L’organisme de gymnastique accorde un statut neutre à 30 Biélorusses, mais le chemin vers les JO de Paris reste flou

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Le gymnaste biélorusse Ivan Litvinovich lors d’une cérémonie de remise des médailles après l’épreuve masculine de gymnastique sur trampoline aux Jeux olympiques de Tokyo, le 31 juillet 2021.Natacha Pisarenko/Associated Press

La Fédération internationale de gymnastique a accordé un statut neutre à 30 athlètes et officiels biélorusses, leur permettant de participer à des compétitions internationales, même si l’on ignore comment ils pourraient se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris.

Le seul médaillé d’or biélorusse aux Jeux olympiques de Tokyo, le gymnaste de trampoline Ivan Litvinovich, était l’un des 14 athlètes figurant sur la liste FIG des personnes bénéficiant du statut neutre.

Les Russes et les Biélorusses ont été bannis de la plupart des sports à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, soutenue par la Biélorussie. Mais le Comité international olympique a demandé l’année dernière aux instances dirigeantes du sport d’envisager de réintégrer des individus de Russie et de Biélorussie dans les compétitions en tant qu’athlètes neutres à l’approche des Jeux de Paris de cette année. Afin d’être éligibles au statut de neutralité, les athlètes et les officiels ne doivent pas avoir publiquement soutenu la guerre ni avoir de liens avec les agences militaires et de sécurité de l’État.

Cependant, l’instance dirigeante européenne de la gymnastique a décidé en décembre de maintenir l’interdiction des Russes et des Biélorusses de ses épreuves, au mépris d’une décision de la FIG conseillant qu’ils pourraient revenir cette année. Il est donc difficile de savoir si l’un des athlètes approuvés par la FIG lundi pourra participer aux épreuves de qualification olympique.

Parmi les athlètes figurent également la gymnaste rythmique Alina Harnasko, qui a remporté le bronze à Tokyo en 2021.

La liste de la FIG ne précise pas si des candidatures biélorusses ont été rejetées, ni pourquoi aucune candidature russe n’a encore été approuvée.

« Cette liste n’est pas définitive et sera continuellement mise à jour », a indiqué l’instance dirigeante. « La FIG ne fournira aucun détail sur les candidatures individuelles. »

Les Russes et les Biélorusses ont été exclus de deux éditions des Championnats du monde de gymnastique – qualifications clés pour Paris – depuis le début de la guerre en février 2022, et l’exclusion des Championnats d’Europe 2024 leur enlève l’une des rares options qui leur restent.

Certaines épreuves de qualification olympique de la série de Coupes du monde de gymnastique devraient également se dérouler en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *