Mike Weir impressionné par le talent de golfeur de Nicklaus et la sagesse de Yoda

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Mike WeirIllustration photographique Le Globe and Mail. Photo source Andrew Redington/Getty Images/Getty Images

Mike Weir a terminé 2023 sur une bonne note. Le 19 novembre, il a épousé sa compagne de longue date Michelle Money lors d’une cérémonie familiale privée à Hawaï, au bord de l’océan Pacifique.

Le plus grand golfeur masculin que le Canada ait produit a rencontré sa future épouse, une ancienne compétitrice du Le célibataireen 2016 et proposé en janvier dernier lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande.

Seul Canadien à avoir remporté le Masters, Weir a accepté la veste verte au Augusta National en 2003 des mains du vainqueur de l’année précédente, Tiger Woods. La même année, il termine troisième à l’US Open et atteint la troisième place du classement mondial.

Weir a remporté huit tournois sur le circuit de la PGA et demeure le seul Canadien à remporter un événement majeur. Il a grandi près de Sarnia, en Ontario, et maintenant, l’homme de 53 ans participe au PGA Champions Tour. Il a terminé 34e au classement de la saison des joueurs seniors l’année dernière et compte une victoire et six secondes depuis qu’il a rejoint ce circuit en mai 2020.

En septembre prochain, il sera le capitaine de l’équipe internationale à la Coupe des Présidents, lorsque le tournoi en match play sera disputé au Canada pour la deuxième fois seulement. L’événement, qui réunit 12 joueurs internationaux contre 12 joueurs américains, a débuté en 1994 et a eu lieu 13 fois. La seule précédente au Canada a eu lieu en 2007 au Royal Montreal Golf Club, qui accueillera à nouveau en 2024.

WEEK-END AVEC

Weir a participé à cinq Coupes des Présidents et a été assistant du capitaine non-joueur de l’équipe internationale à trois reprises. Il est le premier Canadien à se voir confier le rôle de capitaine.

«J’en suis très excité», dit Weir. « À l’heure actuelle, nous pourrions avoir deux, trois ou quatre Canadiens impliqués et ce serait merveilleux. Cela montre que le golf canadien est plus fort que jamais.

Alors qu’il choisit l’équipe, il se rend compte qu’au-delà, il n’aura que peu de contrôle. Pour lui, jouer est probablement plus facile que regarder. « Cela vous échappe un peu une fois que les joueurs ont commencé », dit Weir. «Beaucoup de choses échappent à votre contrôle.»

Weir est surtout connu pour cette victoire au Masters et pour avoir battu Woods en match play à Montréal lors de la Coupe des Présidents 2007, mais il a des intérêts divers et est décontracté dans les conversations.

Il est un adepte d’Aston Villa en Premier League, a voulu devenir joueur de hockey dans sa jeunesse et reste un fervent fan des Red Wings de Détroit. (Peut-être cette année, Mike…)

«Ils sont excitants à regarder maintenant», dit Weir à propos de l’équipe renaissante de la LNH. « Ils commencent à ressembler à une équipe en séries éliminatoires. »

Je l’ai rencontré récemment par téléphone dans l’Utah, où en hiver il skie un peu, s’entraîne et pratique son swing sur son propre simulateur à domicile.

Quelle est votre vertu préférée ?

Je traite tout le monde avec respect et traite tout le monde sur un pied d’égalité.

Quelle est votre principale caractéristique ?

Détermination.

Quel est votre principal défaut ?

Le perfectionnisme. (Il rit). J’ai constamment tendance à essayer de tout faire correctement. Je veux dire, je n’arriverai probablement jamais à ce que mon swing de golf ressemble exactement à ce que je voudrais qu’il soit. Mon sport a tendance à se prêter au perfectionnisme et cela peut être exaspérant et vous consumer. Vous pouvez frapper un drive parfaitement droit depuis le tee, mais au trou suivant, vous ne pouvez pas.

Quel est votre auteur préféré ?

Anthony Doerr. En ce moment je lis Toute la lumière que nous ne pouvons pas voir et j’ai lu récemment À propos de Grâce et j’ai apprécié ça aussi. J’aime beaucoup son style d’écriture.

Quel est votre héros préféré dans la vraie vie ?

J’utiliserai ici un héros du golf. J’aime Jack Nicklaus depuis que je suis enfant et j’ai eu l’occasion de le rencontrer ainsi que sa famille et ils sont tous merveilleux. Il fut l’un des deux plus grands golfeurs de tous les temps. (Il considère Tiger comme l’autre.) Quand j’avais 12 ans, il est venu jouer une ronde hors-concours dans notre club de Sarnia et j’ai pu le rencontrer. Et plus tard cette année-là, je suis allé voir l’Omnium canadien et j’ai obtenu son autographe et tout ça.

Quel est votre héros de fiction préféré ?

Yoda. Cela semble idiot, mais j’aime sa sagesse et il est un mentor et je pense que le mentorat est une chose importante. C’est aussi un homme de peu de mots mais ils ont un grand impact.

Quelle est votre plus grande extravagance?

Dans la trentaine, j’ai toujours voulu avoir la voiture la plus récente et la plus performante. Mais à ce stade de ma vie, je n’en ai vraiment pas. Je ne collectionne pas les choses. Je conduis un camion. Les choses que je voulais autrefois ne me satisfont plus.

Quel est votre plus grand regret?

Il y a certaines situations de ma vie où j’aurais aimé mieux gérer les choses. J’espère que vous apprendrez des choses. J’étais immature.

Que pensez-vous de l’état du golf canadien ?

Cela semble définitivement se développer, en particulier du côté des femmes, ce qui est génial. Golf Canada fait un excellent travail au niveau local.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *