Les organisateurs des JO de Paris « surpris » par des informations faisant état d’une enquête sur la rémunération du président

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Les anneaux olympiques sont installés sur la place du Trocadéro qui surplombe la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre 2017.Michel Euler/Associated Press

Le comité d’organisation des JO de Paris s’est dit surpris que le salaire de son président fasse l’objet d’une enquête de la part du Parquet national financier.

Selon les médias français, citant mardi l’agence française AFP, l’enquête sur le salaire de Tony Estanguet a été confiée à la police de Paris la semaine dernière, moins de six mois avant l’ouverture des Jeux olympiques le 26 juillet.

Le parquet financier, contacté par Associated Press, a refusé de commenter. Les organisateurs parisiens ont déclaré qu’ils n’avaient pas été contactés par les enquêteurs et ne pouvaient pas confirmer qu’une enquête était en cours.

Le comité d’organisation des Jeux a fixé la rémunération d’Estanguet en 2018 à l’issue de son premier conseil d’administration. Il a alors été convenu que l’ancien triple champion olympique de canoë recevrait un salaire annuel de 270 000 € brut, avec d’éventuelles incitations supplémentaires basées sur des critères de performance qui ne dépasseraient pas 20 pour cent du salaire annuel.

Les organisateurs ont déclaré mardi aux journalistes que le salaire d’Estanguet – qui n’a pas augmenté depuis 2018 – n’était pas plafonné par la loi française.

« Nous souhaitons rappeler que la rémunération du président du comité d’organisation est soumise à un encadrement strict », ont indiqué mardi les organisateurs des Jeux dans un communiqué.

En tant que président, Estanguet n’a pas de statut de salarié au sein du comité d’organisation et facture ses prestations mensuellement.

Les organisateurs précisent que les revenus d’Estanguet ont été décidés de manière indépendante, selon l’avis d’un comité « composé d’experts indépendants dont le rôle est de s’assurer de la pertinence de notre politique de rémunération ».

Le comité d’organisation a indiqué que les modalités de paiement d’Estanguet ont été approuvées par le Contrôle général économique et financier, après consultation du principal organisme de collecte et de répartition des cotisations sociales.

« Toutes les factures liées à cette rémunération sont soumises à un audit annuel par l’unité d’audit interne indépendante du comité d’organisation ainsi qu’à une inspection par le comité de rémunération », ont indiqué les organisateurs des Jeux. « Ces mesures ne sont pas imposées par la loi mais correspondent à une démarche de transparence volontaire. Conformément à la démarche que nous avons toujours menée envers toutes les instances de contrôle, Paris 2024 est prêt à répondre aux questions concernant sa gestion.

L’enquête sur la rémunération d’Estanguet fait suite à d’autres enquêtes menées par le parquet financier visant le comité d’organisation des Jeux.

En octobre, les organisateurs ont déclaré que leur siège avait de nouveau reçu la visite des procureurs financiers français enquêtant sur des soupçons de favoritisme, de conflits d’intérêts et de détournement de fonds dans l’attribution de contrats.

Le siège a été perquisitionné pour la première fois en juin.

Les enquêteurs financiers se sont concentrés sur une vingtaine de contrats commerciaux parmi les centaines que les organisateurs olympiques ont signés alors qu’ils couraient pour préparer la capitale française à accueillir 10 500 athlètes et des millions de spectateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *