trois premiers matchs de la série mais a rebondi avec trois victoires consécutives.

Les États-Unis ont dominé le Canada 20-11 au chapitre des tirs au but au cours des deux premières périodes, mais Maschmeyer a été à la hauteur.

« Elle a commencé à l’heure alors que peut-être le reste d’entre nous ne l’avait pas fait et elle nous a gardés dans le coup, elle a remporté cette victoire pour nous. C’est ma meilleure amie, donc je suis très heureuse pour elle et je viens célébrer avec elle », a déclaré l’attaquante canadienne Emily Clark, originaire de Saskatoon qui a marqué en troisième période avec Natalie Spooner et Sarah Nurse.

Maschmeyer a été nommée joueuse du match pour le Canada, mais sa performance n’a pas été une surprise pour ses coéquipières.

« Nous l’avons vue disputer d’énormes matchs, surtout maintenant, nous la voyons jouer beaucoup plus avec Ottawa, car elle a beaucoup plus de matchs à son actif et elle était en feu ce soir », a déclaré Spooner. « Elle a réalisé de gros arrêts pour nous et nous a maintenus là-bas, surtout en première période. Nous n’avons pas du tout joué comme nous le souhaitions et elle a réalisé de gros arrêts pour nous.

Maschmeyer a réalisé son meilleur travail en deuxième période lorsque le Canada a connu des problèmes de pénalités, infligeant trois mineures au cours du vingt. Lors du premier penalty, les États-Unis ont frappé Maschmeyer et elle a répondu avec quatre arrêts de qualité.

Il y a un adage selon lequel le gardien de but doit être le meilleur tueur de penalty d’une équipe et Maschmeyer en était un excellent exemple vendredi soir.

« Nous avons eu beaucoup de PK, ce que nous ne voulons pas avoir, mais en tant que gardien de but, ce sont des moments amusants qui méritent d’être marquants pour votre équipe. Ça fait du bien. Mon rôle est de réussir quand nous manquons d’un joueur. C’est mon rôle. J’apprécie PK. Je pense que c’est très amusant », a déclaré Maschmeyer.

Alors que la défenseure américaine Megan Keller se trouvait au banc des pénalités, Spooner a marqué le but vainqueur 58 secondes après le début de la troisième période. Alors que le Canada faisait irruption dans la zone américaine, Spooner a capté une passe croisée de Marie-Philip Poulin, s’est dirigé vers le filet et a déjoué le gardien Aerin Frankel d’un tir haut du côté du gant.

Poulin, le capitaine du Canada, a inscrit deux buts avec des passes incroyables, une à Spooner et une à Clark. Ses coéquipières apprécient le niveau de compétence de Poulin.

«Je l’ai vue, et j’ai vu qu’elle me voyait, mais j’ai vu deux bâtons sur le chemin et la façon dont elle l’a mis en sauce juste sur ces deux bâtons, c’était magnifique. C’est la meilleure joueuse du monde et elle peut sortir de nulle part et c’est un peu ce qu’elle a fait. Elle a récupéré la rondelle et a fait bouger les choses », a déclaré Spooner.

Clark a eu une excellente occasion d’augmenter l’avance du Canada sept minutes après le début de la période lorsque Poulin l’a lancée en échappée avec une fantastique passe transversale. Clark est entré par effraction sur l’aile gauche et a battu Frankel du côté du gant pour que le tir sonne au deuxième poteau.

Clark a pris le dessus sur Frankel quelques minutes plus tard grâce à un solide effort individuel pour donner une avance de 2-0 au Canada. Coupant vers le filet depuis les bandes de l’aile gauche, elle s’est frayé un chemin devant un défenseur américain avant de déposer un revers devant Frankel.

Nurse a scellé la victoire avec 4:25 à jouer en troisième période, captant une passe derrière le filet et glissant un tir rapide du poignet devant Frankel.

Le Canada a la chance dimanche de couronner une remontée impressionnante avec une quatrième victoire consécutive pour remporter la série. Après avoir trébuché avec trois défaites, le Canada a trouvé un rythme et même si l’équipe compte quelques nouveaux ajouts lors de la série Rivalry précédente, Clark est confiant à l’approche du match 7.

« Nous avons un groupe très spécial, du staff aux joueurs, et je pense que pouvoir s’appuyer sur l’expérience passée est énorme pour nous et notre confiance. Évidemment, les effectifs sont différents, mais il y a certainement un groupe de base et une expérience de base sur lesquels vous pouvez vous appuyer et simplement la conviction que ce groupe l’a déjà fait », a déclaré Clark.

Cette victoire améliore la fiche du Canada en Saskatchewan à 10-2 et 3-0 lors des matchs à Regina.

Avant le match de vendredi, les États-Unis ont remporté les trois premiers matchs de la série (3-1 le 8 novembre à Tempe, 5-2 le 11 novembre à Los Angeles et 3-2 en prolongation le 14 décembre à Kitchener. , Ont.) Le Canada a répondu avec des victoires lors des deux matchs suivants (3-2 en tirs de barrage le 16 décembre à Sarnia, Ont.; et 4-2 le 7 février à Saskatoon).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *